"La Chèvre", comédie loufoque

"Travelling" se penche sur le deuxième film du scénariste et réalisateur Francis Veber, dans lequel Gérard Depardieu et Pierre Richard forment l'un des duos comiques les plus célèbres du cinéma francophone.

Scroll

Le film

Sorti en 1981, le film a été tourné sous une chaleur écrasante, avec un Pierre Richard très amoureux de sa nouvelle compagne, un Gérard Depardieu suant son quintal à coup de bibine et un Francis Veber tourmenté par la turista. Il a fait 7 millions d'entrées en France. Un record.

Une scène du film "La Chèvre" avec Pierre Richard et Gérard Depardieu.
Une scène du film "La Chèvre" avec Pierre Richard et Gérard Depardieu. [Fideline Films - AFP]

Synopsis

Marie Bens, la fille d’un PDG, est adorable, mais marquée par un tel mauvais sort que les catastrophes pleuvent sur sa tête comme les ondées de printemps. A peine embarquée pour un voyage en Amérique du Sud et arrivée au Mexique, elle disparaît sans laisser de traces.

Le père met tout en œuvre pour la retrouver, en vain. Il envoie un détective privé, Campana, à sa recherche. Mais l’enquête piétine.

Une idée de génie traverse la cervelle du psychologue de l’entreprise: et si on lançait à la recherche de Marie quelqu’un d’aussi malchanceux qu'elle? Un appât à malchance, une chèvre. L’homme est là, sous la main: François Perrin, un petit employé de comptabilité qui a failli être renvoyé pour avoir coincé sa cravate dans l’ordinateur. Il ne lui arrive que des tuiles. On le tire de son bureau pour l’envoyer, flanqué du détective, professionnel logique et cartésien, à l’aventure.

Rebondissements et catastrophes seront évidemment au rendez-vous de cette aventure loufoque de Francis Veber.

Une scène du film "La Chèvre" avec Pierre Richard et Gérard Depardieu.
Une scène du film "La Chèvre" avec Pierre Richard et Gérard Depardieu. [Fideline Films - AFP]

Le choix des comédiens

J'avais eu Lino pour incarner mon personnage dans "L'Emmerdeur", je crois avoir dit à quel point il était chiant, mais comme il était le meilleur, j’ai replongé.

Francis Veber, réalisateur, dans ses mémoires

Lino Ventura dans "L'Emmerdeur" en 1973.
Lino Ventura dans "L'Emmerdeur" en 1973. [Les Films Ariane / Archives du 7eme Art / Photo12 - Etienne George]

Pour Francis Veber, le choix du comédien pour incarner le détective ne peut être que Lino Ventura. Ventura accepte de revoir Francis Veber et, aimant bien le concept, accepte de jouer Campana, le détective privé qui part au Mexique escorter un porteur de poisse. Mais il refuse de jouer quand il apprend que le rôle de François Perrin sera tenu par Jacques Villeret. Pas d’explications rationnelles. Il ne le veut pas, un point c’est tout.

Jacques Villeret, lui, au courant du projet, se montre particulièrement enthousiaste. Et quand Veber lui annonce que le film ne peut pas se faire avec lui, il se fâche et lui en veut. Il lui en veut longtemps, presque 20 ans. Veber propose alors plein d’autres noms d’acteurs à Lino Ventura qui les refuse tous. Et quand Alain Poiré entre dans la partie, en tant que producteur de la Gaumont, et qu'il avance l’argent, Ventura négocie un contrat avec un cachet tellement exorbitant que Poiré refuse. Ventura abandonne le projet.

Et Francis Veber qui rêvait d’un film avec Ventura et Villeret se retrouve avec ni l’un ni l’autre.

Alors il se tourne vers son acteur du "Jouet", Pierre Richard. Comme "Le Jouet" n’avait pas forcément bien marché, Francis Veber avait un peu relégué son comédien. Pierre Richard, contacté, accepte immédiatement de jouer François Perrin.

L'acteur français Pierre Richard pose avec des chèvres devant un cinéma de Nice, le 7 décembre 1981, lors de la présentation du film "La Chèvre" de Francis Veber.
L'acteur français Pierre Richard pose avec des chèvres devant un cinéma de Nice, le 7 décembre 1981, lors de la présentation du film "La Chèvre" de Francis Veber. [Ralph Gatti - AFP]

Pour le rôle du détective, le réalisateur hésite encore. C’est Jean-Louis Livi, son agent, qui lui suggère Gérard Depardieu. Le hic, en 1980, c’est que même si Depardieu est un acteur qui assure, il n’a jamais joué dans une comédie et personne ne sait s’il est capable de faire rire.

