Modifié

Dans "Le sens de la famille", tout le monde change de corps

Franck Dubosc en 2012. [THOMAS SAMSON - AFP]
Les 'invités: Frank Dubosc et Jean-Patrick Benes, "Le sens de la famille" / Vertigo / 29 min. / le 29 juin 2021
Comédie familiale entre régression et transgression, "Le sens de la famille" de Jean-Patrick Benes joue sur une série de quiproquos liés à des changements de corps. Ce "body swap" à voir actuellement au cinéma est mené par le duo Alexandra Lamy et Frank Dusbosc.

C'est un cauchemar, mais un cauchemar de comédie. Un matin, les Morel se réveillent en découvrant que l'esprit de chacun est coincé dans le corps d’un autre membre de la famille. Chacha, 6 ans, est dans le corps de papa, papa dans le corps de son ado de fils, le fils dans le corps de la grande sœur, la grande sœur dans le corps de la mère, et la mère dans le corps de Chacha. Et cela ne fait que commencer. Dans cette famille Chambouletout, il faut parfois porter des post-it sur le front pour savoir à qui on s'adresse.

Cauchemar de comédie mais aussi cauchemar de scénaristes pour ne pas s'égarer dans ce tourbillon des identités, ne pas perdre la logique des personnages, ne pas tomber dans le cliché ou le contresens. Ils étaient quatre à l'écriture du "Sens de la famille", comédie familiale régressive et transgressive, menée par le couple Alexandra Lamy et Frank Dubosc, un duo déjà constitué dans "Tous debout".

D'abord imaginé en série

Ce "turn over" familial a d'abord été imaginé en sitcom mais le projet a vite été abandonné. "En principe, le "body swap" (échange de corps) concerne deux personnages, ici, il s'agit de toute une famille. Le concept m'est apparu trop compliqué pour une série. Nous risquions de perdre les téléspectateurs en chemin avec la nécessité de rappeler le principe à chaque nouvel épisode", explique à la RTS le réalisateur et scénariste Jean-Patrick Benes, qui tenait à faire une comédie familiale, suffisamment transgressive pour être amusante, mais jamais provocatrice.

La plus grande transgression à l'image, c'est une enfant qui fume - puisqu'elle est sa mère - et un adolescent qui fait payer ses copains pour voir ses seins qui sont en fait ceux de sa soeur.

A chacun son post-it pour s'identifier dans "Le Sens de la famille". [Copyright Karé Productions/Gaumont]A chacun son post-it pour s'identifier dans "Le Sens de la famille". [Copyright Karé Productions/Gaumont]

Bien sûr, ce dispositif "échangiste" demande une grande préparation, une minutie dans le découpage des scènes et beaucoup de répétitions pour les acteurs qui devaient jouer tous les rôles.

Tout était prêt quand on a tourné. L'interprétation, le story board. La preuve? Au montage, nous n'avons quasiment rien coupé.

Jean-Patrick Benes, scénariste et réalisateur de "Le Sens de la famille".

Reste que pour les comédiens, ces changements permanents d'identité n'étaient pas simples. "Il fallait éviter la caricature, trouver le bon geste pour être crédible. Par exemple, à un certain moment, je joue une adolescente dans un vestiaire, j'ai mis mon drap de bain sur une partie que les filles cachent, la poitrine. Le plus difficile n'est pas de changer de corps, mais de jouer réellement la situation", indique Frank Dubosc qui, dans le film, passe de la barbe du patriarche aigri à celui du bébé qui suce son pouce.

Alexandra Lamy dans "Le sens de la famille". [Copyright Karé Productions/Gaumont]Alexandra Lamy dans "Le sens de la famille". [Copyright Karé Productions/Gaumont]

Sur le papier, l'histoire est inracontable, et pendant le tournage les comédiens jouaient à vue, sans une idée précise du résultat. "C'était la première fois que je regarde uniquement comme spectateur un film dans lequel je joue. Si je ne comprenais rien quand je tournais, comme spectateur, c'était évident. Tout est clair et limpide sur l'écran", s'enflamme Frank Dubosc, qui a particulièrement apprécié la manière dont Alexandra Lamy s'est mise dans sa peau. "Alexandra et moi nous connaissons bien, ça va vite, on s'entraide. La particularité de ce film, c'est que nous étions tous spectateurs des autres puisque les autres, c'étaient nous aussi".

>> A voir, portrait de Franck Dubosc à l'occasion de la sortie du film "Le sens de la famille"

Portrait de Franck Dubosc à l'occasion de la sortie du film "Le sens de la famille" [RTS]
Portrait de Franck Dubosc à l'occasion de la sortie du film "Le sens de la famille" / 12h45 / 2 min. / le 7 juillet 2021

Propos recueillis par Pierre Philippe Cadert

Adaptation web: Marie-Claude Martin

Publié Modifié