Modifié le 19 mars 2018 à 09:30

"L'art, c'est poser des questions, pas donner des réponses, tout est permis"

L’interview: l'artiste chinois Ai Weiwei crée l'événement avec son film "Human Flow"
L’interview: l'artiste chinois Ai Weiwei crée l'événement avec son film "Human Flow" 19h30 / 8 min. / le 18 mars 2018
Pour l'artiste chinois Ai Weiwei, invité dans le 19h30, "en art, tout est permis, car l'art, c'est poser des questions, pas donner des réponses". La preuve avec son film "Human Flow", un documentaire choc sur le sort des 65 millions de déplacés dans le monde.

Ai Weiwei a présenté dimanche au Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) de Genève en première suisse son film "Human Flow", littéralement "le flot humain".

Ce documentaire tourné dans plus de 20 pays montre le sort des 65 millions de déplacés dans le monde. "Nous ne pouvons pas dire que nous ne savons pas, que nous ne connaissons pas la situation, 65 millions de personnes ont été expulsées de chez elles et leur nombre ne fait qu'augmenter", a expliqué l'artiste chinois dans le 19h30 de la RTS.

"Tout est permis"

Relevant qu'il avait un lien naturel avec les personnes qui sont expulsées de chez elles, puisqu'il grandi en tant que réfugié, le réalisateur a décidé de présenter leur histoire au public.

"En art, tout est permis, il n'y a pas de limite, c'est pourquoi l'art est dangereux, mais l'art c'est poser des questions, pas donner des réponses", a encore déclaré l'artiste dissident chinois.

Quitte à choquer? "Cela dépend, si les gens ont une sensibilité et sont prêts à être choqués, il y a beaucoup de gens qui n'ont pas la capacité d'être choqués. Ce n'est pas mon premier objet que de choquer les gens, il n'y a que les âmes sensibles qui sont choquées"

Revenant sur la situation des droits de l'homme en Chine, Ai Weiwei a reconnu que tout ce qu'il avait essayé de faire pour changer la situation dans son pays natal avait échoué. S'agit-il d'une cause sans espoir? "Je crois qu'il y a toujours de l'espoir mais on ne sait pas comment la situation va évoluer".

lan

Publié le 18 mars 2018 à 21:05 - Modifié le 19 mars 2018 à 09:30