Modifié

Le film "La Mif" du Genevois Fred Baillif primé au Zurich film festival

"La Mif" du Genevois Fred Baillif primée au Zurich film festival. [Ennio Leanza - EPA]
"La Mif" du Genevois Fred Baillif primée au Zurich film festival. [Ennio Leanza - EPA]
La Suisse romande a été à l'honneur au Zurich Film Festival samedi soir à l'occasion de la remise des prix. "La Mif" du Genevois Fred Baillif remporte un des trois prix principaux.

Le drame social de Fred Baillif se déroule dans un foyer où un groupe de filles issues de familles brisées se rencontrent et trouvent une nouvelle famille. Les directeurs du foyer endossent un peu le rôle de leurs nouveaux parents. Ces portraits touchants ont déjà reçu le prix du film des églises de Zurich le 30 septembre.

L'Œil d'or pour la meilleure œuvre dans la compétition des longs métrages a été attribué à "A Chiara" de Jonas Carpignano. Le film raconte l'histoire de Chiara qui, lors d'une fête de famille, observe son père monter précipitamment dans une voiture noire et disparaître. Lorsque l'adolescente commence à enquêter, les indices mènent à la clandestinité de la mafia calabraise.

Encouragement pour "Azor"

Renato Borrayo Serrano a lui remporté l'Oeil d'or du film documentaire avec "Life of Ivanna". Dans ce film, il suit pendant quatre ans une nomade de la toundra âgée de 26 ans, qui doit se battre pour sa survie, ainsi que celle de sa famille.

"Momentum" du Jurassien Edwin Charmillot et "Azor" du cinéaste genevois Andreas Fontana lorgnaient également sur un Œil d'or, doté de 25'000 francs. Ce dernier a finalement remporté le prix d'encouragement suisse.

Le thriller financier "Azor" raconte l'histoire du banquier privé suisse Yvan De Wiel, qui se rend à Buenos Aires avec sa femme en 1980. Là-bas, ils rendent visite à la clientèle argentine conseillée auparavant par l'associé de De Wiel, qui a disparu sans laisser de traces. Ils en apprennent de plus en plus sur ses affaires douteuses.

Enfin, la coproduction suisse-allemande "Youth Topia" a remporté le prix du public.

Affluence record

Le 17e Festival du film de Zurich (ZFF) a pulvérisé son record d'affluence. En dix jours, les 164 films, dont le dernier James Bond en quasi-première mondiale, ont attiré 102'000 spectateurs, contre 62'000 l'an dernier.

Les attentes de cette édition ont été largement dépassées, a déclaré le directeur du festival Christian Junge, cité dans un communiqué au terme du festival dimanche. Tant le public que les invités étrangers ont eu beaucoup de plaisir à retrouver les salles obscures et à partager leurs expériences.

La nouvelle salle du Kongresshaus, le plus grand cinéma de Suisse, a contribué à l'affluence record. Rien que le samedi, quatre représentations avec 1300 spectateurs chacune ont affiché complet. De plus, contrairement à l'année précédente, alors qu'il y avait des restrictions dues à la pandémie, les cinémas étaient à nouveau entièrement occupés cette année, a précisé la porte-parole du ZFF Kaja Eggenschwiler.

Ainsi, 67 séances se sont déroulées à guichets fermés. Le public a aussi pu côtoyer quelques grands noms du cinéma mondial tels que Jacques Audiard, Todd Haynes, Paolo Sorrentino, Paul Schrade, Cécile de France, Timothy Spall ou le compositeur oscarisé Mychael Danna. La star hollywoodienne Sharon Stone a reçu le Golden Icon Award.

ats/asch

Publié Modifié