Modifié

Décès de la réalisatrice Nelly Kaplan, icône de la Nouvelle Vague

L'écrivaine et réalisatrice Nelly Kaplan, ici en février 2005.  [FRANCOIS GUILLOT  - AFP]
Décès de la réalisatrice Nelly Kaplan, icône de la Nouvelle Vague / Le Journal horaire / 25 sec. / le 12 novembre 2020
Nelly Kaplan, réalisatrice franco-argentine de "La Fiancée du Pirate" (1969), est décédée jeudi matin du Covid-19 à l'âge de 89 ans. Cette écrivaine anarcho-féministe, icône de la Nouvelle Vague, est morte du Covid-19 dans un hôpital de Genève.

Selon un de ses proches, François Martinet, qui l'avait longuement interviewée pour la revue Les Cahiers du Cinéma, Nelly Kaplan avait accompagné son compagnon, l'acteur et producteur français Claude Makowski à Genève où il est décédé en août de la maladie de Parkinson. Elle était depuis dans une maison de repos où elle a contracté le Covid-19, dont elle est décédée.

Nelly Kaplan est née à Buenos Aires (Argentine) le 11 avril 1931. Elle est venue en France à l'âge de 22 ans et obtient un passeport français en 1975.

Fuir à tout prix l'Argentine

Ses arrière-grands-parents, juifs d'Odessa et de Kiev, s'étaient installés en Argentine, fuyant les pogroms. Le père est biochimiste, la mère chanteuse soprano. Face à cette enfant turbulente, sa mère "la colle au Coliseo Palermo, un grand cinéma de la ville où, toute la journée", elle regarde des films, fascinée. "Je voulais fuir cette société sud-américaine où être une fille équivalait à 'Sois gentille et tais-toi'", disait-elle avec un accent plein de charme.

Ses parents la laissent partir trois mois en France. Elle y passera sa vie. Un jour de 1954, le cinéaste Abel Gance la repère à la Cinémathèque française. Il lui parle et n'en revient pas: une si jeune étrangère, maîtrisant encore mal le français, qui avait vu ses films! Ils vivront, malgré leur différence d'âge, une relation professionnelle et amoureuse passionnée. Elle débute dans le cinéma à ses côtés et va collaborer avec lui pendant une dizaine d'années. Elle est sa première assistante pour ses films "Austerlitz" et "Cyrano et d'Artagnan".

L'écrivaine et réalisatrice Nelly Kaplan au côté du cinéaste Abel Gance, en novembre 1965. [Lipnitzki / Roger-Viollet - AFP]L'écrivaine et réalisatrice Nelly Kaplan au côté du cinéaste Abel Gance, en novembre 1965. [Lipnitzki / Roger-Viollet - AFP]

"La Fiancée du pirate" en 1969

Nelly Kaplan aimait la littérature, et particulièrement la poésie, et se lia avec plusieurs écrivains, dont Philippe Soupault et André Breton. Elle avait rédigé des écrits érotiques qui avaient dû affronter la censure. En 1974, elle publiait sous pseudonyme son roman "Mémoires d'une liseuse de draps".

Elle s'est fait connaître par "La Fiancée du pirate", film sélectionné à la Mostra de Venise en 1969 et sorti dans le scandale. Bernadette Lafont y incarne une jeune femme libre, sex-symbol de sous-préfecture se vengeant des humiliations subies en séduisant les notables d'un village, sur l'air de Barbara, "Je me balance...".

>> A voir, la bande-annonce de "La fiancée du pirate", version restaurée:

Une certaine France est choquée, les féministes aussi, ne pouvant supporter la liberté de cette "sorcière" moderne, assumant son goût pour le plaisir, l'argent et la provocation. Le film interdit aux moins de 18 ans, féministe et libertaire, a été diffusé dans le monde entier et est devenu culte.

Elle a réalisé d'autres films: "Papa, les petits bateaux..." (1971), "Néa" (1976), "Charles et Lucie" (1979), "Pattes de velours" (1985), "Plaisir d'amour" (1990), ainsi que des documentaires consacrés à des artistes et célébrités (Gustave Moreau, Abel Gance, André Masson, Victor Hugo, Pablo Picasso etc).

afp/olhor

Publié Modifié