Publié le 14 février 2020 à 15:08

"Locke & Key", une série fantastique aussi divertissante qu'énervante

Locke and Key - La Loi des Séries
Locke and Key - La Loi des Séries La loi des séries / 2 min. / le 12 février 2020
La série "Locke & Key" est diffusée depuis vendredi dernier sur Netflix. Et si les calculs de la plateforme sont exacts, elle devrait cartonner auprès des jeunes adultes.

"Locke & Key" est un roman graphique sorti de l'imagination de Joe Hill. Le fils de Stephen King marche dans les pas de son père en écrivant des histoires fantastiques à tendance sombre depuis 1999. Sa BD "Locke & Key", illustrée par Gabriel Rodriguez, date de 2010. Depuis, les studios ont essayé plusieurs fois de l'adapter, pour le grand et le petit écran, mais chaque tentative s'est soldée par un échec. Trop compliqué, trop vaste, trop cher.

En 2017, la plateforme américaine Hulu est revenue à la charge en confiant à Joe Hill la production et l'écriture du scénario. Mais après avoir vu le pilote, Hulu a refusé la série et l'a refourguée à Netflix, qui a tout renouvelé, au côté de l'auteur: le scénario, le casting et l'équipe technique. Ils n'ont étonnement gardé qu'un acteur de la première mouture, le plus jeune, qui campe le personnage le plus intéressant de la série. Il s'agit de Jackson Robert Scott, le petit Georgie dans les deux chapitres de "Ça" – une autre adaptation de la famille King.

Dans "Locke & Key", Jackson Robert Scott incarne Bode, le cadet de la fratrie, celui qui fait avancer l'histoire et qui nous fait sourire.

A la chasse aux clés

Avec sa mère et ses deux frères et sœurs, Bode vient d'emménager dans la vieille demeure familiale, Key House. Une maison qu'a toujours voulu fuir son père, aujourd'hui décédé.

Cette vaste maison recèle un secret: elle est truffée de clés magiques, qui chuchotent pour qu'on les trouve. Chaque clé correspond à une porte en particulier – qu'il faut réussir à trouver – et à un pouvoir extraordinaire.

Il y a la clé qui permet de devenir un fantôme et de voler, celle qui peut nous emmener n'importe où dans le monde ou encore celle qui répare les objets cassés.

L'ombre au tableau – dans lequel se cache une clé d'ailleurs! – est qu'une entité maléfique veut également s'emparer de ces clés magiques.

>> A voir, la bande annonce de la série:

 

Divertissante, mais énervante

Netflix va certainement faire un carton avec "Locke & Key". La série est écrite et produite pour un public de jeunes adultes et la plateforme a joué la carte de la sécurité en invoquant les formules qui ont fait leurs preuves avec des fictions du genre, à l'instar de "Stranger Things".

Le résultat est séduisant – la réalisation, les effets spéciaux et l'intrigue sont efficaces – mais il est aussi passablement énervant. Car les personnages, dans l'ensemble un peu trop lisses, ont tendance à se comporter stupidement, uniquement dans le but de faire avancer l'histoire. Et c'est extrêmement dommage. Ils ne réfléchissent pas, en tout cas pas avant l'épisode 8, et par conséquent, n'agissent pas toujours logiquement.

L'autre hic, qui risque de choquer les fans de la BD, c'est que les aspects trop sombres ont été gommés de l'histoire. Il y a de la violence, mais elle est suggérée – on ne voit aucune goutte de sang.

En conclusion, la série aurait pu être plus fun, plus intelligente et plus sanglante, mais Netflix a préféré en faire un divertissement familial et grand public. Cela fonctionne, mais mieux vaut ne pas trop réfléchir pour se laisser emmener dans l'univers de "Locke & Key". Un univers plus proche de "Stranger Things" que de "The Haunting of Hill House".

Crystel Di Marzo/ld

Publié le 14 février 2020 à 15:08