Modifié

Le parcours photographique de Matthieu Gafsou exposé à Pully

Le photographe Matthieu Gafsou présente sa vision de la crise environnementale avec une bande sonore de Ripperton [RTS]
Le photographe Matthieu Gafsou présente sa vision de la crise environnementale avec une bande sonore de Ripperton / 19h30 / 2 min. / le 16 septembre 2022
Les photographies humanistes, sociales et plasticiennes de l'artiste vaudois Matthieu Gafsou sont à l'honneur de la nouvelle exposition du Musée d'art de Pully (VD). "Le voile du réel. Un parcours photographique" est à découvrir jusqu'au 11 décembre.

Le musée pulliéran retrace pour la première fois le parcours photographique de Matthieu Gafsou, depuis ses débuts il y a près de quinze ans jusqu'à sa dernière série "Vivants" terminée ce printemps. Fruit d'une collaboration étroite avec l'artiste, l'exposition propose "un regard unique, personnel et poétique sur la pratique artistique du photographe".

Alors que les premières séries de Matthieu Gafsou ("Surfaces", 2006-2008, "Terres compromises", 2010, "Alpes", 2009-2012) s'inscrivent dans la tradition de la photographie documentaire de paysage, les travaux suivants ("Sacré", 2011-2012, "Only God Can Judge Me", 2012-2014, "H+", 2015-2018) abordent des sujets sociaux, comme la scène de la drogue lausannoise et le transhumanisme.

Eco-anxiété

Les inquiétudes grandissantes du photographe vaudois face à la crise écologique sont au coeur de sa dernière série, "Vivants", présentée à Pully. Outre l'écologie, l'effondrement climatique et la disparition de la biodiversité, Matthieu Gafsou a voulu montrer le changement qui s'opère dans notre relation au monde.

"J'ai utilisé le pétrole comme un pigment, pour manifester l'idée de la contamination. Le paradoxe de ces photographies, c'est qu'elles sont assez picturales... Elles témoignent de l'ambivalence de notre relation à ces techniques fascinantes qui ont en même temps un effet très nocif sur notre milieu", explique le photographe à la RTS.

Avec "Vivants", le photographe, qui est également enseignant à l'ECAL, propose une vision mélancolique et désenchantée de ce monde "qui demeure malgré tout puissant, beau, mais effectivement un peu inquiétant", précise-t-il.

Matthieu Gafsou, "Feu I", de la série "Vivants", 2019. [Matthieu Gafsou - Courtoisie de l'artiste et de la Galerie C.]Matthieu Gafsou, "Feu I", de la série "Vivants", 2019. [Matthieu Gafsou - Courtoisie de l'artiste et de la Galerie C.]

Une bande-son signée Ripperton

Pour cette série, Matthieu Gafsou a travaillé avec le DJ et producteur lausannois Raphaël Gros, alias Ripperton, qui a composé l'album "Hystérésis" pour accompagner le travail du photographe. Les deux artistes se rejoignent sur le besoin de rendre la fragilité de l'humanité et de notre planète palpable et réelle, ainsi que sur l'impossibilité de baisser les bras, par égard pour les générations futures.

>> A lire: Le virage ambient du Lausannois Ripperton, figure de la techno-house

Elaborée sur près de quatre ans, "Vivants" apparaît "comme une œuvre complexe, d'une narrativité foisonnante et d'une grande liberté, qui semble annoncer une nouvelle direction dans la production de Matthieu Gafsou", note pour sa part le Musée d'art de Pully.

Une série de grands formats est également à découvrir hors de ses murs, sur le quai Milliquet de Pully jusqu'à la fin du mois d'octobre.

Sujet TV: Chloé Steulet et Jean-Michel Lachenal

Adaptation web: aq avec agences

"Matthieu Gafsou. Le voile du réel, un parcours photographique", Musée d'art de Pully (VD), jusqu'au 11 décembre 2022

Publié Modifié