"Les choristes", musique et nostalgie au pensionnat du Fond de l'étang

Grand Format Cinéma

Vega Distribution

Introduction

Comédie dramatique signée Christophe Barratier, "Les choristes" est sorti en 2004. Gérard Jugnot y tient le rôle principal du chef de choeur au grand coeur, tout comme les fameuses mélodies signées Bruno Coulais qui restent en tête. Le succès du film sera fulgurant: huit millions et demi d’entrées et de multiples récompenses.

Chapitre 01
L'éducation par la musique

Vega Films

Un professeur de musique sans emploi, Clément Mathieu (Gérard Jugnot), devient surveillant dans un pensionnat pour garçons dits turbulents au sortir de la guerre, en 1949. Le directeur de l’école, Monsieur Rachin (François Berléand), applique un système pour le moins répressif pour mater les gamins difficiles. Mais Clément Mathieu a d’autres méthodes. Il initie les enfants à la musique et au chant choral jusqu’à bouleverser leur quotidien et leur vie.

Gérard Jugnot incarne Clément Mathieu dans "Les choristes" de Christophe Barratier. [Vega Distribution]Gérard Jugnot incarne Clément Mathieu dans "Les choristes" de Christophe Barratier. [Vega Distribution]

Réalisé par Christophe Barratier, qui signe là son premier long métrage, "Les choristes" est porté par le chant des enfants, par cette force utopiste qui refuse de céder, de souscrire au découragement général, qui montre que le beau est possible et que des liens peuvent se tisser entre les êtres. C’est un film qui porte la beauté du chant sur le devant de la scène sans être mièvre. Et cela agace.

Un triomphe insolent, l’emballement médiatique, les tournées incessantes de la chorale des enfants dans le monde entraînent leur lot de mécontents. On traite le film de passéiste, de nunucherie, d’ingénu. Le public, lui, adore et en redemande.

Tout le monde se souvient des chansons du film qui sont reprises, depuis 2004 par des chorales d’enfants à travers la francophonie. Pourtant l’histoire est relativement classique, joue des souvenirs, de l’émotion et de la nostalgie.

François Berléand (Monsieur Rachin) et Gérard Jugnot (Clément Mathieu) avec les enfants du pensionnat du Fond de l'étang. [Vega Distribution]François Berléand (Monsieur Rachin) et Gérard Jugnot (Clément Mathieu) avec les enfants du pensionnat du Fond de l'étang. [Vega Distribution]

Chapitre 02
Une oeuvre optimiste

Vega Films

Reprenant une histoire tombée dans l’oubli, Christophe Barratier fait de la nostalgie quelque chose de résolument contemporain.

Un paradoxe? Peut-être, mais surtout une envie: celle de parler de musique. "Je voulais de la musique classique et un sujet universel partagé par tous les enfants sans distinction de classe, de race, de naissance", explique le cinéaste.

"Les choristes" est une œuvre optimiste: "Au cinéma, je cherche à sortir de la salle en ayant l’impression d’avoir un courage nouveau pour affronter les choses, un sentiment que l'on a rarement l’occasion d’éprouver dans la vie réelle. Si je peux donner aux spectateurs des clés pour comprendre et montrer la vie telle qu’elle pourrait être plutôt que la vie comme elle est, cela me suffit".

>> A écouter: l'émission "Travelling" dédiée au film

Les Choristes, CHRISTOPHE BARRATIER, 2004. [François Guillot - AFP]François Guillot - AFP
Travelling - Publié le 15 janvier 2023

Chapitre 03
Synopsis

Vega Films

Le film débute en 1999. Un chef d’orchestre en tournée aux Etats-Unis, Pierre Morhange, apprend la mort de sa mère. Il rentre chez lui, en France pour les funérailles. Mais voilà qu’on frappe à la porte. C’est Pépinot, un ancien camarade de classe, qui lui apporte le journal intime de Clément Mathieu, un de leur ancien surveillant au pensionnat.

En 1949, Clément Mathieu, musicien raté, est engagé à Fond de l'étang, un internat de jeunes gens dits difficiles, enfants de la guerre, orphelins ou fils de mères célibataires.

