Banner prix cinema.

Les Quartz du 7e art

Publié le 22 mars 2019 à 19:29 - Modifié le 25 mars 2019 à 09:04

Toute l'actualité des Prix du cinéma suisse 2019

>> Le premier long-métrage du Genevois Antoine Russbach, "Ceux qui travaillent", a triomphé vendredi lors des Prix du cinéma suisse 2019. Il obtient trois récompenses, dont celles de meilleure fiction et meilleur scénario. "Chris The Swiss" de Anja Kofmel rafle également trois prix, dont celui du meilleur documentaire.

>> La cérémonie de remise des Prix du cinéma suisse s'est déroulée vendredi 22 mars au Bâtiment des Forces Motrices, à Genève.

Un dossier réalisé par RTS Culture.

  • "Ceux qui travaillent" élu meilleur film de fiction

    Un film triplement récompensé

    "Ceux qui travaillent", du réalisateur Antoine Russbach, a reçu le prix du meilleur film de fiction suisse 2019. Le long-métrage raconte l'histoire d'un bourreau de travail qui se fait licencier et qui, se remettant en question, prend soin de sa fille.

    Le réalisateur genevois Antoine Russbach a reçu les Quartz 2019 du meilleur film de fiction et du meilleur scénario pour son film "Ceux qui travaillent" le 22 mars 2019 à Genève.
    Le réalisateur genevois Antoine Russbach a reçu les Quartz 2019 du meilleur film de fiction et du meilleur scénario pour son film "Ceux qui travaillent" le 22 mars 2019 à Genève. [Martial Trezzini - Keystone]

    Le film romand a également reçu vendredi soir un quartz pour le meilleur scénario, et a été récompensé dans la catégorie meilleure interprétation dans un second rôle, avec une distinction qui est revenue à l'actrice Pauline Schneider.

    >> A lire: "Ceux qui travaillent" sacré meilleur film aux Prix du cinéma suisse

    >> Voir ou revoir la cérémonie de remise des Prix du cinéma suisse 2019:

    Cérémonie de remise du Prix du cinéma suisse 2019
    Culture - Publié le 22 mars 2019

    >> Voir l'émission spéciale "Les lauréats":

    Emission spéciale, Les Lauréats
    La Nuit du Cinéma Suisse - Publié le 22 mars 2019
     

  • La diversité du cinéma suisse

    Tous les genres y sont représentés

    A lire la liste des nominations 2019 au Prix du cinéma suisse, il apparaît une sélection de grande qualité, avec des films de tous les genres. De la comédie décomplexée et tout public de Michael Steiner ("Wolkenbruch", 4 nominations) à la fresque typiquement zurichoise comme "Zwingli"; du drame social le plus affûté avec "Ceux qui travaillent" du Genevois Antoine Russbach, au documentaire de Christian Frei, "Genesis 2.0", qui part à la recherche du mammouth laineux, le spectre est large.

    >> A regarder, l'entretien avec le cinéaste genevois Antoine Russbach:

    Rendez-vous culture : le cinéaste Antoine Russbach nous présente son long-métrage  "Ceux qui travaillent".
    12h45 - Publié le 16 octobre 2018

    On notera également bon nombre de films originaux, expérimentaux, comme "Livre d'images", de Jean-Luc Godard, qui pousse le 7e art dans ses derniers retranchements au point de devenir une installation d'art contemporain, ou "Chris the Swiss" d'Anja Kofmel qui mélange avec grâce animation, enquête sur un personnage de sa famille et réflexion sur les horreurs de la guerre. Deux films, en tout cas, qui ont largement dépassé les frontières helvétiques, au point de créer l'événement ou d'être primé dans les plus grands festivals du monde.

    >> A regarder, le dernier opus de Godard fait le buzz à Cannes:

    "Le Livre d'image", le dernier opus de Jean-Luc Godard fait le buzz à Cannes où le film est en compétition officielle
    19h30 - Publié le 13 mai 2018
     

    Diversité encore lorsque les réalisateurs s'attachent à parler de la crise migratoire de manière très personnelle comme "Eldorado" de Marcel Imhof qui la combine avec un souvenir d'enfance ou Germinal Roux qui, avec "Fortuna", livre un film d'une humanité bouleversante et d'une beauté formelle à couper le souffle. C'est aussi une des dernières apparitions à l'écran de Bruno Ganz.

