Publié

Chrysanthèmes, dragons et samouraïs s'exposent à Genève

Une vue de l'exposition "Chrysanthèmes, dragons et samouraïs". [Boris Dunand - Musée Ariana ]
Chrysanthèmes, dragons et samouraïs / La Matinale / 1 min. / le 16 décembre 2020
Le Musée de l'Ariana à Genève présente une des plus importantes collections suisses de céramique japonaise. Sa nouvelle exposition intitulée "Chrysanthèmes, dragons et samouraïs" réunit trois siècles de production.

La nouvelle grande exposition temporaire du Musée de l'Ariana met en lumière sa collection de céramique japonaise. Avec près de 800 pièces, datant du milieu du 17e au début du 20e siècle, le musée genevois conserve l'une des plus importantes collections suisses.

Exposé pour la première fois dans sa quasi-intégralité, cet ensemble remarquable permet de suivre l'évolution passionnante des techniques et des styles (bleu et blanc, Imari, Kakiemon, Nabeshima, Satsuma ou Kutani) au pays du Soleil-levant.

La fascination pour l'or blanc

L'exposition propose de découvrir des vases en porcelaine qui dépassent les deux mètres de haut, des potiches chandelier chargées de dorures, des plats grand format décorés d'animaux mythologiques. Avec un décor peint omniprésent, souvent exubérant, ces céramiques étaient, pour la plupart, exportées en Occident.

"Au 17e siècle, ce qui fascinait les Européens, c'était la porcelaine. Parce qu'en Occident, on était tout à fait incapables d'en produire. La porcelaine, on l'appelait 'l'or blanc', donc c'était vraiment un matériau tout à fait précieux", explique à la RTS Stanislas Anthonioz, co-commissaire de l'exposition.

Une vue de l'exposition "Chrysanthèmes, dragons et samouraïs". [Boris Dunand - Musée Ariana ]Une vue de l'exposition "Chrysanthèmes, dragons et samouraïs". [Boris Dunand - Musée Ariana ]

La découverte d'un autre monde

"Il y avait des échanges internationaux, évidemment, mais les Occidentaux n'avaient pas le droit de poser le pied dans l'archipel nippon, sous peine de mort. Ce qui fait que le Japon est resté fermé pendant deux siècles et demi aux étrangers, jusqu'en 1912. Quand les premiers touristes arrivent au Japon, ils sont absolument fascinés par cette culture", ajoute Stanislas Anthonioz.

Un autre monde peuplé de porteurs de palanquin, de marchand de saké ou de gardien de hérons représentés sous forme de figurines fragiles, une autre rareté de l'exposition.

Sujet radio: Sylvie Lambelet

Adaptation web: ld

"Chrysanthèmes, dragons et samouraïs", Musée de l'Ariana, Genève, jusqu'au 5 septembre 2021. Ou jusqu'au 21 décembre 2020 dans un premier temps, si le canton de Genève ferme ses musées le 22 décembre suite aux nouvelles mesures sanitaires annoncées par le Conseil fédéral.

Publié