Modifié le 12 avril 2017 à 09:14

Athènes accueille le rendez-vous d'art contemporain Documenta

L'exposition d'art contemporain Documenta se tiendra à Athènes jusqu'à la mi-juin, puis sera rapatriée à Kassel jusqu'au 17 septembre.
Le rendez-vous d'art contemporain Documenta ouvre ses portes à Athènes Forum / 4 min. / le 08 avril 2017
La Documenta ouvre ses portes cette année pour la première fois en deux endroits : à Cassel, site de longue date, et à Athènes.

Cette année, la Documenta se dédouble puisqu'elle ouvre un premier chapitre à Athènes. 160 artistes du monde entier exposent dans une quarantaine de lieux dans toute la ville. Musées, églises, écoles d'art, conservatoire, jardins, la Documenta est partout! 

Athènes est une ville en crise, le directeur de la Documenta, Adam Szymczyk, fait pourtant très fort. Avec son budget, et en venant travailler à Athènes avec les institutions publiques depuis 3 ans, il a apporté un grand soutien à la vie culturelle à Athènes.

Le tout nouveau Musée d'art contemporain par exemple attendrait encore sans doute pour son inauguration s’il avait dû compter sur ses propres moyens.

L'idée d'Adam Szymczyk était d'éviter à tout prix le côté "colonisateur". Son attitude et son choix ont été de faire travailler ses équipes et les artistes dans un échange avec les créateurs, les étudiants, habitants et penseurs grecs, pour apprendre d'eux et pour remettre en lumière tous les pans de l'histoire grecque: Antiquité, Histoire moderne et contemporaine.

Athènes, entre passé et présent

Les expos mêlent avec talent archives et œuvres récentes et elles nous rappellent qu'Athènes a été un foyer culturel passionnant, pour la musique contemporaine, l'architecture, et les arts, tout au long du 20e siècle.

À la conférence de presse, tout le staff de la Documenta, directeur compris, était sur scène pour interpréter une œuvre vocale d'un compositeur grec des années 60.

Des échos de la crise à travers l'art

Ces moments forts ou difficiles que vit la Grèce font écho à de nombreuses autres crises dans le monde, à d'autres moments difficiles traversés par l'Europe. À d'autres flots de migrants et réfugiés qu'évoquent des artistes thaïlandais, mexicains ou africains.

Guillermo Galindo, "Teclata" (2015), un instrument musical réalisé avec de conserves vides et des bouteilles en plastique.
Guillermo Galindo, "Teclata" (2015), un instrument musical réalisé avec de conserves vides et des bouteilles en plastique. [Richard Misrach - Documenta 14]

Au Conservatoire, le mexicain Guillermo Galindo expose d'étranges instruments de musique faits à partir d'objets recyclés. Ces objets, il les a collectés dans des camps de réfugiés ou migrants, à la frontière mexicaine, en Allemagne et à Lesbos.

À travers tous ces artistes, Grecs et d'ailleurs, on perçoit des échos très forts du monde et des dangers qui nous menacent (populisme, rejet de l'autre, crise économique), mais aussi des atouts de notre temps, en termes d'échange, de partage, de respect et de réelle ouverture à l'autre.

Martine Béguin/ld

La Documenta ouvre ce week-end à Athènes. Le deuxième chapitre de tiers en juin à Kassel, en Allemagne. À voir jusqu'à la fin octobre.

Publié le 09 avril 2017 à 10:06 - Modifié le 12 avril 2017 à 09:14