Publié

Le Musée de l'Elysée présente la 4e édition de reGeneration

Jessie Schaer, série Perception, du vide à la forme, 2019, une photographie à découvrir dans le cadre de de l’exposition reGeneration4 au Musée de l’Elysée. [elysee.ch]
Le Musée de l'Elysée présente la 4e édition de reGénération / Le Journal horaire / 16 sec. / le 30 juin 2020
A Lausanne, le Musée de l'Elysée, qui célèbre ses 35 ans, s'interroge sur les enjeux futurs de la photographie avec la 4e édition de l'exposition reGeneration. 35 projets d'artistes émergents de 21 pays et 5 continents sont présentés.

Initié en 2005 et réitéré tous les cinq ans, le projet reGeneration est dédié à la photographie émergente internationale. A la veille de son déménagement en 2021 dans un nouveau bâtiment sur le site de Plateforme 10, près de la gare de Lausanne, le Musée de l'Elysée a souhaité faire de cette 4e édition "un seuil entre un passé à valoriser et un avenir à dessiner", expliquent les responsables.

Et plutôt que de passer par les écoles d'art et d'enseignement de la photographie pour sélectionner les travaux à exposer - comme cela avait été fait pour les trois précédentes expositions - le musée a contacté les 180 photographes des éditions 1, 2 et 3 de manière à pouvoir suivre leur évolution et leur demander de soumettre, à leur tour, des candidats à reGeneration4.

Bilan et réflexion

Photographie de Karolina Wojtas, série Abzgram, depuis 2017. [elysee.ch]Photographie de Karolina Wojtas, série Abzgram, depuis 2017. [elysee.ch]L'exposition de 2020 se présente "à la fois comme un bilan des éditions de 2005, 2010 et 2015, et comme une réflexion d'ouverture vers un futur à construire", souligne le musée lausannois. Afin de faire de reGeneration4 "un laboratoire de réflexion sur les enjeux de la photographie contemporaine mais aussi du rôle de son musée aujourd'hui, quatre axes prioritaires ont été définis: l'engagement, l'environnement, le genre et la diffusion numérique".

L'axe principal est celui de l'engagement, autant celui de l'artiste que celui du musée. D'un côté, les photographes questionnent des notions politiques, sociales et philosophiques variées, tels que l'immigration, la guerre, la dénonciation, la violence, la construction d'une identité, le climat ou encore le consentement.

De l'autre côté, conscient de l'enjeu économique qui sous-tend toute création artistique, le musée a, lui, souhaité revoir sa politique financière en rémunérant les photographes participant à cette quatrième édition, selon les responsables.

Ecoresponsable

Autre impératif, la question écologique est à la fois l'un des sujets traités en images et un objectif majeur de la conception du projet. Accompagné de spécialistes du développement durable, le musée réalise ainsi sa première exposition "écoconçue", selon des principes d'écoresponsabilité. Il a favorisé des prestataires locaux, des encres et des papiers écologiques ainsi que le réemploi de cadres existants pour plus de la moitié des œuvres exposées.

Pour cette expo, tout a été pensé de manière à réduire l'impact de sa production sur l'environnement, et dans la mesure du possible, à pouvoir être réutilisé lors de futures expositions.

Sheng-Wen Lo, Zoo Blijdorp de Rotterdam, Pays-Bas (2016), de la série White Bear, 2014. [elysee.ch]Sheng-Wen Lo, Zoo Blijdorp de Rotterdam, Pays-Bas (2016), de la série White Bear, 2014. [elysee.ch]

Egalité hommes-femmes

Dans un même souci de cohérence entre contenu et méthodologie, l'exposition relève le défi paritaire pour répondre aux discussions actuelles sur l'égalité des chances entre hommes et femmes dans le monde de la photographie. L'appel à projets imposait ainsi aux photographes contactés de soumettre un nombre équivalent de candidates et de candidats (131 femmes, 122 hommes et cinq duos mixtes sur les 258 candidatures).

Au final, sur les 35 artistes exposés, 18 sont des femmes et 17 des hommes. Ils ont une moyenne d'âge de 31 ans.

L'enjeu numérique occupe également une place de choix dans cette nouvelle édition. Un pendant virtuel (un site internet) donnant à voir l'ensemble de la communauté reGeneration depuis sa création il y a quinze ans a été inauguré. Et plusieurs photographes ont axé leurs travaux sur des questions liées aux technologies numériques.

ats/mh

"reGeneration4", Musée de l'Elysée, Lausanne, du 1er juillet au 27 septembre 2020

Publié