Modifié le 08 novembre 2019 à 07:36

David Cronenberg ressort "Crash", film culte, sulfureux et controversé

Une scène du film "Crash" de David Cronenberg.
Cinéma: David Cronenberg ressort son film culte, "Crash" Vertigo / 7 min. / le 07 novembre 2019
Le sulfureux "Crash" du Canadien David Cronenberg (1996) ressort dans une version intégrale restaurée en haute définition et présentée au GIFF à Genève. Le réalisateur évoque son film controversé devenu mythique dont "la valeur appartient à son époque".

Auteur de "La mouche" ou de "Faux semblants", David Cronenberg a présenté en personne son film culte, "Crash", dans une version restaurée, en 4K, soit du numérique très haute définition jeudi soir au GIFF, le Geneva International Film Festival.

Vingt-trois ans après sa sortie en salles, le cinéaste évoque pour la RTS cette œuvre majeure de sa filmographie, polémique, sulfureuse et controversée avec beaucoup de recul et lucidité: "C'est très étrange d'avoir tourné un film en pellicule qui demande une restauration numérique alors qu'on est toujours vivant... J'ai la sensation que la valeur du film appartient à son époque. Je ne ressens pas le besoin de faire du film quelque chose d'autre. Le problème avec "Crash", c'est qu'il existait une version censurée avec 10 minutes de moins, une horreur! Cette restauration est une version intégrale, sans coupes, comme celle qui a été présentée au Festival de Cannes en 1996".

Un film plus aussi subversif

"Crash", adaptation d'une nouvelle de J. G. Ballard publiée en 1973, provoqua une énorme controverse qui a rendu le film célèbre. Pourtant, aujourd'hui, il n'apparaît plus aussi subversif. A présent, le jeune public qui a vu le film ne trouve plus rien de scandaleux à cette histoire qui évoque un producteur de films publicitaires, quelque peu égaré dans une vie sexuelle aussi vaine que débridée, menée conjointement avec sa femme Catherine, et qui provoque un accident de la circulation.

Blessé, il rencontre dans les couloirs de l'hôpital la veuve du conducteur qu'il a tué, en compagnie d'un photographe. Celui-ci lui avoue tout de go que les blessures et les mutilations causées par les accidents le fascinent. Le publicitaire se laisse alors séduire par son univers au point d'y trouver l'excitation sexuelle qui lui faisait défaut. Il entraîne Catherine dans des reconstitutions morbides.

"C'est presque une comédie"

"Le film va avoir une vie différente désormais. Il attire un nouveau public qui réagit de manière nouvelle. Cela reflète la manière dont la culture populaire a évolué. Ce qui arrive à "Crash" est à la fois agréable et mystérieux. (...) J'ai redécouvert à quel point le film est étrange. Les personnages sont très bizarres, obsédés par une ou deux choses seulement. Ils ont réduit leur vie à cette obsession. Le sexe mêlé au crashs automobiles qui sont en quelque sorte des désastres technologiques. (...) Je crois que le film a beaucoup d'humour. Il est drôle à cause de l'obsession des personnages. Les gens obsédés sont amusants. Quand j'ai revu le film, je me suis même dit que c'était presque une comédie", détaille David Cronenberg.

Interview: Rafael Wolf

Texte et adaptation web: Olivier Horner

Publié le 06 novembre 2019 à 07:17 - Modifié le 08 novembre 2019 à 07:36