Modifié le 19 septembre 2019 à 09:44

Avant sa destruction, un immeuble de Lausanne devient une galerie d'art

Avant sa destruction, un immeuble sous-gare de Lausanne devient une galerie d'art éphémère pour rendre honneur à ses habitants.
Avant sa destruction, un immeuble sous-gare de Lausanne devient une galerie d'art éphémère pour rendre honneur à ses habitants. 12h45 / 2 min. / le 16 septembre 2019
Dans le quartier sous-gare à Lausanne, un immeuble est condamné à la destruction pour faire place nette à l’extension de la gare. Mais avant sa disparition, le bâtiment s’offre un tour d’honneur en tant que galerie d’art.

L’exposition "Traces de passage" entend rendre hommage à la bâtisse, située rue du Simplon 26 à Lausanne, et à ses habitants. Petit à petit, les locataires ont dû quitter leur lieu de vie pour se reloger ailleurs. Des discussions sont alors nées sur la façon dont on pouvait prendre congé d’eux dans le respect. Elles ont engendré un projet artistique porté par un collectif qui s’est donné pour objectif de rendre hommage avec affection aux gens qui passent sans laisser de traces.

Plus de 30 artistes proposent différentes œuvres, dont certaines encouragent la participation du public ou appellent à une certaine réflexion.

Une ville trop parfaite

Pour l'artiste Sébastien Martinet, également organisateur de l’exposition et habitant de Simplon 26, ce projet artistique compose "une mise en garde par rapport à une vision de la ville très mécanique, parfaite au niveau de l’architecture et des infrastructures mais qui perdrait un peu de l’âme des habitants".

>> A voir, la vidéo de "Nouvo" au coeur de l'exposition:

Traces de passages
Nouvo News - Publié le 09 septembre 2019

Poétique, l’exposition oscille entre nostalgie et révolte. Le public pourra profiter des œuvres avant de les voir disparaître dans la démolition de l’immeuble. Une démarche que le public peine parfois à comprendre. "On m’a beaucoup parlé de l’avenir des œuvres", explique Sébastien Martinet. "Quand les gens apprennent qu’elles vont être détruites, ils ne comprennent pas".

Il y a même une espèce de révolte contre l’idée qu’on va casser des choses aussi belles. Et c’est le fond du message: effectivement c’est triste et effectivement on va casser des belles choses.

Sébastien Martinet, artiste et organisateur de l'exposition "Traces de passage"

Le démantèlement des bâtisses centenaires de la rue du Simplon s’inscrit dans un projet immense qui verra la transformation progressive du quartier sous-gare. D'ici la fin de l'année 2019, la barre d'immeubles sera détruite pour permettre l'extension de la gare de Lausanne.

Maxime Kissou/mh

Exposition "Traces de passages", rue du Simplon 26 à Lausanne, jusqu'au 22 septembre.

Publié le 17 septembre 2019 à 14:14 - Modifié le 19 septembre 2019 à 09:44