Publié le 28 mars 2017

Un livre éclaire le choix de Berne pour la collection de feu Cornelius Gurlitt

Des oeuvres provenant de la collection Gurlitt avaient été confisquées en 2012.
Un livre éclaire le choix de Berne pour la collection de feu Cornelius Gurlitt Le Journal du matin / 1 min. / le 28 mars 2017
En 2014 Cornelius Gurlitt, marchand d'art munichois, léguait son importante collection au Musée des Beaux-Arts de Berne. Trois ans plus tard le livre "Le complexe Gurlitt" éclaire ce choix de la ville fédérale.

Mais pourquoi Berne? La question était sur toutes les lèvres lorsqu'on apprenait en 2014 que Cornelius Gurlitt, marchand d'art munichois, léguait son importante collection au Musée des Beaux-Arts de Berne. Il s'agit d'une collection de 1500 oeuvres, des toiles et des dessins prestigieux, mais sujets à caution, puisqu'une partie d'entre eux avaient été volées par les Nazis.

Une enquête pour comprendre

Un choix qui n'est pas dû au hasard: on savait que le collectionneur munichois était en relation avec le galeriste bernois Kornfeld. Les auteurs de cette enquête, trois journalistes de la place, montrent qu'avant lui, d'autres marchands bernois étaient en affaire avec le père du collectionneur münichois.

Pour Michael Feller, co-auteur du livre "Le complexe Gurlitt", il était important de montrer que Berne occupe une place sur la carte de l'art volé et du marché de l'art douteux. "Nous avons montré qu'il y a eu à Berne plusieurs cas de commerce de tableaux douteux", explique-t-il au micro de la RTS.

>> A voir "Les 1400 œuvres léguées par feu Cornelius Gurlitt resteront aux mains du Kunstmuseum de Berne":  

Les 1400 œuvres léguées par feu Cornelius Gurlitt resteront aux mains du Kunstmuseum de Berne
12h45 - Publié le 15 décembre 2016

Mais l'arrivée de la collection Gurlitt au Kunstmuseum de Berne est avant tout liée à sa relation avec le galeriste Kornfeld, une relation intense pendant plus de 20 ou 30 ans, précise Michael Feller.

Cela ne veut pas dire qu'il y ait eu une livraison chaque année, mais on peut dire que Eberhard W. Kornfeld était le plus important marchand d'art de Cornelius Gurlitt. Il a plusieurs fois livré des tableaux, qui ont été ensuite vendus aux enchères, à Berne.

Michael Feller, co-auteur du livre "Le complexe Gurlitt"
 

Des ventes pour un montant total de 1 million 300 mille francs. Pour Michael Feller, Eberhard W. Kornfeld n'a pas mal agi en vendant des tableaux de Gurlitt et que le Musée des Beaux-Arts de Berne a bien fait d'accepter cet héritage en décembre dernier. Même s'il l'a plutôt fait avec une certaine réticence.

Sylvie Lambelet/mcc

Publié le 28 mars 2017