Modifié le 13 août 2019 à 14:43

Valérie Donzelli a été la dernière à filmer l'intérieur de Notre-Dame

La réalisatrice et actrice Valérie Donzelli.
Notre Dame Vertigo / 17 min. / le 12 août 2019
La Piazza Grande s'est enthousiasmée lundi soir pour "Notre Dame", la comédie de Valérie Donzelli, dont Notre-Dame de Paris est l'héroïne. Le film permet aussi à la réalisatrice, fille et petite-fille de restaurateurs d'art, de renouer avec ses origines.

Alors que Notre-Dame de Paris subit actuellement des travaux de décontamination pour la nettoyer de ses poussières de plomb, suite à l'incendie du 15 avril dernier qui a détruit une partie de sa charpente et la flèche de Viollet-le-Duc, la Piazza Grande a pu, lundi soir, contempler l'édifice intacte dans le film de Valérie Donzelli.

"Notre Dame" raconte en effet l'histoire de l'architecte Maude Crayon (Valérie Donzelli elle-même) qui, par un extraordinaire malentendu, se voit confier la restauration du parvis de la cathédrale tandis qu'elle retrouve son amour de jeunesse, Bacchus Renard (Pierre Deladonchamps). "L'histoire entre eux ne recommence pas, elle commence. Il ne s'agit pas d'un retour en arrière. Un retour est toujours un aller puisqu'on évolue, on change, et qu'il faut l'accepter".

Peur qu'il arrive quelque chose à son héroïne

"Notre Dame", comédie du remariage très enlevée, a été écrite, tournée et montée avant le sinistre. L'actrice-réalisatrice a même eu l'autorisation de tourner une scène à l'intérieur, probablement la seule scène de fiction jamais tournée dans la cathédrale chantée par Victor Hugo.

Pendant le tournage, j'avais toujours peur qu'il arrive quelque chose à Notre-Dame, comme j'aurais pu craindre - si j'en avais eu les moyens - que Leonardo DiCaprio se casse une jambe, car Notre-Dame est vraiment l'héroïne de mon film.

Valérie Donzelli, actrice, scénariste et réalisatrice.

>> A écouter, Valérie Donzelli parlant de son dernier film:

Pierre Deladonchamps et Valérie Donzelli présentent le film "Notre-Dame" sur la Piazza Grande de Locarno le 11 août 2019, aux côtés de Lili Hinstin, directrice artistique du Festival.
Samuel Golay - Locarno Film Festival
Le Journal horaire - Publié le 12 août 2019

La réalité a finalement rattrapé la fiction, mais aussi l'histoire personnelle de Valérie Donzelli qui n'a pas écrit son scénario par hasard. La réalisatrice, qui a commencé des études d'architecture avant de bifurquer, sait de qui tenir. Son arrière-grand-père, Duilio Donzelli, anarchiste communiste italien émigré au Luxembourg puis en France, et son père Dante, peintre et sculpteur, ont, à eux deux, restauré la plupart des églises du Duché et de la Lorraine. "Mais mon arrière-grand-père, qui était païen, n'a jamais travaillé de manière très orthodoxe. Il mélangeait les choses pour créer sa propre mythologie".

Les Donzelli, sur lesquels a été publié récemment un livre-somme "L'Art en héritage", ont été des héros lorrains. Ils ont réhabilité le patrimoine de la région. Valérie en a été le témoin curieux et fantasque.

Mon père a ouvert une école d'art pour enfants et adultes à Saint-Mihiel, dans la Meuse, qui existe toujours. Enfant, il nous donnait des blocs de pierre, de la terre et du bois et nous disait de faire quelque chose avec. Cette manière de nous autoriser à faire a été une vraie forme de liberté artistique. Cela m'a enlevé le côté prise de tête: comment faire ceci ou cela? Il suffit de faire!

Valérie Donzelli, actrice, scénariste et réalisatrice française,

De l'argent pour d'autres églises

Bouleversée quand l'incendie s'est déclaré à Notre-Dame, Valérie Donzelli n'en reste pas moins très surprise par l'émotion planétaire que la catastrophe a provoquée. Et si elle est heureuse de l'attachement que les Français ont manifesté pour un des emblèmes de Paris, elle regrette que cette générosité ne concerne qu'un seul édifice. "On a réussi à débloquer un milliard en quelques jours pour la restauration de Notre-Dame qui n'en exige pas autant alors que de nombreuses églises en France meurent chaque jour faute d'argent".

Propos recueillis par Pierre Philippe Cadert/mcm

Publié le 13 août 2019 à 14:41 - Modifié le 13 août 2019 à 14:43