Publié

La réalisatrice suisse Carmen Jaquier primée à Marrakech pour son film "Foudre"

La réalisatrice suisse Carmen Jaquier honorée d'un Prix de la mise en scène à Marrakesh pour son film "Foudre".  [Jalal Morchidi  - Anadolu Agency via AFP]
La réalisatrice suisse Carmen Jaquier honorée d'un Prix de la mise en scène à Marrakesh pour son film "Foudre". [Jalal Morchidi - Anadolu Agency via AFP]
Le prix de la mise en scène du Festival international de Marrakech (FIFM) a été attribué samedi soir à la réalisatrice suisse Carmen Jaquier pour son film "Foudre". Ce drame est le premier long métrage de fiction de la Genevoise.

Le jury du FIFM - présidé par Paolo Sorrentino et composé notamment de l'acteur français Tahar Rahim, de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki ou encore l'actrice germano-américaine Diane Kruger - a décerné le prix de la mise en scène au drame "Foudre" (2022, co-production RTS) de la réalisatrice genevoise Carmen Jaquier.

>> A voir: un extrait du film "Foudre" de Carmen Jaquier

Un film sur l'émancipation féminine

Situé en 1900, ce film, déjà lauréat de plusieurs prix dont celui de la critique lors du dernier Zurich Film Festival, raconte l'histoire d'Elisabeth (Lilith Grasmug), 17 ans, qui s'apprêtait à prononcer ses voeux quand le décès de sa soeur l'oblige à retourner dans sa famille dans un village suisse.

Un monde qu'elle avait quitté cinq ans plus tôt pour entrer au couvent. Elisabeth n'est plus une enfant et les mystères entourant la mort de sa sœur vont la pousser à lutter pour son droit à l'expérience.

>> A voir: le premier long métrage de la cinéaste genevoise Carmen Jaquier connaît une consécration internationale. Reportage à Marrakech

Le premier long métrage de la cinéaste genevoise Carmen Jaquier connait une consécration internationale. Reportage à Marrakech. [RTS]
Le premier long métrage de la cinéaste genevoise Carmen Jaquier connait une consécration internationale. Reportage à Marrakech. / 19h30 / 2 min. / le 18 novembre 2022

L'Etoile d'or revient à Emad Aleebrahim Dehkordi

La récompense suprême du festival de Marrakech, l'Etoile d'or, est revenue au jeune réalisateur iranien Emad Aleebrahim Dehkordi pour son film "Chevalier noir". Il a dédié son prix à "toutes les femmes d'Iran et à la jeune génération qui risquent leurs vies pour la liberté".

Le prix du jury, lui, a été attribué ex-aequo à deux réalisatrices: la Marocaine Maryam Touzani pour "Le Bleu du Caftan", représentant du Maroc aux Oscars et la Portugaise Cristèle Alves Meira pour "Alma Viva". C'est l'actrice coréenne Choi Seung-yoon qui a remporté le prix d'interprétation féminine pour son rôle dans "Riceboy Sleeps" du réalisateur canadien Anthony Shim. Le prix d'interprétation masculine est revenu à l'acteur indonésien Arswendy Bening Swara pour "Autobiography" de son compatriote Makbul Mubarak.

Hommage rendu à Tilda Swinton

"Dans la sélection, il y a eu uniquement des drames, peut-être que les nouveaux réalisateurs sont intéressés par les sujets dramatiques", a commenté pour l'AFP Paolo Sorrentino. En outre, durant la soirée de clôture du festival, un hommage a été rendu à l'actrice productrice Tilda Swinton, toujours audacieuse.

"C'est la chance de ma vie d'avoir trouvé la porte secrète d'une existence où je fais des films aux côtés de certains des plus grands cinéastes contemporains. Quand vous m'honorez, vous honorez mes camarades", a confié l'actrice, en citant entre autres Pedro Almodóvar et Wes Anderson.

Le festival du film de Marrakech était de retour du 11 au 19 novembre après deux années d'absence en raison de la pandémie. Le tapis rouge y a été déroulé pour de grands noms du cinéma comme Isabelle Huppert, Jim Jarmusch ou Leos Carax.

afp/aq

Publié