Modifié

Un compte Instagram, de l'art contemporain et... des chaussettes

Le collectionneur Laurent Delaloye poste chaque jour sur Instagram, depuis le début du confinement, la photo d'une œuvre d'un artiste suisse de sa collection. [Laurent Delaloye - DR]
Pic chaussettes / Vertigo / 5 min. / le 19 mai 2020
Laurent Delaloye collectionne les œuvres de jeunes artistes depuis des décennies. Depuis le début de la crise de la Covid-19, ayant décidé d'aller vivre dans son chalet, il poste sur Instagram chaque matin une photo d'une de ses œuvres assorties à ses chaussettes. Un succès!

Un compte Instagram qui met en valeur l'art contemporain romand d'une façon bien originale, c'est l'initiative d'un collectionneur, Laurent Delaloye. Dans le milieu, on l'appelle "Number One", il aime acheter le numéro 1 d'une estampe, d'une gravure, d'une édition. Ce journaliste, éditeur, ce conseiller en art, se présente surtout aujourd'hui comme un "passionneur" (comprenez collectionneur-passionné).

Depuis des décennies, il collectionne les œuvres de jeunes artistes pour leur offrir une rampe de lancement au sortir de leurs écoles. Depuis le début de cette période de crise, il a décidé d'aller vivre dans son chalet à Morgins (VS). Et depuis bientôt 60 jours, il poste sur son compte Instagram chaque matin une photo d'une de ses œuvres assorties à ses chaussettes. A chaque publication, il explique en quelques lignes la démarche de l'artiste, en chaussettes.

Un jour, une oeuvre, une paire de chaussettes

Dans ce climat anxiogène de crise de la Covid-19, Laurent Delaloye n'a pas envie de regarder les infos. Après deux jours passés devant un écran de télévision noir, il décide d'y mettre de la couleur. "J'ai regardé autour de moi et je me suis dit, 'mais c'est fou le nombre de couleurs que j'ai autour de moi'. Donc j'ai mis un tableau. Et fortuitement, les chaussettes que je portais correspondaient à la tonalité du tableau. Du coup, je me suis dit, 'demain j'en choisis un autre et puis je vais choisir des chaussettes'. Parce qu'à chaque fois que j'achète un pantalon, une chemise ou un pull, j'achète des chaussettes assorties."

De la couleur, de l'humour, une démarche que Laurent Delaloye pensait exposer de manière privée, mais qui a rapidement trouvé son public sur Instagram. Certains de ses amis collectionneurs lui ont même envoyé des cartons de chaussettes par la poste pour qu'il puisse continuer à poster de nouvelles photos.

A un moment, c'est presque devenu gênant pour les artistes, parce que les gens réagissaient plus aux chaussettes qu'aux oeuvres.

Laurent Delaloye

Du plateau-télé au tableau-tv

Tableau-TV 59, une œuvre de l'artiste David Weishaar et des chaussettes à petits-pois. [Laurent Delaloye - DR]Tableau-TV 59, une œuvre de l'artiste David Weishaar et des chaussettes à petits-pois. [Laurent Delaloye - DR]Une manière pour Laurent Delaloye de mettre en avant le travail des artistes en cette période de fermeture des musées et galeries. "L'idée, c'était de toujours montrer de la couleur, pas trop du noir, pour montrer que la vie continue", explique le collectionneur.

Les publications de Laurent Delaloye suscitent beaucoup d'enthousiasme, mais aussi de curiosité. Elles ont permis de mettre en lumière des oeuvres et des artistes que le public ne connaît pas. "Certaines personnes ont pris contact avec moi pour me demander combien coûtaient certaines oeuvres, je leur ai donné des contacts, j'ai souvent cité les éditeurs, les imprimeurs", explique Laurent Delaloye.

L'une des dernière publications en date, une œuvre de l'artiste David Weishaar, un dessin de 2011 au graphite qui représente une sorte de trophée, un animal à cornes à la gueule de chouette, étrange et plein de mystère. Du côté des chaussettes, sobres, grises à petits-pois sombre comme le graphite. Et pour la suite, une visite du compte Instagram de Laurent Delaloye s'impose...

Sujet radio: Florence Grivel

Adaptation web: Lara Donnet

Publié Modifié