Modifié le 27 novembre 2019 à 17:10

Plantu: "J'écoute mon crayon!"

Jean Plantu dessine lors du World Forum for Democracy 2019 à Strasbourg.
Jean Plantu dessine lors du World Forum for Democracy 2019 à Strasbourg. [Frederick Florin - AFP]
Réunis dans un album intitulé "Drôle de climat", les dessins du célèbre caricaturiste du Monde pointent les moments forts de l'année et s'inquiètent des atteintes à la démocratie.

Couverture du livre "Drôle de climat" de Plantu. Couverture du livre "Drôle de climat" de Plantu. [Editions du Seuil] Elle est toujours là, la petite souris qui nous fait signe, dans un coin des dessins de Plantu. Cette année, comme sa copine Marianne, elle a revêtu un gilet jaune pour mieux le troquer contre un masque anti-émeute avant d'opter pour un masque à gaz, géopolitique oblige. Cette petite souris, plébiscitée par les lecteurs, permet à Plantu de nuancer ses propos et de faire entrevoir la complexité des événements, d'y ajouter une pincée de doute ou un grain de poivre.

Vous l'avez compris, Plantu est météo sensible et le climat social, environnemental et politique occupe une bonne partie de son recueil. Comme d'habitude, mais le plaisir est renouvelé.

Cartooning for peace

Le trait de Plantu dresse les contours d'une France inquiète et rigole du retour des anciens, Sarko, Hollande et Ségo, sourires et fesses crispés sur leurs balais à l'heure de Halloween.

Mais depuis longtemps le caricaturiste a pris de la hauteur par rapport à l'Hexagone pour s'offrir le portrait de ceux qui font et défont le monde: Deng Xiaoping, Mohammed Ben Salmane, Donald Trump, Boris Johnson, Angela Merkel... Les dessins de Plantu croquent, dénoncent et savent aussi défendre. De préférence ceux que la société et la politique laissent au bord de la route, ceux que le pouvoir ignore ou, pire encore, emprisonne.

En 2006, avec l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, Plantu a créé "Cartooning for peace". Une fondation qui favorise les échanges interculturels – les dessins ne sont pas toujours compris de la même façon – et qui soutient concrètement ceux que la censure menace. Comme Musa Kart, dessinateur turc accusé d'accointance avec les Kurdes, emprisonné à plusieurs reprises, libre depuis septembre dernier.

>> A écouter, entretien avec Plantu à l'occasion de la parution de "Drôle de climat"

Le caricaturiste Plantu.
Joel Saget - AFP
RTSculture - Publié le 24 novembre 2019
 

Les dessins de Plantu sont toujours pleins d'humour, mais le journaliste ne transige pas avec la liberté d'expression même s'il avoue qu'un brin de diplomatie voire d'autocensure est souvent nécessaire. Parfois la tendresse domine, comme dans les hommages à Agnès Varda ou Michel Serres.

Dans d'autres cas, le caricaturiste se fait féroce. Un exemple? Le cours de journalisme en Arabie saoudite où le prof enturbanné profère la leçon: "On ne coupe pas un article. On ne coupe pas un journaliste". Allusion directe à l'abominable affaire Khashoggi, journaliste saoudien opposé au régime, interrogé, étranglé puis dépecé dans l'ambassade de son pays en Turquie.

Anik Schuin/ld

"Drôle de climat", Plantu, édition du Seuil, 2019

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette nouvelle newsletter consacrée à l’actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié le 27 novembre 2019 à 15:26 - Modifié le 27 novembre 2019 à 17:10

Rétrospective du dessin de presse suisse 2019 à Morges

A Morges, la Maison du dessin de presse – qui fête son dixième anniversaire – présentera sa rétrospective dès le 6 décembre et jusqu'au 9 février 2020. Un an d'actualité suisse et internationale vue par Barrigue, Plonk & Replonk, Caro, Chappatte et bien d'autres. Car la Suisse est riche de ces regards décalés qui nous permettent en un clin d'œil de saisir à la fois une image et une idée. Climat, grève des femmes, Fête des vignerons, vague verte aux élections fédérales, tout y passe y compris la scène internationale.

Herrmann, dessinateur attitré de la Tribune de Genève y présentera quelques-uns de ses dessins parus eux aussi en recueil tout récemment aux éditions Slatkine sous le titre "Tout baigne!". Album qui fait la part belle et mordante en couverture et en ouverture à Pierre Maudet et qui n'épargne pas la RTS, les militaires, le Pape, Bouteflika ou encore les machos.