Publié

Guillaume Canet s'amuse avec son moi maléfique dans "Lui"

Sortie dans les salles de cinéma de "Lui", le dernier film de Guillaume Canet sur le clivage psychologique d’un compositeur en panne d’inspiration [RTS]
Sortie dans les salles de cinéma de "Lui", le dernier film de Guillaume Canet sur le clivage psychologique d’un compositeur en panne d’inspiration / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2021
Ecrit et tourné en vitesse pendant le confinement, mais avec un casting cinq étoiles, "Lui" est un des films les plus personnels de Guillaume Canet. C'est aussi un hommage à un cinéaste qu'il adore, Bertrand Blier. A voir actuellement sur les écrans romands.

Dans sa carrière, Guillaume Canet alterne productions populaires ("Les petits mouchoirs") et films plus personnels comme l'excellent et déroutant "Rock'n'roll". "Lui", réalisé en plein confinement, fait partie de la seconde catégorie.

Stoppé en mars 2020, en pleine préparation d'"Astérix et Obélix - l'Empire du milieu" qu'il met en scène et interprète, Guillaume Canet en profite pour s'offrir une pause introspective avec "Lui", écrit en trois semaines et tourné en quatre: "C'est un de mes films les plus personnels mais ce n'est pas ma vie, c'est pour cela qu'il s'intitule 'Lui' et pas 'Moi'", indique le réalisateur à la RTS.

>> A voir, la bande-annonce de "Lui":

Les sentiers tortueux de la psychanalyse arpentés

Un compositeur en mal d’inspiration, qui vient de quitter femme et enfants, pense trouver refuge dans une vieille maison à flanc de falaise, sur une île bretonne déserte. Dans ce lieu étrange et isolé, il ne va trouver qu’un piano désaccordé. Au lieu de l'apaiser, cette île va décupler ses angoisses, et ses proches (sa femme, sa maîtresse, son médecin, son meilleur ami, son père, sa mère…) commencent à lui apparaître pour l'interroger sur sa vie. Il attribue bientôt son mal-être à son "double" maléfique avec qui il se met à converser…

Revendiquant l’influence du Bertrand Blier de "Buffet froid" et de "Merci la vie", le cinéaste joue une fois encore avec son image et arpente les sentiers tortueux de la psychanalyse avec une inspiration inégale mais sincère.

Un casting de luxe

"Le premier confinement m'a donné la capacité de parler enfin avec ce double qui m'habite depuis tant d'années et que je refusais d'écouter parce que j'avais tant de travail. Au début, ce n'était que quelques notes, un truc jeté comme ça, sans logique, pour lâcher quelque chose. Mais au fur et à mesure, je me suis dit 'pourquoi pas un film?'". La tentation était d'autant plus grande que Guillaume Canet pouvait s'offrir un rôle sur mesure, de ceux qu'on ne lui propose jamais à l'aube de sa cinquantaine.

La crise sanitaire suspendant tous les projets, Virginie Efira (l'épouse), Laetitia Casta (la maîtresse), Mathieu Kassovitz (le meilleur ami), Nathalie Baye (la mère) et Patrick Chesnais (le père) ont répondu présent au mois de septembre 2020 pour ce tournage express qui s'est tenu à Belle-Ile-en-Mer.

Propos recueillis par Julie Evard

Adaptation web: mcm

Publié