Publié le 12 juin 2019 à 18:29

La cinquième saison de "Black Mirror" perd de sa verve subversive

La cinquième saison de "Black Mirror".
Alter Eco - Black Mirror, le miroir brisé de la technologie Alter Eco / 2 min. / le 12 juin 2019
Disponible depuis quelques jours sur Netflix, la cinquième saison de "Black Mirror" suscite beaucoup de critiques. On lui reproche d'avoir perdu tout son potentiel subversif.

"Black Mirror" a connu le succès en montrant comment la technologie, personnage principal de la série, peut influencer négativement notre société et nos comportements. Anthologie de science-fiction, chaque épisode se tient dans une réalité différente et avec un nouveau casting.

Le sentiment désagréable et ce doute dans lequel est plongé le spectateur à la fin de chaque nouvel épisode est l'une des marques de fabrique de cette série récompensée à de nombreuses reprises.

Humour et morale au programme

Dans la cinquième saison disponible sur Netflix depuis le 5 juin, deux nouveaux ingrédients font irruption: l’humour et la morale. Un changement de cap remarqué et qui n'a pas manqué de susciter de nombreuses critiques.

Les trois épisodes de cette courte saison moralisent donc les spectateurs en les mettant en garde contre la dépendance aux réseaux sociaux et aux jeux vidéo. Rappeler les risques des nouvelles technologies est certes dans l'air du temps, mais cela reste tout de même un peu banal pour une série qui nous avait habitués à mieux.

>> A voir: la bande-annonce de la cinquième saison de "Black Mirror"

Une compromission inacceptable

Une partie des fans de "Black Mirror" y voit une compromission inacceptable face à l’ADN de base de la série. Et ce serait dû à Netflix.

Créée en 2011 par Charlie Brooker comme une dystopie satirique, "Black Mirror" était au départ une série explosive diffusée sur Channel 4, chaîne du service public britannique. Passée dans les mains de Netflix en 2015, elle ne surprend désormais plus. Mais surtout, ses scénaristes évitent soigneusement d'utiliser ce qu'ils ont devant les yeux, soit Netflix.

Ainsi, dans le deuxième épisode de cette cinquième saison, Charlie Brooker veut dénoncer notre addiction aux notifications des réseaux sociaux. Or, Netflix utilise ces mêmes méthodes: tous les moyens sont bons pour nous rendre accros aux nouvelles séries, pour nous solliciter par tous les moyens afin que l'on revienne sur la plateforme.

La technologie au centre de nombreuses séries

Et les géants du divertissement n’en finissent pas de réclamer des séries du style de "Black Mirror". La technologie est un acteur principal qui fascine: Amazon Video avait acquis les droits de la série "Philip K. Dick's Electric Dreams", une copie de "Black Mirror". La troisième saison de "Westworld", une série de HBO inspirée de "Black Mirror" est prévue l'an prochain, avec entre autres Anthony Hopkins. Les deux premières saisons parlaient de transhumanisme et de robotique, cette fois c'est le thème de l'asservissement qui sera à l'honneur.

Netflix a vidé "Black Mirror" de son potentiel subversif. Tant pis, les géants de la diffusion ont décidé de continuer à nous gaver avec plein d'autres séries du genre.

Sujet radio: Frédéric Mamaïs

Adaptation web: Andréanne Quartier-la-Tente

Publié le 12 juin 2019 à 18:29