Modifié

"Les guetteurs" d'Ishana Night Shyamalan, un thriller fantastique captivant

Une image du film "Les guetteurs" de Ishana Night Shyamalan. [DR]
Débat cinéma / Vertigo / 21 min. / le 12 juin 2024
Fille du réalisateur de "Sixième sens" et "Incassable", Ishana Night Shyamalan signe "Les guetteurs". Un premier film sorti le 12 juin qui revisite le folklore celtique à l'aune de notre époque contemporaine. Une belle réussite pour ce thriller fantastique traversé par la question du mimétisme.

Tel père, telle fille! Forcément, quand on s'appelle Ishana Night Shyamalan et que l'on signe son premier long métrage, adapté d'un roman de A. M. Shine, à base de surnaturel, de créatures extraordinaires, de mystère et de retournement de situation final, on a du mal à faire comme si on n'était pas l'héritière directe du cinéma de papa, en l'occurrence M. Night Shyamalan, par ailleurs producteur de ces "Guetteurs".

Au lieu de s'en cacher, la primo-réalisatrice assume totalement la filiation et va jusqu'à la thématiser au sein d'un récit qui, à défaut d'être d'une originalité vertigineuse, s'avère d'une cohérence absolue.

Perdue dans la forêt

Après un court préambule qui suit la disparition spectaculaire et terrifiante d'un homme perdu dans une vaste forêt irlandaise, "Les guetteurs" pose son héroïne, Mina, incarnée tout en nuances par Dakota Fanning. Travaillant dans une animalerie de Galway, la jeune Américaine mène une existence solitaire et se fait même passer pour une autre quand elle sort dans un bar pour rencontrer des hommes.

Jamais remise de la mort de sa mère, décédée quinze ans auparavant, éloignée de sa sœur jumelle, Mina accepte de livrer un précieux perroquet à Belfast pour le compte de son patron. Sur la route, elle se perd dans la vaste forêt inaugurale et se retrouve, avec une vieille femme et deux autres personnes, prisonnière d'un abri isolé baptisé le poulailler. Le soir venu, des guetteurs les observent à travers un grand miroir qui donne à l'intérieur du bunker.

>> Voir le débat cinéma de Vertigo :

Débat cinéma: "Les guetteurs" d'Ishana Night Shyamalan
Débat cinéma: "Les guetteurs" d'Ishana Night Shyamalan / Vertigo / 6 min. / le 13 juin 2024

L'original et la copie

Climat anxiogène parfaitement géré, mise en scène élégante et réfléchie, intrigue qui se développe jusqu'à un retournement de situation final déployant toute la portée de cette histoire focalisée sur l'idée de mimétisme, "Les guetteurs" captive. Le film maintient sans peine notre intérêt au fur et à mesure que l'on découvre cette forêt investie de créatures mystérieuses qui s'agglutinent devant le miroir du bunker pour scruter, puis imiter, ce quatuor humain exhibé aux regards comme des comédiens sur une scène de théâtre, sans pièce à jouer.

Comment s'échapper du bunker? Comment détecter les pièges machiavéliques de ces êtres qui se font passer pour des proches des reclus? Comment sortir enfin de cette forêt à l'aura légendaire, proche d'un conte horrifique? A chaque fois que le récit pourrait tourner en rond, une nouvelle donne relance la machine tout en dévoilant par petites touches le passé traumatique de Mina.

La question centrale de l'imitation, qui résonne autant avec le cœur du film qu'avec la propre démarche d'Ishana Shyamalan en regard du cinéma de son père, devient passionnante dès lors qu'elle met en lumière le lien trouble et hybride qui unit l'original et la copie, le mythe et la réalité, les créatures légendaires et le monde humain. En résulte une œuvre certes sous influence, mais d'une tenue et d'une pertinence remarquables. De quoi guetter avec un réel intérêt la future carrière d'une cinéaste plus que prometteuse.

Rafael Wolf/ld

"Les guetteurs" ("The Watchers") de Ishana Night Shyamalan, avec Dakota Fanning, Georgina Campbell, Oliver Finnegan. A voir dans les salles romandes depuis le 12 juin 2024.

Publié Modifié