Modifié le 18 novembre 2019 à 11:30

Les séries, cette culture populaire qui nous éduque

"Nos vies en séries", un livre sur les séries écrit par Sandra Laugier.
La chronique culturelle - "Nos vies en séries", le livre sur les séries écrit par Sandra Laugier La Matinale / 3 min. / le 15 novembre 2019
Les séries sont une nouvelle école de philosophie. C'est la thèse soutenue par la philosophe Sandra Laugier dans son ouvrage "Nos vies en séries". Un livre qui place ce genre au cœur de la culture populaire d'aujourd'hui.

"Nos vies en séries" n’est pas un livre de critique qui jugerait les séries d’un point de vue esthétique. Ce qui intéresse l’autrice, la philosophe Sandra Laugier, c’est le "réalisme des séries TV". Leur matière est le plus souvent directement extraite de la réalité quotidienne avec une attention fine portée aux détails. De plus, elles s’étalent dans la durée tout en faisant partie de notre réalité quotidienne.

Des outils d'éducation

Selon Sandra Laugier, la série, qui a longtemps été considérée comme un sous-genre un peu débilisant, est devenue LE cœur de la culture populaire et en tant que tel une source essentielle d’éducation morale, sociale et politique.

Pour l'autrice, les séries ont un pouvoir d'éducation supérieur à celui du cinéma parce qu’elles reposent moins sur l’identification aux personnages que sur l’expérience, sur l’imprégnation. A l'instar de ces productions qui font vivre de l’intérieur l’hôpital, la police, la justice, la prison, l’adolescence, la folie ou encore les plus hautes sphères du pouvoir, pour en montrer la part de lumière mais aussi les parts d’ombre.

Face à la série, le public n'est pas juste spectateur de ces mondes. Il les vit sur un rythme répété, durant des semaines, parfois des années. Tout cela, dit Sandra Laugier, marque profondément et entraîne des changements communs chez les personnes qui constituent l'auditoire.

Une voix pour les minorités

Ce qui fait des séries des outils d’éducation politique et morale, c'est aussi qu'elles donnent des rôles majeurs aux minorités: qu’elles soient de genre, de sexualité, raciales ou sociales. Il est dans l'intérêt des plateformes qui les distribuent de toucher toutes les niches de la population. Cet intérêt devient également celui du public, les séries lui permettant de côtoyer des personnes que la vie réelle donne rarement l’occasion de fréquenter.

C’est là que la spécialiste du "care" (voir encadré) et de la démocratie qu'est Sandra Laugier est la plus enthousiaste et enthousiasmante, quand elle suggère: "Et si les séries pouvaient nous rendre meilleurs?"

Sujet radio: Anne-Laure Gannac

Adaptation web: Sébastien Blanc

"Nos vies en séries, Philosophie et morale d'une culture populaire", Sandra Laugier (Editions Flammarion).

Publié le 18 novembre 2019 à 11:25 - Modifié le 18 novembre 2019 à 11:30

"Sériephile" et philosophe

L’autrice Sandra Laugier est "sériephile", mais également professeur de philosophie à Paris. Elle a développé de nouvelles approches comme la philosophie du langage ordinaire, la désobéissance civile et la démocratie radicale, l'éthique féministe du "care" – une réflexion qui valorise le souci des autres – et des réflexions sur la culture populaire, notamment l'étude des séries dont elle est une grande spécialiste.