    >> A écouter, la critique de "Fortuna" considéré comme un chef-d'oeuvre, suivi des interviews de ses deux acteurs:

    "Fortuna" de Germinal Rouaux, avec Kidist Siyum Beza.
    VEGA Film & Distribution
    Brazil - Publié le 15 avril 2018
     

    Les Romands sont très présents dans cette liste, tout comme les femmes, dont les documentaires ont fait parler d'eux bien au-delà des frontières. Il n'est que de citer "#Female pleasure" de Barbara Miller pour mesurer combien la cuvée 2019 traduit, en des formes proprement cinématographiques, les préoccupations du monde.

    >> A regarder: Prix du cinéma suisse 2019, forte présence des Romands et des femmes:

    Les Prix du Cinéma Suisse à Genève: Julie Evard relève la forte présence des Romands et des femmes.
    19h30 - Publié le 22 mars 2019

    Des nominés à découvrir en salles

    Jusqu'au 24 mars, le public pourra découvrir la cuvée 2019 lors de projections des films nominés aux Cinémas du Grutli à Genève et au Filmpodium à Zurich. Les samedi et dimanche seront dédiés aux films primés.

    Le programme est à lire ici.

  • Carte blanche aux hautes-écoles HEAD et ZHDK

    Deux capsules d'étudiants à découvrir

    A l’occasion du Prix du cinéma suisse 2019, la SSR travaille avec les étudiants en cinéma. La HEAD, Haute école d'art et de design de Genève, et la ZHDK, Haute École d'Art de Zurich, ont produit ensemble sept capsules vidéo de personnalités du cinéma, toutes nominées pour un des Prix du Cinéma suisse. Les portraits ont été réalisés sous la responsabilité de Daniel Schweizer (HEAD) et Tom Gerber (ZHDK).

    L’émission spéciale sur le Prix du cinéma suisse, vendredi 22 mars à 21h40 sur RTSDeux, reviendra sur l’ensemble de l’opération en diffusant un des films réalisés, et aussi un reportage en coulisses. Les sept films des étudiants peuvent aussi être visionnés sur Play RTS, sur les présences sociales du Prix du cinéma suisse ou, sur grand écran, lors de projections organisées à Genève et Zurich dans le cadre de "La semaine des nominés".

    A voir: les deux vidéos réalisées par des étudiants.

    La première explique le travail d'Isabelle Meier, monteuse du documentaire "#Female Pleasure", de Barbara Miller. Réalisée par Gemma Ushengewe, cette capsule témoigne de l'importance de ce poste dans la construction d'un film. La monteuse, après avoir reçu les rushes, doit couper, assembler, associer pour faire naître les émotions chez les spectateurs.

    Prix du cinéma suisse - Isabel Meier, monteuse
    Culture - Publié le 18 mars 2019

    La seconde capsule, de Jennifer Taylor, fait le portrait du Genevois Antoine Russbach, réalisateur de "Ceux qui travaillent", nominé dans les catégories "meilleur film de fiction" et "meilleur montage".

    Prix du cinéma suisse - Antoine Russbach, réalisateur et scénariste
    Culture - Publié le 18 mars 2019

  • Le prix d'honneur

    Beki Probst, figure marquante du paysage cinématographique suisse

    Sur les scènes mondiales des festivals, chacun la connaît: Beki Probst, toujours élégante, polyglotte, affable, dynamique, entreprenante et passionnée de cinéma depuis son enfance à Istanbul.

    >> A écouter, entretien avec Beki Probst qui raconte ses débuts dans la profession, notamment à Berne:

    Beki Probst, directrice du Marché du film de la Berlinale, ici sur la Piazza Grande à Locarno en 2009.
    Martial Trezzini - Keystone
    Vertigo - Publié le 19 mars 2018

    De Turquie jusqu'en Suisse, cette ex-journaliste a traversé le monde en quête d'images. Patronne d'une chaîne de cinéma d'auteur, créatrice en 1988 de l'European Film Market de Berlin, figure incontournable du festival de Locarno, elle recevra vendredi soir le Prix d'honneur du cinéma suisse.

    Le film à découvrir ci-dessous est une histoire d'amour: celle entre une femme et le grand écran, celle entre une femme et l'image en mouvement. De mouvement, il en est question dans le parcours singulier qu'est celui de Beki Probst. De Turquie jusqu'en Suisse, de Berne à Locarno, de Locarno à Berlin, elle a traversé le monde en même tant que les images. Ce portrait réalise ainsi le voyage entre images d'archives et séquences de témoignage.