Clément Mathieu (Gérard Jugnot) avec le jeune élève Pierre Morhange (Jean-Baptise Maunier). [Vega Distribution]Clément Mathieu (Gérard Jugnot) avec le jeune élève Pierre Morhange (Jean-Baptise Maunier). [Vega Distribution]

L’établissement est sévèrement dirigé par Monsieur Rachin, qui applique une discipline répressive. Clément Mathieu est un pion. Son rôle: surveiller les enfants. Mais quand il découvre que les enfants écrivent des chansons grossières sur lui, il décide de leur apprendre à chanter.

Bon pédagogue, il parvient à imposer son autorité avec humour et doigté. Il transforme l’énergie négative de ces jeunes rebelles par la musique. Mieux, il repère un talent, une perle: Pierre Morhange (Jean-Baptiste Maunier). Un enfant à la voix d’or d’abord réfractaire à l’exercice et qui devient soliste talentueux.

La chorale du pensionnat de Fond de l’étang s’améliore rapidement. Le climat ambiant se détend. Puis tout rebasculera.

>> A voir: la bande annonce du film

Une enfance douloureuse

Le scénario des "Choristes" tire sa trame d’un film de Jean Dréville sorti en 1945, intitulé "La cage aux rossignols". Ce film, Christophe Barratier, le voit au cinéma, enfant. L’histoire lui parle. Le réalisateur a connu une enfance douloureuse. Ses parents, une mère comédienne, un père qui travaille dans le cinéma, se séparent. Tout jeune, il est placé chez sa grand-mère en province.

Dans la cour de l’école, j’étais un peu comme Pépinot, l’orphelin du film. Je venais au portail pour attendre un père qui ne venait pas. Je voyais ma mère, mais je lui en voulais.

Christophe Barratier, réalisateur des "Choristes"

Le cinéaste choisit de tempérer les propos de "La cage aux rossignols" sur l’échelle des grands sentiments et de situer son film plutôt du côté de l’idéalisme.

Avec son scénariste Philippe Lopes-Curval, qui lui a été présenté par Gérard Jugnot avec lequel il a entre autres écrit "Monsieur Batignole", le réalisateur cherche à travailler sur l’enfance, les peurs, le sentiment d’abandon.

"Je voulais traiter de l’enfance universelle, retrouver les vertus psychanalytiques du conte. Mes blessures d’enfance sont communes à beaucoup", explique-t-il.

Les deux hommes élaguent le côté passéiste de l’histoire, travaillent la crédibilité. "J’ai choisi de laisser tomber la fin très 'happy end' et de caractériser fortement quatre ou cinq des enfants, contrairement au film original où ils forment une masse d'où ne se dégagent que deux d’entre eux. Je voulais trouver un équilibre. C'est de la comédie dramatique, mais c’est de la comédie quand même", livre Christophe Barratier.

"Les choristes", un film signé Christophe Barratier. [Vega Distribution]"Les choristes", un film signé Christophe Barratier. [Vega Distribution]

Pour interpréter les 70 enfants du film qui jouent les pensionnaires du foyer, le réalisateur auditionne plus de 300 enfants en réelles difficultés, recrutés en foyer ou dans des lycées de banlieues difficiles.

>> A écouter: une interview de Christophe Barratier enregistrée à la sortie du film à propos de son parcours, de Gérard Jugnot, des enfants sélectionnés et de ses projets

Le réalisateur du film "Les Choristes" Christophe Barratier en janvier 2005 à Paris. [JOEL SAGET - AFP]JOEL SAGET - AFP
Emission sans nom - Publié le 29 mars 2004

Chapitre 04
Le tournage

Vega Films

A la base, ce cinéma de papa doit se tourner en Champagne. Mais le projet émigre en Auvergne, dans le château de Ravel près de Thiers.

Il fait chaud, très chaud en cet été 2003, premier été vraiment caniculaire dont on se souviendra longtemps. Le film est censé démarrer en hiver. On utilise alors une sorte de neige carbonique qui recouvre les extérieurs, l’entrée du château, et d’autres astuces.

>> A voir: un documentaire sur les dessous du tournage du film

On arrache les feuilles qui se voient et on encourage tout ce petit monde à ne pas trop transpirer. Certains enfants jouent une trentaine de jours, d’autres beaucoup moins. Toutes et tous s’impliquent, y croient et rêvent d’avoir plus de texte à dire.

Leur intimité et leur confiance se ressentent et traversent la pellicule pour venir titiller les émotions. Mais principalement, c’est la musique qui va faire le lien.

