Publié

La nostalgie au coeur de la nouvelle exposition du Musée Forel à Morges

Une oeuvre d'Albertine dans le cadre de l'expsition "Nostalgies" du Musée Alexis Forel de Morges.
Img envoyée par Florence Grivel
Albertine
Musée Alexis Forel  [Albertine - Musée Alexis Forel ]
Nos Nostalgies / Vertigo / 4 min. / le 15 novembre 2021
A travers une exposition inédite à découvrir jusqu'en mars 2022 à Morges (VD), le Musée Forel propose des points de vue multiples et contemporains sur le thème de la nostalgie à travers vingt-deux propositions artistiques, littéraires et musicales.

Sur invitation du musée morgien et de son conservateur Yvan Schwab, une quinzaine d'artistes, auteurs et autrices dont Albertine, Claire Nydegger, Sara Oswald, Antoine Jaccoud ou encore Olivier Saudan ont reçu une carte blanche pour enrichir de manière originale notre perception de la nostalgie.

>> A écouter, Yvan Schwab expliquait en octobre 2020 la génèse de cette exposition:

 

Yvan Schwab [Dacha Abbet - Musée Alexis Forel - DR]Dacha Abbet - Musée Alexis Forel - DR
Le Musée Forel de Morges : Face à lʹurgence / Vertigo / 6 min. / le 30 novembre 2020

Une notion bien suisse

Le sentiment de nostalgie existe certainement depuis toujours chez l'humain mais le terme ne remonte lui qu'au 17e siècle. Créé à parti des racines grecques "nóstos" (retour)et "álgos" (douleur), le terme de nostalgie a été inventé par Johannes Hofer, un médecin alsacien de 19 ans, qui voulait décrire le profond mal du pays des mercenaires suisses de l'armée de Louis XIV, en particulier lorsqu'ils entendaient le "Ranz des vaches".

Aujourd'hui, cette notion a un sens plus large lié au "bouleversement intime lié à un phénomène de mémoire", ainsi que l'a décrite l'intellectuel genevois Jean Starobinski. Une sensation qui, face à l’éloignement spatial ou temporel, nous plonge dans le regret, parfois teinté malgré tout de sentiments agréables.

Panorama et installations sonores

En vous rendant au Musée Forel à Morges, "vous allez avoir le cœur vibrant, parfois serré, en tout cas inspiré par ces mises en récits, en images et en son de la nostalgie", prévient la spécialiste en art visuels de la RTS Florence Grivel.

Parmi les oeuvres présentées, elle relève cet espace dédié à la ville de Rome réalisé à partir du travail de l'artiste Claire Nydegger, qui propose une gravure sur bois en forme de panorama de la capitale italienne. "Cela nous évoque toutes nos Rome à nous, commente le conservateur du musée. Celle de Fellini, celle des ruines et celle de nos propres voyages".

Au centre de cette exposition se trouve aussi plusieurs installations sonores, dont celle présentée par la violoncelliste Sara Oswald et l'écrivain Antoine Jaccoud. Les visiteurs sont invités à s'installer devant un faux feu "complètement kitsch mais hypnotisant", selon Yvan Schwab. Une mise en scène propice à l'écoute de la pièce sonore immersive créée par les deux artistes de la région. "Quand on repart, on est forcément un peu différent", estime encore le conservateur.

En marge de l'exposition

Plusieurs événements gravitent autour de cette exposition, comme ce petit théâtre de la nostalgie qui met en scène des objets ludiques, petit mobilier, souvenirs abandonnés et autres surprises bondissant de leur boîte.

Un livre, édité par le musée morgien à l'occasion de cette expostion, a aussi été réalisé autour de la nostalgie. On y retrouve les signatures de Marc Desplos, Elisa Shua Dusapin, Christophe Gallaz, Blaise Hofmann, Antoine Jaccoud, Michel Layaz, Jérôme Meisoz, Dorothée Thébert et Germano Zullo.


Sujet antenne: Florence Grivel

Adaptation web: Andréanne Quartier-la-Tente

"Nostalgies", Musée Forel à Morges, à voir jusqu'au 13 mars 2022.

Publié