Publié

Le MCBA rend hommage à Jean Otth, pionnier de l'art vidéo en Suisse

L'exposition "Jean Otth. Les espaces de projection" au Musée Cantonal des Beaux-Arts (MCBA). [MCBA]
Ecran total: Jean Otth / Vertigo / 5 min. / le 9 juillet 2021
Une grande exposition au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne déploie 50 ans de recherches artistiques de Jean Otth, figure marquante de l'art vidéo en Suisse, qui n'a cessé de travailler sur deux thèmes: le paysage et le nu.

On voit comme une évidence combien l'artiste décédé en 2013, à l'âge de 73 ans, n'a cessé de chercher, de tourner autour des questions de la représentation, d'éviter de succomber à la facilité des images et de se servir de toutes les nouvelles technologies comme des instruments de création. Sa recherche va de la diapositive à la vidéo, en passant par des projections à la peinture au spray et aux images en mouvement.

>> A écouter aussi: l'artiste vaudois Jean Otth est mort

Jean Otth. [videoart.ch]videoart.ch
L'artiste vaudois Jean Otth est mort / Le 12h30 / 1 min. / le 5 novembre 2013

Pionnier de l'art vidéo

Décrit comme le pionnier de l'art vidéo en Suisse, Jean Otth réalise ses premiers travaux en 1971. Il va les montrer à Lausanne en 1972 dans le cadre de deux expositions considérées comme inaugurales de l'art vidéo suisse. Il est mû par ce qui hante l'histoire de l'art depuis toujours, c'est-à-dire le modèle féminin et le paysage. La présence du nu féminin, prédominant dans son oeuvre, montre comment Jean Otth a transformé l'image traditionnelle de l'artiste-homme et de son modèle féminin en quelque chose de moins figé.

Nicole Schweizer, commissaire de l'exposition "Jean Otth. Les espaces de projection", avait envie de faire... comme lui. "Il y avait l'émerveillement d'aller bosser tous les jours, d'aller bricoler dans son atelier. Il y avait aussi l'émerveillement des images, sorte de recherche intellectuelle et presque transcendantale". C'est cette quête qui l'a fascinée et dont elle n'a toujours pas toutes les clés. Un mystère à percer toujours.

C'était un vrai solitaire, mais je crois qu'il aurait aimé être un peu plus connu, surtout dans le canton de Vaud.

Nicole Schweizer, commissaire de l'exposition.

Artiste de la quête, Jean Otth n'était pas du tout intéressé par les circuits du marché de l'art. "Il était très mauvais dans les relations publiques et il a fait peu de compromis", raconte sa fille Virginie Otth. L'artiste vaudois ne s'intéressait pas aux gens, sauf à ses étudiants et à ses amis avec lesquels il avait un vrai échange.

Le paysage et la nudité, grande tradition de l'histoire de l'art, habitent l'oeuvre de Jean Otth, depuis les années 1960 jusqu'à la toute fin. "C'est quelqu'un qui a toujours lutté et s'est interrogé sur cette question de la représentation du modèle ou du paysage, il a aussi travaillé avec ses modèles", explique Nicole Schweizer.

Vue de l'exposition dédiée à Jean Otth au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (2021).  [DR - MCBA]Vue de l'exposition dédiée à Jean Otth au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (2021). [DR - MCBA]

Dans les vidéos des débuts, on retrouve une forme d'élargissement du rapport modèle-peintre. Dans une de ses oeuvres "Le portillon de Dürer", on voit le modèle et, simultanément, l’artiste en train de saisir ses lignes sur un miroir placé face caméra. Nous le voyons en train de faire dans "un dispositif vidéo du circuit fermé", comme l'explique la commissaire de l'expo.

"Avec Jean Otth, on peut travailler d'une manière beaucoup plus élargie qu'une simple objectification qui poserait quand même problème aujourd'hui", conclut Nicole Schweizer.

Sujet radio: Florence Grivel/mccoz

"Jean Otth. Les espaces de projection", Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne, jusqu'au 12 septembre.

Publié