Trois jeunes élèves du pensionnat Le fond de l'étang du film "Les choristes". [Vega Distribution]Trois jeunes élèves du pensionnat Le fond de l'étang du film "Les choristes". [Vega Distribution]

Chapitre 05
Le rôle de la musique

Vega Films

Bruno Coulais est le compositeur qui se cache derrière la partition originale des "Choristes" et lui vaudra un César. La musique fait complètement partie de la structure de l’histoire et le succès du film tient pour beaucoup à la popularité de sa bande originale, en particulier la chanson "Vois sur ton chemin". Coulais travaille avec le réalisateur, en connivence, s’immergeant complètement dans le film.

Sur le tournage, pour préparer les jeunes comédiens et aider Gérard Jugnot à prendre sa place de professeur de chant, il y a le chef de chœur de la chorale lyonnaise de Saint-Marc, Nicolas Porte, qui doublera les chants et enregistrera la bande originale du film.

Seul Jean-Baptiste Maunier, qui tient le rôle de Pierre Morhange, est déjà membre de la chorale. Le réalisateur l'a repéré après avoir visité 20 à 25 chorales dans toute la France.

Jean-Baptiste Maunier, soliste et acteur du film "Les choristes", incarne Pierre Morhange. [Vega Distribution]Jean-Baptiste Maunier, soliste et acteur du film "Les choristes", incarne Pierre Morhange. [Vega Distribution]

Mais figurants et acteurs chantent tout au long du tournage. La fin de celui-ci est difficile pour les enfants, émus. Ils ne savent pas encore que l’accueil triomphal fera entrer leurs mignons minois dans la légende du cinéma.

Chapitre 06
La sortie du film

JOEL SAGET - AFP

Quand "Les choristes" sort en mars 2004, le public réagit très vite. Le film réalise huit millions et demi d'entrées en dix semaines d’exploitation. C’est un record.

>> A voir: une interview de Gérard Jugnot dans le "12h45" à la sortie du film

Sortie du film "Les choristes": interview du comédien Gérard Jugnot
12h45 - Publié le 27 mars 2004

On est loin de la Nouvelle Vague, on tend vers le cinéma poétique réaliste de l’après-guerre. Les critiques évoquent un cinéma popote, mélange de "Cercle des poètes disparus" et des "Enfants du marais". Les termes "passéiste", "usé", "ingénu" font les premières pages des journaux.

Christophe Barratier, son producteur Jacques Perrin et toute l’équipe sont presque soufflés par ce succès inattendu et la pluie de critiques qui les attend. Car quand tout le monde aime, évidemment des voix s’élèvent pour dire le dédain, la distance, pour dénigrer les bons sentiments ou la rigolade.

La célébration de la France profonde plaît davantage aux spectateurs qu’à la critique snob. En parallèle du succès dans les salles, les prix pleuvent.

Le film obtient huit nominations aux César et deux prix, celui de la meilleure musique et du meilleur son. Il rafle également l'Oscar du meilleur film étranger et celui de la meilleure chanson.

Le compositeur Bruno Coulais, les acteurs Jean-Baptiste Maunier et Gérard Jugnot ainsi que le réalisateur des "Choristes" Christophe Barratier sur le tapis rouge de la cérémonie des Oscars, à Los Angeles, le 27 février 2005. [JOEL SAGET - AFP]Le compositeur Bruno Coulais, les acteurs Jean-Baptiste Maunier et Gérard Jugnot ainsi que le réalisateur des "Choristes" Christophe Barratier sur le tapis rouge de la cérémonie des Oscars, à Los Angeles, le 27 février 2005. [JOEL SAGET - AFP]

Mais un couac va entacher, un peu, la popularité du film et donner une mauvaise image des producteurs et du réalisateur. Cela se passe du côté des parents des choristes. Non pas les jeunes acteurs, mais les chanteurs de la chorale de Saint-Marc, sursollicités pour aller se produire sur toutes les scènes dans le monde entier. Ils enchaînent concert sur concert et ce rythme effréné est dénoncé par le père d'une choriste. La fin de l’histoire, on ne la connaît pas. Tout semble toutefois être rentré dans l’ordre et "Les choristes" est entré dans la légende du 7e art.

En 2017, Christophe Barratier a adapté son film en spectacle musical aux Folies Bergères.