Modifié le 10 janvier 2019 à 22:22

Les séries TV made in Suisse romande séduisent le marché étranger

Retour sur les séries télé à succès de la RTS
Retour sur les séries télé à succès de la RTS 19h30 / 2 min. / le 10 janvier 2019
Chronique familiale tournée en Lavaux, la série "Double vie" débarque jeudi soir sur la RTS. L'occasion de mesurer le chemin parcouru par les séries romandes, certaines intéressant désormais le marché étranger.

Marc, marié, deux enfants, meurt subitement. Un décès qui laisse éclater au grand jour son secret: il menait une double vie. Ses deux familles devront dès lors trouver les ressources nécessaires pour un nouveau départ. Dernière née des séries RTS, "Double vie" est composée de six épisodes mélancoliques et drôles.

>> Voir le trailer de "Double vie":

Double vie, le trailer
Double vie - Publié le 25 janvier 2019

>> Lire aussi:  "Double vie", une série de la RTS réalisée par Bruno Deville

Adaptée d'une série flamande, "Double vie" est le fruit de talents locaux: casting suisse, scénaristes suisses et réalisateur belgo-suisse, qui ont travaillé en partenariat avec la RTS selon une logique en place depuis une dizaine d'années.

Alors que par le passé le service public audiovisuel romand produisait des séries pour le prime time, destinées au grand public, il se concentre désormais sur des productions d'auteurs, des histoires intenses visant un public plus pointu, explique au 19h30 Françoise Mayor, cheffe de l'unité Fiction de la RTS.

"Nous pouvons ainsi laisser davantage de liberté aux auteurs, ceux-ci peuvent aller plus loin dans l'évocation de leur univers et dans la façon dont ils réalisent leur projet", analyse la responsable.

Une série romande sur Netflix

Et ça marche: la dernière série en date de la RTS, "Quartier des banques", a été vendue dans une douzaine de pays. Les géants du streaming scrutent également les productions helvètes, deux d'entre elles ayant intégré le catalogue de Netflix: la romande "Station Horizon", fiction aux allures de western moderne tournée en Valais, et l'alémanique "Le croque-mort", l'histoire d'un ancien flic devenu employé de pompes funèbres.

Face à l'appétit de ces plateformes étrangères, le service public suisse compte mettre en place son propre service de vidéo à la demande, misant sur les contenus locaux produits dans les quatre langues nationales, organisés par domaines, tels des ponts culturels entre les différentes régions.

"En matière de séries, notre intention est d'essayer d'augmenter le volume de production en Suisse alémanique, romande et italienne", ajoute Gilles Marchand, directeur général de la SSR. "Soit un peu plus de moyens pour créer des rendez-vous plus réguliers et pour que la profession - auteurs, réalisateurs, producteurs - puisse développer son savoir-faire dans ce domaine."

Un domaine dans lequel les plateformes étrangères investissent également massivement. Le patron des contenus originaux de Netflix révélait à la fin de l'année dernière que le service de streaming lancerait 221 projets en Europe en 2019, contre 141 en 2018.

Reportage TV: Claire Burgy et Julie Evard

Adaptation web: Tamara Muncanovic

>> "Double vie", diffusée jeudi 21h10 sur RTS Un

Publié le 10 janvier 2019 à 21:37 - Modifié le 10 janvier 2019 à 22:22