Modifié

L’oligarque géorgien qui déracinait des arbres pour sa propre collection

Cinéma: sortie de "La balade des grands arbres", de la Géorgienne Salomé Jashi [RTS]
Cinéma: sortie de "La balade des grands arbres", de la Géorgienne Salomé Jashi / 19h30 / 2 min. / le 4 janvier 2022
Ode poétique sur la rivalité entre homme et nature, "La Balade des grands arbres " de la réalisatrice Salomé Jashi narre le projet surréaliste d’un oligarque géorgien, collectionneurs d’arbres centenaires.

En Géor­gie, un oligarque fait déraciner des arbres séculaires, transportés sur terre et mer, pour les replanter dans son jardin. L’homme en question s'appelle Bidzina Ivanichvili, milliardaire puissant et ancien Premier ministre du pays.

Voici la trame narrative du documentaire "La Balade des grands arbres " réalisé par Salomé Jashi. La Géorgienne a filmé cette folle entreprise durant deux ans, faisant passer le concept de déracinement d’une signification métaphorique à une réalité oppressante.

Au départ du film, une idée fleurit dans l’esprit de Salomé Jashi: la dualité entre la poésie des images et l’aberration d'une telle collection.

"Quand j’ai vu pour la première fois un arbre transporté sur la mer, j’ai eu un sentiment très ambivalent. C’était à la fois magnifique et inspirant, tout en étant quelque chose qui ne devrait jamais se passer ou se voir. Ça en disait beaucoup sur le pouvoir et le désir de posséder", développe-t-elle au 19h30.

>> Voir la bande annonce :

Pacte faustien

Le richissime oligarque paie des hommes pour acheminer sa collection. Les arbres – dont certains font plus de quinze étages – sont transportés via la mer, traversent collines et vallées. On construit de nouvelles routes, on déplace des câbles électriques où l’on coupe d’autres arbres pour y parvenir.

>> Lire aussi : Quels arbres résisteront le mieux au changement climatique?

Bidzina Ivanichvili – jamais nommé ou montré dans le film - a déjà déraciné près de 200 arbres dans son pays.

La plupart sont achetés auprès de la population locale: sans jugement, Salomé Jashi dépeint aussi une tragédie sociale, celle des couches paupérisées de la société géorgienne.

"Cet ex-ministre pense qu’il fait du bien, en donnant de l’argent aux locaux, en ouvrant son jardin à des visites publiques... C’est une sorte de pacte faustien, car les gens vendent ces arbres pour garantir un accès à l’éducation pour leurs enfants, couvrir leurs frais médicaux et leurs besoins économiques", ajoute la cinéaste.

"La Balade des grands arbres", une petite fable qui mène à de grandes réflexions, à découvrir dès le 5 janvier dans les salles romandes.

Sujet TV: Julie Evard

Adaptation web: Sarah Jelassi

Publié Modifié