Publié le 16 mars 2020 à 10:45

"Devs", thriller métaphysique et technologique signé Alex Garland

La loi des séries - Devs
La loi des séries - Devs La loi des séries / 2 min. / le 11 mars 2020
Diffusé par la plateforme de streaming HULU, à qui l'on doit "La Servante écarlate", "Devs" est le projet personnel et hautement ambitieux du scénariste et réalisateur britannique Alex Garland.

Romancier ("La plage", adapté par Danny Boyle), scénariste ("28 jours plus tard") et réalisateur ("Ex Machina", "Annihilation"), Alex Garland poursuit son exploration de la science-fiction d'anticipation avec "Devs" et son univers aussi technologique que métaphysique.

Tout commence avec Sergei, émigré russe et informaticien de génie qui dès les premières minutes monte en grade dans sa boîte. Il est choisi pour intégrer l'équipe restreinte de Devs - la division ultra secrète dédiée à l'informatique quantique, dirigée par l'énigmatique Forest. Campé par Nick Offerman ("Parks and Recreation"), Forest est un milliardaire un brin mégalo, aux ambitions flippantes. Il accompagne le jeune Sergei à travers une forêt jusque dans les locaux de Devs, une espèce de forteresse tout en béton, en verre et en or, qui renferme l'ordinateur quantique le plus puissant du monde.

Forest installe Sergei à un poste et le laisse devant des lignes de codes. C'est à lui de comprendre ce qu'il regarde et ce qu'il devra entreprendre au sein de Devs. Ce qu'il trouvera restera (au départ) un mystère à nos yeux, mais ne sera pas sans conséquence pour lui, car le soir-même, Sergei disparaît. Au grand dam de sa copine, Lily Chan, qui cherchera à savoir ce qui lui est arrivé, sans se douter qu'elle va mettre le doigt dans un engrenage qui la dépasse.

>> A voir, la bande-annonce de "Devs":

 

Intrigante, belle et inhabituelle

Si vous aimez les décors futuristes et épurés ainsi que les énigmes, vous serez séduits par "Devs". La mini-série se révèle hautement intrigante et belle. On retrouve le look et les thèmes chers à Alex Garland, comme la science, la morale et surtout l'égo qui part en vrille.

Dans cette série, le cinéaste s'intéresse à la mégalomanie des puissants et aux limites qu'ils sont prêts à dépasser pour satisfaire leurs désirs. L'intrigue se met en place gentiment, on découvre les dessous de l'affaire au même rythme que Lily et on a hâte de découvrir ce qu'elle va mettre au jour.

Le rythme s'avère aussi étrange et singulier que cette fiction, puisqu'il est à la fois lent et rapide: les rebondissements ne manquent pas et pourtant l'atmosphère demeure souvent contemplative. On apprécie aussi ce mélange de nature – l'entreprise est au beau milieu des bois – et d'éléments hyper modernes, comme cette passerelle qui flotte littéralement dans l'espace.

"Devs" sort du lot. Aussi mystérieuse qu'accrocheuse, la mini-série séduira les fans d'Alex Garland ainsi que tout amateur d'expérience cathodique inhabituelle.

Crystel Di Marzo/ld

Publié le 16 mars 2020 à 10:45