Modifié

Les feux en Australie bousculent les codes visuels des catastrophes

Les incendies en Australie, janvier 2020. [Rick Rycroft - Keystone]
Photographie: comment les méga feux en Australie bouleversent les codes visuels des catastrophes / Vertigo / 6 min. / le 23 janvier 2020
Les images des feux de forêt qui ravagent l'Australie depuis plusieurs mois sont dignes d’Hollywood. Des koalas effrayés errant dans les rues aux personnes réfugiées sur une plage ou aux pompiers héroïques, l'iconographie de cette catastrophe est totalement inédite et donne une image plus concrète au réchauffement climatique.

Il aura fallu plusieurs mois avant que la communauté internationale ne réagisse et propose une aide à l’Australie. Ces images et l’émotion qu’elles ont suscitée y sont pour beaucoup. Notamment parce qu’elles ont été abondamment partagées et commentées sur les réseaux sociaux, sur Twitter en particulier. Les images des feux en Australie montrent un univers visuel totalement différent de ce que nous avons déjà vu dans l’histoire de la photographie.

Quand on évoque le réchauffement climatique, la première image qui vient souvent à l’esprit est la fameuse, mais néanmoins datée, image de l’ours polaire seul sur une banquise. Ou encore celles des ours blancs affamés qui pénétrent dans les maisons pour se nourrir. Mais c’était en Arctique et l’Arctique, c’est loin.

Les incendies en Australie, janvier 2020. [Rick Rycroft - Keystone]Les incendies en Australie, janvier 2020. [Rick Rycroft - Keystone]Le lien entre réchauffement climatique et ces images froides et lointaines n’est pas forcément évident. C’est tout le contraire avec les Australiens: les kangourous que se réfugient en ville, donc dans un milieu urbain, les gens qui se retirent sur une plage et regardent leurs maisons brûler, ce sont des gens qui nous ressemblent. L’iconographie suggère ainsi le côté "ça se passe près de chez nous", ça peut nous arriver. C’est donc cette bascule-là qui s’est opérée dans l’opinion publique.

>> A lire et à voir aussi: En Australie, les feux laissent derrière eux des images apocalyptiques

La faune et la flore dévastées

Ces feux constituent évidemment aussi une catastrophe surtout pour la flore et la faune. Le bilan n’est pas définitif, mais une première estimation faisait état d’un milliard d’animaux affectés par les incendies, qui ont détruit une superficie plus grande que celle du Portugal.

Il s’agit d’une véritable hécatombe et dans les médias l’imagerie est donc fortement incendiaire. Les unes des journaux affichent des photos aux tonalités jaunes-orangées qui renforcent le sentiment de fin du monde, de destruction. 

>> A lire aussi: Une trentaine d'espèces pourraient ne pas survivre aux incendies australiens

Une femme sauve un koala suite aux incendies en Australie. [Peter Parks - AFP]Une femme sauve un koala suite aux incendies en Australie. [Peter Parks - AFP]Sur les réseaux sociaux, le facteur émotion est omniprésent: les images devenues virales sont celles de kangourous carbonisés (pour montrer l’étendue du désastre) ou de koalas sauvés par des habitants au milieu des flammes, qui s’accrochent aux bras de leurs secouristes comme s’ils disaient merci. On dirait presque du Disney post-apocalyptique.

Dans un article de France Culture, André Gunthert, maître de conférences en histoire visuelle à l’École des hautes études en sciences sociales et spécialiste des usages sociaux des images, explique que ces photos de méga-feux sont discutées sur les réseaux sociaux "avec des intentions ou des interprétations qui sont un peu différente de celles qui peuvent présider à leur publication initiale. Les réactions associent ces images au réchauffement climatique, même quand les publications médiatiques initiales ne font pas le lien.

Pour Nathalie Herschdorfer, directrice du Musée des Beaux-Arts au Locle et spécialiste de la photographie, les images de koalas démontrent non seulement le potentiel photogénique de cet animal-icône en Australie mais elles contribuent à faire fortement réagir les gens.

Avec ces images du koala, animal photogénique par excellence, sauvé des flammes par des habitants, les incendies en Australie nous ont donné un nouveau symbole et une nouvelle représentation visuelle du changement climatique.

Miruna Coca-Cozma/olhor

Publié Modifié