Modifié

"Mon cousin", une comédie portée par un duo dépareillé

L'affiche du film "Mon Cousin" de Jan Kounen. [Pathé Films.]
Jan Kounen associe Vincent Lindon et François Damiens dans "Mon cousin" / Vertigo / 5 min. / le 1 octobre 2020
Réalisé par Jan Kounen ("Dobermann", "99 francs"), "Mon cousin" réunit Vincent Lindon et François Damiens dans un "feel-good movie". L'occasion pour le réalisateur de se frotter à un cinéma plus porté sur la douceur que sur les hurlements et la violence.

Pierre (Vincent Lindon) est le PDG accompli d’un grand groupe familial. Sur le point de signer l’affaire du siècle, il doit régler une dernière formalité: la signature de son cousin Adrien (François Damiens) qui détient 50 % de sa société. Ce doux rêveur farfelu et idéaliste qui enchaîne gaffes et maladresses est tellement heureux de retrouver Pierre qu’il veut passer du temps avec lui et retarder la signature. Pierre embarque donc son cousin avec lui dans un voyage d’affaires plus que mouvementé où sa patience sera mise à rude épreuve.

Le scénario de "Mon cousin" est né d'une envie de Vincent Lindon de s'éloigner des drames politiques et sociaux dans lesquels on le voit habituellement. L'acteur souhaitait incarner dans une comédie le personnage qu'il combat habituellement dans ses films, le grand patron bourgeois, corseté et cassant.

Signé Jan Kounen, "Mon cousin" est un film de tandem incarné par un duo d'acteurs dépareillés. L'occasion pour le réalisateur, autrefois connu pour des films assez punks et très provocateurs comme "Dobermann", "Blueberry" ou "99 francs", d'expérimenter un cinéma tourné vers la douceur.

>> A voir, la bande-annonce de "Mon cousin":

Des énergies contraires

Le film débute sous le signe du yin et du yang, ces énergies contraires qui se complètent. Dans la vie comme sur l'écran, les personnages du film et les acteurs qui les incarnent ne se ressemblent pas. De quoi pimenter le tournage, explique Jan Kounen à la RTS. "Ces personnages, c'est l'eau et le feu. Leurs façons de travailler sont complètement différentes et cela a été logiquement un peu houleux. Vous avez un acteur qui est complètement dans ses marques, dans quelque chose qu'il a préparé au millimètre près et l'autre qui au contraire navigue à sa manière, avec de l'improvisation, avec cette liberté qui fait aussi sa personnalité et son talent d'acteur. Quand vous mettez les deux ensemble, chacun a l'impression que l'autre ne le laisse pas faire ce qu'il doit faire. Et c'est ça qui est intéressant. Ces personnalités, dans la vraie vie, sont aussi éloignées qu'Adrien et Pierre".

Au final, le résultat est plutôt plaisant. Jan Kounen instille par touches son univers déjanté, même si le film ne peut pas être catalogué comme cinéma d'auteur. Cette comédie sentimentale ne cherche pas le gag à tout prix, et malgré son côté quelque peu attendu et convenu, se situe au-dessus de la mêlée.

Sujet radio: Rafaël Wolf, Thomas Gerber

Adaptation web: Melissa Härtel

Publié Modifié