Modifié

"Paris est à nous", un film en forme d'état d'urgence permanent

Porté par la Valaisanne Noémie Schmidt, "Paris est à nous" est le premier film français distribué par Netflix. [RTS]
Le film "Paris est à nous" est disponible sur Netflix: interview du producteur Laurent Rochette / Forum / 6 min. / le 25 février 2019
Initialement intitulé "Paris est une fête" avant d'être baptisé "Paris est à nous", ce film expérimental tourné entre 2014 et 2017 et porté par l'actrice romande Noémie Schmidt, est disponible sur la plateforme Netflix.

Malgré l'économie de moyens, 4'000 euros de budget et un scénario écrit au fur et à mesure, la qualité visuelle et esthétique est au rendez-vous. "Paris est à nous", qui enchaîne les séquences à la façon d'un gigantesque clip vidéo rythmé, déborde d'envies cinématographiques à chaque plan. Avec mouvements de caméra souples et aériens, cadrages à l'envers, grands angles, la mise en scène impressionne.

Une manière de réaliser qui colle à l'ambition initiale du film de capter l'essence d'une époque à travers Paris, en recourant à un processus d'immersion permanent. L'équipe a filmé à Paris entre 2014 et 2017, période où la capitale française était sous tension. Le besoin de raconter ce qui se passait s'est imposé comme une évidence avec cette question centrale: "Peut-on encore croire en l'avenir alors que la peur nous détermine?"

Curieux jeu de miroir entre l'héroïne du film et l'ambiance de Paris

Au cœur d'une relation turbulente et des tensions qui agitent sa ville, le long métrage suit une jeune Parisienne (incarnée par une Noémie Schmidt étincelante) qui est emportée dans un tourbillon de rêves, de souvenirs et d'incertitudes.

Le tournage s'est fait au coup par coup, selon les disponibilités de chacun. Mais surtout en fonction des événements qui marquent la capitale, comme la fête de la musique, les défilés de CRS ou les rassemblements de "Nuit Debout". La réalité est complètement intégrée au film. Il en résulte un curieux jeu de miroir entre l'héroïne du film et l'ambiance de la capitale. Un état d'urgence permanent.

olhor

Publié Modifié