Publié le 06 décembre 2019 à 13:37

Alice Pauli, galeriste passionnée et collectionneuse acharnée

Alice Pauli, galeriste, parle lors d'une conference de presse sur des dons importants au MCBA, mardi 7 mars 2017.
Arts visuels: Alice Pauli, la galeriste éternelle ! Vertigo / 4 min. / le 03 décembre 2019
C'est l'histoire d'une galerie mythique située dans le Flon à Lausanne, une institution menée par une femme d'exception: Alice Pauli. Un livre vient de paraître aux éditions Genoud pour rendre compte de cette carrière hors norme.

La Galerie Alice Pauli, ouverte en 1962, a forgé son identité avec des artistes peu ou pas du tout exposés en Suisse à cette époque. Elle a choisi des créateurs incarnant des références qui plus tard ont été complétées par des oeuvres de Pierre Soulages, Giuseppe Penone, Anne et Patrick Poirier et bien d'autres.

Que des grands noms de l'art contemporain. Et toute cette scène internationale est réunie à Lausanne depuis 57 ans. En raison de sa situation géographique, la Galerie a toujours été préoccupée de s'entourer d'artistes suisses et de jeunes créateurs européens. La mission de la Galerie: "être passeurs d'images, des messagers entre la création humaine et le public".

En ce moment, ce sont les oeuvres de Pierre Soulages, le maître de l'outrenoir et futur centenaire en fin d'année, qui sont exposées aux cimaises de la Galerie, une galerie qui est présente à Art Basel depuis ses débuts et dans toutes sortes d'autres foires mondiales. C'est dire comment Alice Pauli a réussi à penser et à agir large.

Une femme de passion

Celle qui travaillait dans l'horlogerie n'était pas du tout programmée pour être galeriste. Mais très tôt, Alice Pauli a fréquenté les musées, s'est intéressée à l'art. "Elle s'est formée le goût toute seule", explique la journaliste Françoise Jaunin. Journaliste spécialiste des arts visuels, elle a suivi depuis les presque tout début cette galerie mythique et raconte ses premiers souvenirs. "Je me souviens très bien de sa galerie. Elle était à Rumine d'abord, tout au début de la rue, au deuxième étage, ce qui posait problème, car elle est fan de sculpture, donc ça ne marchait pas toujours", explique Françoise Jaunin.

Comment a-t-elle eu tous ses contacts? Et bien, c'est une femme de passion, de tête, et de persévérance. Elle a parfois fait le siège de certains artistes pendant des années. Elle ne baissait jamais les bras.

Françoise Jaunin, journaliste spécialiste des arts visuels

Une galeriste éternelle

Samedi dernier dans le nouveau musée cantonal des beaux-arts de Lausanne (MCBA), il y avait foule pour vernir le livre "Alice Pauli, une galerie 1962-2020" qui retrace la destinée de cette Galerie, de la galeriste et de la collectionneuse. Cet ouvrage, une monographie riche de 264 pages éditée par Genoud, témoigne de sa passion pour l'art, mais aussi des tourments personnels qui n'ont pas épargné sa vie. Le livre s'ouvre sur la photographie de l'impressionnante sculpture de Giuseppe Penone, "Luce e ombra". Une oeuvre de 14,5 mètres à découvrir désormais dans le hall du Musée cantonal des beaux-arts lausannois (MCBA).

"Luce e Ombra" un arbre fait de bronze, d'or et de granit, réalisé par l'artiste turinois Giuseppe Penone, installé dans le hall du MCBA.
"Luce e Ombra" un arbre fait de bronze, d'or et de granit, réalisé par l'artiste turinois Giuseppe Penone, installé dans le hall du MCBA. [Adrien Perritaz - Keystone]

Alice Pauli a milité pour l'ouverture du MCBA. "Elle voulait vraiment le voir avant de s'en aller", dit Françoise Jaunin. "Maintenant, elle sait que ses oeuvres seront bien mises en valeur dans ce bel écrin".

Sujet radio: Florence Grivel

Adaptation web: Lara Donnet

Publié le 06 décembre 2019 à 13:37