Modifié le 30 décembre 2016

Le dessinateur romand Raymond Burki est décédé à l'âge de 67 ans

Dessin de presse: Raymond Burki est décédé
Dessin de presse: Raymond Burki est décédé 19h30 / 2 min. / le 29 décembre 2016
Le quotidien vaudois 24 heures a annoncé jeudi le décès de son ex-dessinateur Raymond Burki. Pilier du journal pendant 38 ans, il a publié quelque 8000 dessins au cours de sa carrière.

Le journal 24 heures indique que Raymond Burki est mort durant la nuit de mercredi à jeudi, des suites d’un cancer.

"Institution vaudoise", le dessinateur de presse vaudois avait publié près de 8000 dessins au cours de sa carrière. Il avait pris sa retraite en septembre 2014 mais avait dû, depuis, lutter contre la maladie.

Son style se caractérise par un trait fin et une absence quasi complète de texte. Caricaturiste, ses cibles privilégiées ont souvent été les femmes et les hommes politiques, mais rarement avec méchanceté.

Premier dessin de presse en 1976

Né le 2 septembre 1949 à Epalinges (VD), Raymond Burki a d'abord effectué un apprentissage de retoucheur photographique en héliogravure à Lausanne, avant de travailler un an à Paris.

Son premier dessin est paru dans la Tribune Le Matin en juillet 1976 et dès 1978 il se consacre uniquement au dessin de presse et obtiendra de nombreuses distinctions au fil de sa carrière.

>> Le témoignage de Thierry Meyer, rédacteur en chef de 24 heures:

Thierry Meyer.
Dominic Favre - Keystone
Le 12h30 - Publié le 29 décembre 2016

olhor

Publié le 29 décembre 2016 - Modifié le 30 décembre 2016

"Je perds un ami, un membre de la famille"

Cible favorite de Raymond Burki, Daniel Brélaz perd "un ami, un membre de la famille". "C'était un caricaturiste de génie", relève l'ancien syndic de Lausanne , affecté par la disparition.

A ses yeux, Raymond Burki était "un caricaturiste de génie", capable de tout dire dans un dessin sans bulle contenant du texte. "Un leader mondial dans sa profession", ajoute l'ancien syndic.

"C'était un honneur" d'être caricaturé par lui, même si cela faisait parfois "grincer des dents", a aussi déclaré Jacqueline de Quattro. Après Mix & Remix, cette fin d'année est "rude", note la conseillère d'Etat vaudoise.


"Jamais dans l'insulte, toujours dans la tendresse"

Collègue et ami de longue date, le dessinateur de presse Thierry Barrigue souligne "la grande tendresse" de son confrère Raymond Burki.

"Pour exercer le métier de dessinateur de presse, il faut aimer le monde. Burki écorchait les gens avec une grande tendresse, c'était sa manière de leur dire 'Ici, tu fais faux'".

La disparition de son confrère laisse "un vide immense" en Suisse romande, "et difficile d'imaginer comment on va le combler."

"C'est à la fois une institution vaudoise et une conscience qui nous quitte aujourd'hui. Nous (les dessinateurs de presse) qui restons devons être le plus combatifs et intelligents possibles, pour accompagner l'héritage de Raymond Burki."