Modifié le 26 mars 2019 à 08:59

Attaque en règle contre le capitalisme dans "La Chute de l'empire américain"

L'affiche du film "La Chute de l'empire américain" de Denys Arcand.
Denys Arcand achève son œuvre avec "La Chute de l’empire américain" La Matinale / 1 min. / le 25 mars 2019
Le cinéaste québécois Denys Arcand achève sa trilogie par un polar captivant, 33 ans après le "Déclin" et "Les invasions barbares". "La Chute de l'Empire américain", attaque en règle du système capitaliste, sort en salles mercredi 26 mars.

Tout commence avec un hold-up qui tourne mal, dont va profiter le convoyeur de fond, un ancien étudiant en philosophie qui s'empare du magot. Il tente de le cacher, avec l'aide d'un truand à peine sorti de prison.

>> A voir la bande annonce du film "La Chute de l'empire américain" de Denys Arcand



Un film où les petits brigands s'offrent les services des grands noms de l'évasion fiscale et où l'idéalisme triomphe face au libéralisme. Une fable à la Robin des Bois que Denys Arcand a imaginé comme une forme de résistance face à la pensée dominante.

"Le capitalisme est triomphant actuellement parce qu'il n'y a pas d'autres idéologies qui lui tiennent tête" déclare le réalisateur à la RTS.

Denys Arcand, réalisateur du film "La Chute de l'empire américain".

On est en panne complète d'idéologie, ce qui cause le désarroi de nos sociétés. On ne sait plus à quel saint se vouer, on ne sait plus où aller.

Denys Arcand, réalisateur du film "La Chute de l'empire américain"

Le fric comme valeur refuge

Pour le réalisateur québécois ce manque d'idéologie fait que l'argent triomphe comme une sorte de valeur refuge.

Dans cette histoire qui ne parle que d'argent, c'est avant tout la fragilité du système que souligne le cinéaste, fragilité qui pourrait être à la source de la chute de l'empire américain.

Sophie Iselin/mcc

Publié le 25 mars 2019 à 12:19 - Modifié le 26 mars 2019 à 08:59