Publié

Vous reprendrez bien un peu de vacances?

L'exposition "Time off" au Musée historique de Lausanne. [DR - RTS]
Arts visuels: Temps libre. Une année sans vacances? ça nʹexiste pas ! / Vertigo / 5 min. / le 21 février 2020
Le musée historique de Lausanne explore le thème du loisir et du temps libre dans une exposition éclairante. Une table ronde est prévue ce mercredi autour des loisirs et du réchauffement climatique.

Impossible d'imaginer notre vie sans eux! Depuis les années 60, nous vivons dans ce que le sociologue français Joffre Dumazedier a baptisé la civilisation des loisirs. Au sein même de certaines entreprises, on intègre des loisirs, ping-pong, excursion au vert, yoga, salle de repos pour assurer le bien-être de l’employé et sa productivité! L'exposition "Time off", au Musée Historique de Lausanne dédie à la notion de temps libre une passionnante exposition en sept chapitres.

Le calendrier liturgique et les saisons

Loisirs ou vacances? La différence est de taille. Depuis la nuit des temps, le loisir fait partie de la vie. L'humain en a besoin pour se ressourcer, se reposer, se divertir, se délasser. Dans l'exposition, plusieurs objets en témoignent, à l'image de cette intrigante charrue de bois médiévale qui rappelle que le temps libre d'avant l'ère industrielle était calé sur les saisons, et l'agriculture un facteur économique prédominant. La nature dictait ses lois, mais le calendrier liturgique aussi.

Les espaces de "liberté" étaient donnés par les fêtes religieuses. Au 13e siècle, dans certains cantons de l'ancienne Suisse, on pouvait avoir jusqu'à 85 jours fériés dédiés aux saints, sans compter les dimanches!

Diana le Dinh conservatrice et commissaire de l’exposition "Time off, l'usage des loisirs"

Au fil des siècles, et avec la Réforme, le nombre de fêtes sera considérablement réduit.

Les vacances, une conquête historique

A cette époque, évidemment, on ne parle pas encore de vacances, un mot qui apparaît dans l'acception qu'on lui donne aujourd'hui avec la Révolution industrielle, au début du XIXe siècle. Le monde alors bascule dans la productivité intensive et la rentabilité à tout prix. Horloges, timbreuses, agendas deviennent les outils d'un temps planifié. Il n'est pas rare, dans certains secteurs comme le textile, que les ouvriers fassent 15 à 16 heures par jour! Trop, c'est trop!

"Les conditions de travail étaient devenues tellement extrêmes qu'elles ont provoqué réactions, puis revendications. Le mouvement ouvrier a d'abord réclamé une limitation du temps de travail, puis des congés payés, et avec eux l'avènement des vacances. La question n'était pas qu'économique, elle était aussi culturelle: les vacances ont provoqué une véritable révolution des esprits" conclut Diana le Dinh.

Florence Grivel/mcm

"Time off. L'usage des loisirs", exposition jusqu'au 13 avril 2020, au Musée historique de Lausanne. Mercredi 26 février, table ronde: Loisirs et réchauffement climatique: quels enjeux?.

Publié