Modifié

Le Prix de Soleure 2021 attribué à "Mare", d'Andrea Staka

Andrea Staka, ici en 2018 à Locarno. [Alexandra Wey - Keystone]
Le Prix de Soleure 2021 attribué à "Mare", d'Andrea Staka / Le Journal horaire / 12 sec. / le 26 janvier 2021
"Mare" remporte le Prix de Soleure 2021, la principale récompense des 56es Journées de Soleure. Le film d'Andrea Staka porte sur l'univers émotionnel d'une femme, partagée entre sa famille et sa liberté. Il figure parmi les nominés du Prix du cinéma suisse.

La fiction de la réalisatrice lucernoise "ressemble à un documentaire ou à la réalité elle-même" qu'elle dépasse pourtant pour atteindre une "vérité existentielle", salue le jury composé de la directrice de théâtre Anne Bisang, du réalisateur Markus Imhoof et de l'écrivaine Meral Kureyshi. Andrea Staka a reçu, mardi soir, le prix doté de 60'000 francs.

"Mare" ("Mer") a fêté sa première lors des Berlinales, en février 2020. Sa projection dans les salles obscures helvétiques a été interrompue par le premier semi-confinement lié à la pandémie. A Soleure, le long-métrage l'a emporté face à 13 autres oeuvres, documentaires pour la plupart et réalisées par des femmes dans leur grande majorité.

Il est nominé pour le Prix du cinéma suisse dans les catégories "meilleur film", "meilleur scénario" et "meilleur son". Les "Quartz" de l'Académie du cinéma suisse seront attribués le 26 mars. En 2006, Andrea Staka avait obtenu le Léopard d'or du Festival de Locarno pour son film "Das Fräulein" ("La demoiselle").

Le Prix du public à "Beyto"

Le Prix de la meilleure première oeuvre ("Opera prima"), doté de 20'000 francs, va au film en dialecte alémanique "Von Fischen und Menschen" ("Des poissons et des êtres humains"), de Stephanie Klemm. Convaincante par sa franchise et son authenticité, cette fiction raconte l'histoire d'une mère célibataire qui exploite un petit élevage de truites dans une vallée reculée du Jura et dont un évènement tragique bouleverse l'existence.

Troisième grande récompense soleuroise, le Prix du public, doté également de 20'000 francs, est attribué à "Beyto". Le film de Gitta Gsell suit le parcours d'un jeune "secondo" d'origine turque, que les parents veulent marier à une jeune fille dans leur village d'origine. Le jeune homme tombe toutefois amoureux d'un Suisse. Il doit choisir entre l'appui de sa famille et sa propre identité.

Femmes à l'honneur du festival en ligne

Ainsi, les trois principaux films primés sont l'oeuvre de réalisatrices. Les femmes ont tenu le haut du pavé de cette 56e édition des Journées de Soleure.

Le festival du cinéma suisse se termine mercredi. D'ici là, les cinéphiles auront pu découvrir 170 films à domicile. Un millier d'entrées virtuelles étaient en vente par séance en ligne. En outre, le film d'ouverture "Atlas" a été diffusé mercredi dernier sur les chaînes de télévision RTS2, SRF2 et RSI La 2, de même qu'un entretien avec son réalisateur. Débats, Master Class et la section "Atelier" ont été organisés sur internet.

ats/vkiss

Publié Modifié