Modifié

Jean Tinguely, le sculpteur anarchiste et passionné qui continue d'inspirer

Jean Tinguely est décédé il y a 30 ans. [RTS]
Jean Tinguely est décédé il y a 30 ans. / 19h30 / 2 min. / le 30 août 2021
Le sculpteur, peintre et dessinateur fribourgeois Jean Tinguely, décédé le 30 août 1991 à l'âge de 66 ans, reste très contemporain. Ce précurseur artistique dans le domaine de la performance avait aussi innové en mettant le visiteur au centre de ses créations.

Des machines délirantes, provocantes, pleines de cliquetis et de sonorités étranges, qui crachent parfois de l'eau, comme la fontaine Stravinsky réalisée en 1983 aux abords du Centre Pompidou à Paris avec sa compagne Niki de Saint-Phalle...

C'est tout le génie de Jean Tinguely, l'artiste de l'action, voire du déséquilibre, qui aimait à dire qu'il était un artiste du mouvement. "J'ai toujours été proche de la mort, parce que dans le mouvement il y a toujours la panne, le pépin, l'arrêt. Je travaille avec l'éphémère, j'organise l'éphémère, parce que travailler avec le mouvement c'est rien d'autre que d'organiser l'éphémère, on redevient la vie".

A l'espace "Jean Tinguely - Niki de Saint-Phalle" à Fribourg , un hommage est rendu à ses créations, à ses savantes mécaniques, qui ont fait de lui un précurseur dans le monde de l'art. "Il posait vraiment la question du sens de l'art. Il a aussi créé des machines qui s'autodétruisaient... donc on ne comprenait pas. C'était des performances incroyables pour l'époque, il était un précurseur dans le domaine de la performance", explique Caroline Schuster Cordone, directrice de l'institution.

>> A voir, une archive de la RTS de 1987 consacrée à Jean Tinguely:

Jean Tinguely en 1987. [RTS]
Tout un art... / Temps présent / 2 min. / le 12 novembre 1987

La fameuse machine "Eurêka"

En 1964, il crée pour l'exposition nationale, sa fameuse machine "Eurêka". Surprenante, conçue, comme toutes les autres, avec des matériaux de récupération, des fils de fer, des boîtes de conserve, elle est aussi une forme de critique de la société de consommation.

A partir de là, il ne va cesser de bouleverser les esprits avec ses grandes machines "qui ne servent à rien". Il dérange, provoque, pousse chacune et chacun à retrouver son âme d'enfant. Caroline Schuster Cordone estime qu'"il a mis le visiteur au centre de sa création. Il aimait faire intervenir les visiteurs de manière interactive. Il y a des machines de Tinguely que l'on peut pénétrer comme son cyclope ou comme ses grandes machines qui sont à Bâle".

Et la spécialiste de poursuivre: "il y a aussi son amour pour tous les publics. Les enfants étaient son premier public, mais on pouvait aussi être un public plus averti, connaître ses engagements politiques ou sociaux et puis s'intéresser différemment à ses oeuvres".

Jean Tinguely était un anarchiste passionné, qui continue d'inspirer trente ans après sa mort.

Sujet TV: Chloé Steulet et Clémence Vonlanthen

Adaptation web: olhor

Publié Modifié