Modifié

La maison Rubens d'Anvers répond avec humour à la censure de Facebook

Capture d'écran de la vidéo diffusée par la maison Rubens à Anvers. [Visitflanders sur youtube]
Capture d'écran de la vidéo diffusée par la maison Rubens à Anvers. [Visitflanders sur youtube]
De faux agents de sécurité demandant aux visiteurs qui possèdent un compte Facebook de quitter les salles présentant des peintures de nus: la maison Rubens à Anvers a répondu avec humour à la censure exercée par le réseau social.

Après une nouvelle censure de Facebook envers un tableau de maître, "La Descente de Croix" de Pierre Paul Rubens, le musée consacré au peintre a réagi en publiant une vidéo intitulée "Les peintures de Rubens du 16e siècle face aux règles des réseaux sociaux au 21e".

Cette vidéo humoristique met en scène des comédiens déguisés en agents du FBI (pour FaceBook Intelligence). Ils demandent aux visiteurs qui utilisent Facebook de détourner les yeux devant des peintures de nus ou les emmènent devant des oeuvres "décentes".

>> La vidéo de la maison Rubens:

Dans le même temps, révèle Le Figaro, l'office du tourisme de la région et plusieurs professionnels de l'art flamand ont écrit une lettre au fondateur de Facebook Mark Zuckerberg pour le sensibiliser aux problèmes soulevés par la modération de son site.

"La diffusion de notre patrimoine culturel unique est à ce jour impossible sur le réseau social le plus populaire. Notre art y est qualifié d'indécent, voire de pornographique", dénoncent-ils.

"Descente de croix" de Rubens. [wikiart]"Descente de croix" de Rubens. [wikiart]

boi

Publié Modifié

Le troisième tableau censuré

"La Descente de Croix" de Rubens est le troisième tableau à avoir été censuré récemment par l'algorithme de Facebook. Le réseau social avait auparavant retiré les images de "La liberté guidant le peuple" de Delacroix et "L'origine du monde" de Courbet, soulevant déjà des critiques.

A chaque nouvelle polémique, le géant californien affirme que son objectif n'est pas d'interdire les oeuvres d'art mais assure que sa politique de sécurité vise à filtrer tout contenu à caractère pornographique. Celle-ci interdit toute photographie ou représentation des parties génitales, notamment les seins des filles et des femmes.