    >> A voir, le portrait de Beki Probst réalisé par les étudiants de la HEAD Linn Henz, Sylvain Froidevaux, Elijah Graf, Mathis Damour:

    Prix du cinéma suisse - Beki Probst, prix d’honneur
    Culture - Publié le 18 mars 2019

  • Toute la compétition

    Les candidats des douze catégories du Prix du cinéma suisse

    Meilleur film de fiction

    CEUX QUI TRAVAILLENT de Antoine Russbach
    (Box Productions sàrl)
    DER LÄUFER von Hannes Baumgartner
    (Contrast Film Bern GmbH)
    DER UNSCHULDIGE von Simon Jaquemet
    (8horses GmbH)
    FORTUNA de Germinal Roaux
    (VEGA Production)
    WOLKENBRUCH von Michael Steiner
    (Turnus Film AG)

    Les nominés au Prix du cinéma suisse 2019.
    Les nominés au Prix du cinéma suisse 2019. [schweizerfilmpreis.ch]

     

    Meilleur documentaire

    CHRIS THE SWISS von Anja Kofmel
    (Dschoint Ventschr Filmproduktion AG)
    ELDORADO de Markus Imhoof
    (Thelma Film AG)
    #FEMALE PLEASURE von Barbara Miller
    (Mons Veneris Films GmbH)
    GENESIS 2.0 von Christian Frei, Maxim Arbugaev
    (Christian Frei Filmproduktion GmbH)
    LES DAMES de Stéphanie Chuat (Association Climage)

     

    Meilleur court métrage

    ALL INCLUSIVE von Corina Schwingruber Ilić
    (freihändler Filmproduktion GmbH)
    BACHA POSH von Katia Scarton-Kim
    (INred Production)
    BONOBO von Zoel Aeschbacher
    (Nouvelle Tribu)
    SCHÄCHER von Flurin Giger
    (Giger Brüder)
    VALET NOIR von Lora Mure-Ravaud
    (Alva Film Production sàrl)

     

    Meilleur film d’animation

    COYOTE von Lorenz Wunderle
    (YK Animation Studio GmbH)
    SELFIES von Claudius Gentinetta
    (Gentinettafilm)
    THE FLOOD IS COMING von Gabriel Böhmer
    (Gabriel Böhmer)

     

    Meilleur scénario

    CEUX QUI TRAVAILLENT - Antoine Russbach
    DER UNSCHULDIGE - Simon Jaquemet
    WOLKENBRUCH - Thomas Meyer

     

    Meilleure interprétation féminine

    Julia Föry (Léa Pearl) dans PEARL
    Judith Hofmann (Ruth) dans DER UNSCHULDIGE
    Sarah Sophia Meyer (Anna) dans ZWINGLI

     

    Meilleure interprétation masculine

    Joel Basman (Motti) dans WOLKENBRUCH
    Max Hubacher (Jonas) dans DER LÄUFER
    Max Simonischek (Zwingli) dans ZWINGLI

     

    Meilleure interprétation dans un second rôle

    Sunnyi Melles (Frau Silberzweig) dans WOLKENBRUCH
    Noémie Schmidt (Laura) dans WOLKENBRUCH

    (Lire: "Une reconnaissance et une joie d’être nommée aux Prix du Cinéma suisse")
    Pauline Schneider (Hilde) dans CEUX QUI TRAVAILLENT

    Meilleure musique de film

    CHRIS THE SWISS - Marcel Vaid
    ELDORADO - Peter Scherer
    #FEMALE PLEASURE - Peter Scherer

     

    Meilleure photographie

    CEUX QUI TRAVAILLENT - Denis Jutzeler
    DER UNSCHULDIGE - Gabriel Sandru
    ELDORADO - Peter Indergand

     

    Meilleur montage

    CHRIS THE SWISS - Stefan Kälin
    #FEMALE PLEASURE - Isabel Meier
    LE LIVRE D'IMAGE - Jean-Luc Godard

     

    Meilleur film de diplôme 

    FAST ALLES von Lisa Gertsch
    (Zürcher Hochschule der Künste ZHdK)
    HAMAMA & CALUNA von Andreas Muggli
    (HSLU Studienbereich Video)
    LES HEURES-ENCRE von Wendy Pillonel
    (Zürcher Hochschule der Künste ZHdK)

  • Retour sur l'édition 2018

    Les gagnants

    La cérémonie de remise des Prix du cinéma suisse, qui s'est tenue à Oerlikon le 23 mars, s'est conclue sur la victoire de "Blue my mind", de Lisa Brühlmann, qui a obtenu trois récompenses, dont celle de meilleur film de fiction. Côté romand, Jean-Stéphane Bron est primé pour son documentaire "L’Opéra de Paris".

    >> A découvrir notre dossier sur l'édition 2018 du Prix du cinéma suisse:

    Le palmarès des Prix du cinéma suisse 2018