Modifié le 24 mai 2019 à 09:33

"Une vie cachée", le grand retour de Terrence Malick à Cannes

"Une vie cachée" de Terrence Malick.
L’Américain Terrence Malick présente son nouveau film "Une vie cachée" à Cannes La Matinale / 1 min. / le 20 mai 2019
Adulé et rare, Terrence Malick revient à Cannes avec "Une vie cachée", un sujet historique, inspiré de faits réels. Il filme l’histoire d'un paysan autrichien qui refusa de prêter serment à Hitler.

Terrence Malick est un cinéaste qu’on croyait définitivement perdu. Il s'est fait rare jusqu’à "The Tree of Life", Palme d’or en 2011. Le réalisateur des "Moissons du ciel" et de "La Ligne rouge" s’est mis à produire beaucoup et à sortir des films sentencieux et nombrilistes dont les stars, quand elles n’étaient pas coupées au montage, servaient l’esthétique publicitaire.

>> A lire aussi: Cannes: la Palme d'or pour "The Tree of Life"

Trame plus narrative

On s’attendait donc au pire, qui heureusement, n’est pas arrivé. Car Malick renoue avec une trame plus narrative, même si elle tient dans un mouchoir de poche. Cette "vie cachée", c’est celle d’un paysan autrichien durant la Seconde Guerre mondiale, interprété par August Diehl. Il refuse de servir dans l’armée nazie et se retrouve en prison, tandis que sa femme gère seule la ferme et les enfants.

>> A voir: La bande-annonce du film "Une vie cachée" de Terrence Malick (en anglais)

Le cinéaste célèbre toujours autant la nature et nous sert son habituel délire mystique: dans sa soif d’absolu et de bien, le résistant incarne une icône, une figure christique, et feu Bruno Ganz, qui apparaît quelques minutes, un Ponce Pilate nazi.

La grandiloquence de la forme non plus n’a pas disparu, mais on est saisi par la beauté des images, la force d’incarnation des personnages et l’utilisation brillante des archives d’époque. Malick n’est plus tout à fait Malick, mais il remonte la pente.

Raphaële Bouchet/mcc

Publié le 20 mai 2019 à 10:30 - Modifié le 24 mai 2019 à 09:33