Le monstre de Frankenstein, joué par Boris Karloff en 1931. [Wikimedia Commons/Universal Pictures]
Publié Modifié

"Frankenstein" célèbre ses 90 ans au cinéma

>> La créature de Frankenstein fête ses 90 ans au cinéma en 2021. Le succès démarre en 1931, lorsque l’acteur Boris Karloff incarne pour les studios Universal le monstre légendaire né en Suisse: la pop culture découvre et adopte le personnage créé par Mary Shelley au 19e siècle.

>> Ironiquement, le mythe de Frankenstein échappe vite au contrôle de sa créatrice, Mary Shelley, exactement comme la créature échappe au contrôle de son maître.

Sujets radio: Ellen Ichters

Adaptation web: Myriam Seemani

Arrivée de Mary Shelley à Genève

1815, une année poussiéreuse

L'écrivaine anglaise Mary Shelley, auteure de "Frankenstein". [AFP]L'écrivaine anglaise Mary Shelley, auteure de "Frankenstein". [AFP]Au début du 19è siècle, la science explose. Alessandro Volta invente la pile électrique, on découvre des planètes lointaines et on s’intéresse à l’anatomie humaine. Les cadavres des condamnés à mort finissent sur les tables des cours de médecine. Ce mode opératoire suscite aussi de nombreux questionnements éthiques envers la science.

La même année, le mont Tambora en Indonésie entre en éruption. Le rejet de poussières et de cendres est tellement puissant qu'il va dérégler le climat mondial pendant une année. L’été 1816 est tellement mauvais qu’on l’appellera en Europe "L’année sans été".

Dans ce monde qui bouge très vite, beaucoup de questions traversent l’esprit de la jeune Mary Wollstonecraft. Cette adolescente anglaise, issue des milieux intellectuels, défraie la chronique. À l'âge de 17 ans, est en couple avec un homme divorcé, l'auteur Percy Blythe Shelley. Excentrique, il est aussi libertaire, écolo et végétarien. Ils s’installent en Suisse, à Cologny, avec des amis comme le poète Lord Byron.

La naissance de Frankenstein

1816, il vit!

Chez les Shelley, les discussions sont animées, le temps est effroyable et les pluies sont interminables. La plupart du temps, on reste à la maison. Pour tuer l’ennui, on se raconte des histoires de fantômes. Vous avez dit confinement?

>>A regarder, la bande-annonce du film "Mary Shelley":

Un jour, Lord Byron propose à chacun d'en écrire une. Après une débat sur la question de savoir si on peut réanimer un cadavre avec de l’électricité, Mary Shelley crée l’histoire maudite du scientifique Victor Frankenstein et de sa créature.

À 19 ans, la jeune femme baptise son roman "Frankenstein, le Prométhée moderne". Elle y ajoute quelques retouches et le fait publier anonymement à 500 exemplaires. Il sera traduit pour la première fois en français en 1821, puis adapté en pièces de théâtre en Angleterre, en Europe et aux Etats-Unis.

L'histoire originale de "Frankenstein, le Prométhée moderne"

1818, premier succès

Le frontispice de l'édition de 1831 de "Frankenstein; or, The Modern Prometheus" de Mary Shelley. [Wikimedia Commons/Domaine public]Le frontispice de l'édition de 1831 de "Frankenstein; or, The Modern Prometheus" de Mary Shelley. [Wikimedia Commons/Domaine public]Victor Frankenstein est un jeune savant suisse, fasciné par le procédé de galvanisation; à cette époque, on pense qu’avec un fort courant électrique, on peut réanimer les cadavres. La perspective suscite les fantasmes les plus fous chez les uns et les condamnations les plus sévères chez les autres.

À l’origine, la créature du roman de Mary Shelley n’a rien en commun avec le géant vert d’Hollywood, mis à part sa taille: 2 mètres 40. Le monstre du livre est physiquement très athlétique, mais très laid. Sa peau est jaune et translucide, et de longs cheveux noirs et brillants entourent son visage effrayant.

>> À écouter, un des épisodes de la série "Frankenstein" dans Spectrum sur Couleur 3:

Il est intelligent et s’exprime élégamment, même s'il est en colère car son créateur a fui en le voyant et son entourage la déteste. L'histoire se termine mal, avec la mort de tous les protagonistes et le suicide de Frankenstein.

Au 19e siècle, tout le monde adore le roman de "Frankenstein" sans savoir qui l’a écrit. Au fil du temps, le roman sera décliné en plus de 150 films. Cependant, aucun ne sera strictement fidèle au livre.

Un premier film à Hollywood

1931, la naissance d'une icône monstrueuse

Entre 1830 et 1930, le roman gothique devient une pièce à succès. En un siècle, des dizaines de pièces de théâtre reprennent l’histoire à leur sauce et le roman tombe dans le domaine public. En 1931, les droits de l’une de ces adaptations en pièce de théâtre sont rachetés aux Etats-Unis par Universal, qui attend le bon réalisateur pour en faire un film. A Hollywood, les "talkies", les films parlants, sont la dernière nouveauté. On engage à tour de bras des scénaristes de théâtre pour écrire des dialogues.

>> A regarder, la bande-annonce de "Frankenstein":

Parmi ces scénaristes se trouve un certain James Whale. Il choisit pour son prochain film le script dormant de Frankenstein: un savant fou, un labo dans un manoir, un monstre et une jeune fiancée capable de pousser des cris stridents. Pour le rôle de la créature, il choisit un certain Boris Karloff. Ce nom est le pseudonyme de William Henry Pratt, fils d’une bonne famille britannique aux origines indiennes. Avec son regard sombre et son charisme, à 40 ans, il est loin d’avoir dit son dernier mot à l’écran. La création du monstre est confiée à un certain Jack Pierce, maquilleur bougon mais surdoué qui va créer tous les monstres d’Universal: la Momie, Frankenstein, le Loup-Garou et le célèbre Dracula.

Chaque jour du tournage, Boris Karloff subit quatre heures de maquillage, en plein été californien. Le défi en vaut la chandelle: à la fin de l’année 1931, Frankenstein est le monstre le plus terrifiant et le plus rentable des studios Universal.

Une omniprésence dans la culture pop

De 1932 à nos jours

Les studios Universal comprennent qu'avec "Frankenstein", ils tiennent un nouveau filon: celui des films de monstres. Ils s’assurent immédiatement d’obtenir la propriété sur le maquillage de la créature, pour qu'aucun autre studio ne leur fasse concurrence. Ils tournent aussi des suites, comme "La fiancée de Frankenstein".

"Frankenstein" divise aussi, notamment chez les puritains américains. Dans certains états, on censure notamment une scène où la créature, toujours divisée entre le bien et le mal, noie accidentellement une petite fille. L’état du Kansas est tellement restrictif qu'il coupe 32 scènes, ce qui réduisait le film de moitié.

La créature inspire d'autres personnages au cinéma

Frankenstein ne sera plus le professeur fou, mais simplement le nom qu'on donne au monstre; il inspire le personnage de Hulk, autre monstre vert incompris, incontrôlable et très rentable. La thématique de l’être artificiel créé de toute pièces se retrouve dans "Blade Runner", "Robocop", "Edward aux mains d’argent" de Tim Burton, hommage à l’histoire du roman, et le "Rocky Horror Picture Show".

>>A regarder, la bande-annonce de "Edward aux mains d'argent":