Modifié

Le festival Visions du réel en mode virtuel couronné de succès

Emilie Bujès, directrice artistique du Festival Visions du Réel à Nyon. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Lʹinvitée: Emilie Bujès / Six heures - Neuf heures, le samedi / 9 min. / le 2 mai 2020
Pari réussi pour la 51e édition de Visions du réel, redéployée en ligne du 17 avril au 2 mai en raison de la crise du Covid-19: les 134 films sélectionnés ont donné lieu à 60'500 visionnements sur la toile.

Le festival du film documentaire de Nyon a connu une édition particulière. L'événement a été maintenu malgré le coronavirus, mais uniquement en ligne. Les films ont été diffusés gratuitement sur des plateformes.

"On a un bilan plutôt formidable, alors qu'on s'est lancés dans l'inconnu. Il y avait beaucoup de questions techniques et sur le public, pour savoir s'il allait vouloir venir avec nous dans cette aventure. Deux semaines après, on constate que le public était là", explique la directrice du festival Emilie Bujès, dans La Matinale.

"Les films ont été très vus dans toute la Suisse, notamment dans le canton de Zurich. On peut s'imaginer que beaucoup de gens qui sans doute ne seraient pas venus ont découvert le festival", souligne-t-elle.

Esprit convivial

Malgré la distance et les contraintes techniques, l’esprit convivial de Visions du Réel a été sauvegardé. L’intérêt suscité par les films de la sélection, les masterclasses de la Maître du Réel Claire Denis, de Petra Costa et Peter Mettler, cinéastes invités des Ateliers 2020, a dépassé les espérances des organisateurs.

Les discussions avec les cinéastes, débats et masterclasses ont réuni 4500 participations effectives. Elles restent accessibles sur le site de l'événement. Les Industry Talks, les Rendez-vous, les Nuits de Visions et les différentes activités proposées sur le site ont également rencontré leur public.

"Nous allons faire une analyse précise des expériences faites et en tirer des leçons pour enrichir la dimension digitale de nos prochaines éditions qui retrouveront le cadre chaleureux de la ville de Nyon et de sa population", précise Raymond Loretan, président du Festival, cité dans un communiqué.

Sesterce d'or pour "Punta Sacra"

Le sesterce d'or du meilleur long métrage, doté de 20'000 francs, a été remis à l'Italienne Francesca Mazzoleni pour "Punta Sacra". Le jury s'est enthousiasmé pour ce film de la compétition internationale, dédié aux "dernières représentantes d’une communauté de résistantes qui ont bâti leurs maisons toutes seules".

Le sesterce d’or du canton de Vaud (10'000 francs) a été attribué à "The Other One" de Francisco Bermejo (Chili). Le jury a été touché par ce magnifique essai sur la solitude, "l'un des portraits les plus affectueux de ce que signifie vivre avec une maladie mentale".

Quant au sesterce d’or SRG SSR de 15'000 francs (compétition nationale), il a été remis à "Sapelo" du Suisse Nick Brandestini. Il évoque la nature généreuse d’une île dont personne n’avait entendu le nom auparavant et surtout le dévouement de la génération plus âgée pour préserver une communauté.

gma avec ats

Publié Modifié