Publié

Un film retrace le bouleversant voyage de Suisses auprès des migrants

Le documentaire suisse "Volunteer". [Site du Zurich Film Festival]
La chronique culturelle - Le film documentaire "Volunteer" sera présenté au Festival du Film de Zurich / La Matinale / 2 min. / le 27 septembre 2019
Présenté ce dimanche en première mondiale au Festival du Film de Zurich, le documentaire "Volunteer" signé Anna Thommen et Lorenz Nufer montre comment se perpétue aujourd’hui la tradition suisse de l’humanitaire.

Film suisse par sa réalisation et sa production, "Volunteer" montre que la tradition humanitaire de notre pays est toujours vive. Le film suit un couple d'éleveurs de vaches alpines, un ancien commandant de l’armée suisse, un comédien humoriste et une femme qui coule une paisible retraite en bord de lac. Tous ces Suisses alémaniques ont un jour choisi de partir pour aider les migrants affluant aux portes de l’Europe.

"Volunteer" fait passer le message d’urgence avec finesse, en misant sur la simplicité. Ces gens aux profils et motivations diverses sont révoltés ou affligés mais ne sont jamais donneurs de leçons. Sensibles mais pas larmoyants, ils savent nous expliquer ce que signifie vraiment porter secours.

Une expérience bouleversante

Et l’originalité de ce film, qui permet d’autant mieux l’identification, réside dans le fait d'insister sur l’impact que cette expérience a eu sur la vie des protagonistes. Peut-on savourer le confort de son quotidien ou la beauté de ses paysages alpestres après avoir passé des jours, des semaines, dans la boue des camps parmi des gens dont les besoins premiers, manger, boire, se vêtir et se sentir en sécurité, ne sont pas assouvis? Peut-on redevenir un comédien qui amuse la galerie avec insouciance? Ou cette femme qui fait ses brasses dans le lac étendu aux pieds de sa maison sublime, sans être hanté et toujours plus déchiré?

En revient-on transformé ou au contraire, comme le suggère l’une des bénévoles, plus proche de soi, de ses idéaux premiers que la routine nous avait fait oublier? Une certitude toutefois: être volontaire laisse des traces. Et "Volunteer" laisse des traces en nous comme ces Suisses en ont laissées sur les plages et dans les camps où ils ont aidé.

Anne-Laure Gannac/mh

"Volunteer", au Festival du Film de Zurich dès ce dimanche puis la semaine prochaine, mardi, jeudi et samedi.

Publié

Le Festival du Film de Zurich inquiet pour son avenir

Le festival zurichois craint pour son avenir depuis que la Confédération a décidé d’exclure de son paquet de subventions les institutions appartenant à des entreprises à but lucratif. Or, le Festival du Film de Zurich appartient au groupe d’édition de la Neue Zürcher Zeitung et devra ainsi renoncer l’année prochaine au soutien de l’Office Fédéral de la Culture.

Nouveau directeur du festival à partir de 2020, Christian Jungen reste optimiste. Selon lui, les opposants à cette décision sont nombreux. "Les cinéastes, les distributeurs sont derrière nous", affirme-t-il à la RTS. "Le rôle de l'Office Fédéral de la Culture est de vérifier que les festivals de cinéma soutiennent la culture cinématographique suisse. Et cette année, 10% de tout le programme est constitué de films suisses. Donc je suis optimiste, nous allons résoudre ce problème".
Propos recueillis par Sophie Iselin