Il fait part de ses craintes à Jean-Louis Livi qui lui dit simplement: "Invite-les à dîner et tu verras comment ce couple peut fonctionner". Veber emmène alors les acteurs dans un restaurant de poissons sur les bords de la Seine. Il les observe. Et il se régale.

Les capitaux sont trouvés, le casting est fait. Le tournage de "La Chèvre" peut commencer.

Quand Pierre Richard mange, non seulement il se salit lui même, mais dans le feu de la discussion, il salit aussi celui qui est en face de lui. A la fin du repas, Depardieu était couvert de sauce tomate et de miettes d’œufs dur, et il a eu pour la première fois le regard incrédule de Campana sur Perrin. Mon couple était né. 

Francis Veber, dans ses mémoires

>>La bande-annonce  du film:

La collaboration avec Gérard Depardieu

Depardieu est un angoissé. Après avoir tout donné sur son texte, il doit décompresser. Et quand l'équipe rentre à l’hôtel après la journée de tournage dans la forêt mexicaine, tout le monde se met en maillot de bain, et on commence à boire des verres.

Sauf que boire un verre pour Depardieu n’a pas la même signification que pour un consommateur ordinaire. Il attrape une bouteille de scotch, enfonce le goulot dans sa bouche et la vide. L’œil vague se met à vaciller et finit par s’écrouler sur le ciment du patio, comme un arbre.

Gérard Depardieu et Pierre Richard sur le tournage de "La Chèvre" en 1981.
Gérard Depardieu et Pierre Richard sur le tournage de "La Chèvre" en 1981. [AFP]

Mais Francis Veber n’en a pas tout à fait fini avec Depardieu et l’alcool. Plus tard, quand ils tournent à Acapulco, l’acteur arrive complètement soul sur le plateau. Il n’a qu’un seul mot à dire: "bagagiste". C'est un cauchemar. Ils s’y reprennent 22 fois. 22 fois, Depardieu bute sur bagagiste. Veber arrête le tournage.

Le lendemain, on doit tourner la scène du tarmac de l’aéroport, où Pierre Richard se fait piquer par une guêpe.

Depardieu regarde son réalisateur, par en dessous, penaud comme un enfant qui sait qu'il a fait une bêtise. Il le prend à part et lui dit: "Si tu bois encore, ne serait-ce qu'une seule fois sur le tournage, je m’en vais, je rentre à Paris, je laisse tomber le film. Le cinéma, je m’en fous."

Depardieu le regarde pensif, tourne les talons sans un mot. Et depuis, il n’a plus jamais bu sur les tournages de Francis Veber.

"Depardieu, un champion de l'attraction-répulsion": interviewé ci-dessous lors de la parution de ses mémoires, Francis Veber revient sa complicité avec Depardieu.

Reste que Depardieu fera 5 films en tout pour Francis Veber. La complicité, et l’amitié des deux hommes, est indéfectible.

Francis Veber évoque pour Cinéweb Radio sa collaboration avec Pierre Richard et Gérard Depardieu:

La bande des trois

Invités par Christian Defaye sur le plateau de "Spécial cinéma" pour la sortie du film "Les Fugitifs", Gérard Depardieu, Pierre Richard et Francis Veber se remémorent leur rencontre sur le tournage de "La Chèvre" en 1981. Après ce premier film commun, qui rencontra un succès international, le trio d'amis s'est retrouvé à deux reprises sur les plateaux pour "Les Compères" en 1983 et "Les Fugitifs" en 1986.

Les deux comédiens et le réalisateur français évoquent également leur rôle de producteurs et le rapprochement des différentes familles du cinéma en France.

Ces extraits sont tirés de l'émission "Spécial cinéma" diffusée depuis Paris le 22 décembre 1986.

Gérard Depardieu, Philippe Richard et Francis Veber sur le plateau de Spécial cinéma en 1986.
Spécial cinéma - Publié le 22 décembre 1986

L'émission "Travelling"

>>Ecouter l'émission "Travelling" consacrée à ce film:

Gérard Depardieu et Pierre Richard sur le tournage de "La Chèvre" en 1981.
AFP
Travelling - Publié le 06 janvier 2019
 

Un sujet proposé par Catherine Fattebert

Réalisation web: Melissa Härtel

"Travelling" (La 1ère) est à retrouver sur RTSPlay