Modifié le 24 mai 2016

Le Pôle muséal lausannois se forge son identité et devient Plateforme10

Le nom Plateforme10 s'inspire de la plaque tournante utilisée auparavant par les locomotives à l'emplacement du nouveau pôle muséal.
Interview de Chantal Prod'hom, présidente du Conseil de Direction du Pôle muséal Le Journal du matin / 1 min. / le 24 mai 2016
Etape "symbolique et capitale": le Pôle muséal en construction à côté de la gare de Lausanne se dote d'une identité propre et devient Plateforme10, une appellation qui doit "fédérer" les institutions du site.

Adieu Pôle muséal, place désormais à "Plateforme10", une appellation qui "inspire et fédère" les trois institutions regroupées sur le site de 22'000 m2, a indiqué lundi son concepteur Régis Tosetti.

Plateforme, "c'est un mot iconique". Et 10 s'inscrit dans le prolongement des 9 quais de la gare de Lausanne, selon le graphiste diplômé de l'Ecole cantonale d'art de Renens.

Bleu ferroviaire et artistique

Toute de bleu parée, la nouvelle identité souligne le "caractère unique" du lieu, avec un rappel du patrimoine ferroviaire. Bleu des CFF, bleu du peintre Yves Klein, bleu digital, la volonté de Régis Tosetti a été de donner des éléments "modulaires et flexibles" permettant d'allier le passé et l'avenir du lieu.

La plaque tournante, utilisée auparavant pour les locomotives, est un symbole repris par le graphiste.

Plateforme10 doit réunir à terme le nouveau Musée des Beaux-Arts, l'Elysée (photographie) et le mudac (design).

>> La vidéo de présentation en images de sythèse du nouveau pôle muséal:

ats/sbad

Publié le 23 mai 2016 - Modifié le 24 mai 2016

Pose de la première pierre le 6 octobre

Avec ce baptême, "on va s'accaparer 22'000 m2 et le redonner à la culture", a déclaré le conseiller d'Etat Pascal Broulis. La pose de la première pierre du nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts est prévue le 6 octobre et l'inauguration en septembre 2019.

Sans "épuisement procédural", la deuxième partie du chantier (Elysée et Mudac) est attendue vers 2020, autrement ce sera plutôt 2022, a relevé Daniel Brélaz, syndic de Lausanne.