Modifié

"T'as pécho?", un guide de la drague pour pré-adolescents

Une image du film "T'as pécho?" d'Adeline Picault. [Marine Danaux - PathéFilms]
L'invitée : Adeline Picault "Tʹas pécho?" / Vertigo / 26 min. / le 27 juillet 2020
Comédie du dépucelage, "T'as pécho?" est le premier long métrage d'Adeline Picault qui se dit fascinée par l'adolescence, cette période de la vie "où tout est déjà là, mais pas encore sorti". A voir dès ce mercredi sur les écrans romands.

Nuls en drague, Arthur, 15 ans, et ses copains proposent de se faire initier à la séduction par Ouassima, la fille cool du lycée, dont Arthur est secrètement amoureux. A 10 euros par personne, l'apprentissage, à la fois intime et collectif, se révèle efficace et pas seulement pour la bande de garçons.

"T'as pécho?" - "chopé" en verlan - est le premier long métrage d'Adeline Picault, auteure de plusieurs pièces de théâtre. "L'adolescence est un âge qui me fascine: tout est là mais rien n'est encore sorti. C'est comme un funambule sur son fil", dit la réalisatrice.

>> A voir, la bande-annonce du film:

Si les Etats-Unis adorent les comédies du dépucelage, la France y est moins réceptive malgré quelques réussites comme "Les Beaux Gosses" ou "L'Effrontée", un genre que la réalisatrice adore tant il recèle de tonalités différentes. Même si elle a tourné pour Arte un court-métrage sur l'adolescence intitulé "Les Gardiennes", "T'as Pécho?" n'a aucune ambition documentaire.

Une bulle imperméable

Le film est né de l'envie d'Adeline Picault d'évoquer cette période de la vie qu'elle juge atemporelle malgré les changements de générations, comme si l'adolescence avait toujours été vouée aux mêmes interrogations, aux mêmes doutes, aux mêmes affres et aux mêmes obsessions. C'est autant un teen movie, avec son cortège de personnages stéréotypés qui s'affranchissent de l'image qu'ils donnent au fil du récit, que le film d'une adulte qui se souvient de son adolescence.

Une langue inventée

Pourtant, il existe bien un "parler ado" dans "T'as pécho?". "J'ai surtout fait appel à ma propre mémoire. Je n'ai pas étudié la langue des ados et ne suis jamais sortie avec mon magnéto pour les écouter. C'est un mélange de langage de la petite enfance, très imagé et ludique, avec au milieu des réflexions très métaphysiques. Ces deux mouvements qui ne vont pas ensemble provoquent une tension qui, me semble-t-il, est propre à l'adolescence. Mes acteurs parfois jugeaient les dialogues très justes, parfois ils ne s'y retrouvaient pas. C'est plus une bulle poétique qu'un témoignage", précise enfin Adeline Picault.

Propos recueillis par Rafael Wolf

Adaptation web: Marie-Claude Martin

Publié Modifié