Modifié

A Genève, le Mapping Festival envisage la fin possible d'Internet

Logo Pony Express [RTS]
Le Mapping festival / Pony Express / 20 min. / le 23 mai 2019
Pour sa 15ème édition, qui coïncide avec les 30 ans du World Wide Web, le Mapping Festival de Genève déroule du 23 au 26 mai une programmation passionnante, et place en son coeur une réflexion critique sur l'omniprésence numérique.

Reconnu comme un événement incontournable dans le milieu des arts numériques, le Mapping Festival est devenu au fil des ans une véritable référence internationale. Pour son édition 2019, il déroule une programmation éclectique.

"La fin d'Internet serait-elle pour bientôt?"

Cette 15ème édition pose un regard critique sur son fond de commerce, le numérique, et n'hésite pas à questionner les effets et conséquences de son omniprésence, en plaçant notamment en son coeur l'exposition "The Dead Web - La fin".

"Nous avons tenu à inviter cette exposition à Genève car cette 15ème édition coïncide avec les 30 ans du World Wide Web né au CERN à Genève" explique Ana Ascensio directrice artistique du festival explique au micro de la RTS. "Comme son titre l'indique, il est question de possibilité de la fin probable du web".

Un regard critique sur l'omniprésence numérique

L'exposition est née il y a deux ans au Québec, à l'initiative de Nathalie Bachand, commissaire en nouveaux médias qui avait souhaité rassembler des propositions artistiques autour de l'hypothèse d'un monde sans internet. "En début d'année, nous avons lancé un appel d'offre pour sélectionner trois artistes suisses à rejoindre les propositions des cinq artistes québécois" explique Ana Ascensio à la RTS. L'ensemble de ces oeuvres plongent le public dans un futur sans Internet. "Qu'adviendrait-il si internet devait mourir, si tout cela devait s'effondrer?"

"Ce questionnement était déjà présent dans les éditions antérieures, notamment avec l'artiste Romain Tardy et son projet sur la mémoire. En effet, est-ce qu'on arrive encore à se souvenir d'un monde avant internet ?" s'interroge la directrice artistique.

Le numérique est partout: Le Mapping Festival a, par nature, toujours fait l'éloge des nouvelles technologies et je pense que c'est important d'en montrer une autre facette.

Ana Ascensio, directrice artistique du Mapping Festival

Des selfies hallucinatoires

Simon Laroche est artiste du collectif Projet EVA, un duo d'artistes qui produit des installations et des performances en art numérique. Leur installation "L'Objet de l'internet" qui figure dans l'exposition, propose aux visiteurs de faire l'expérience d'un selfie quasi hallucinatoire, au travers d'un astucieux dispositif de miroirs."

>> A voir: une présentation du projet EVA

Objet_Internet from Projet EVA on Vimeo.

"Habituellement, nous travaillons beaucoup avec des outils numériques, mais là, nous proposons une oeuvre qui repose essentiellement sur des processus analogiques" explique l'artiste québécois au micro de la RTS. "Nous avions le désir de retourner à des pratiques cinétiques utilisées beaucoup dans les années 70 (notamment par Julio le Parc et l'Art cinétique), faisant usage des moteurs, des mouvements et de la lumière."

Une 15ème édition critique, foisonnante et festive

Simon Laroche intervient également dans le forum "PARADIGM_SHIFT #3 - BROKEN HOME", qui propose une réflexion sur les causes et les effets de la centralisation du pouvoir sur internet, et particulièrement sur les mécanismes économiques qui sous-tendent l'écosystème numérique. Il est aussi question de ses implications au niveau politique, socio-culturel et environnemental.

Abus de téléphone portable, utilisation abusive de nos données personnelles ou encore gaspillage électronique figurent aussi à l'affiche de cette 15ème édition qui se place dans le contexte de crise climatique actuel et n'élude pas les effets négatifs de la déferlante technologique.

Vitrine de l'innovation

Pour autant, pas question de jeter le bébé avec l'eau du bain. Le Mapping Festival reste une vitrine alléchante, foisonnante et innovante. Performances audiovisuelles, dj sets, et même un brunch electro le dimanche 26 mai sont aussi au rendez-vous. Amateurs d'un jour ou fondus de technologies, techno-sceptiques ou néophytes, adultes et enfants, tout le monde peut y trouver son compte.

A noter que pour fêter son 15ème anniversaire, le Mapping festival fonctionnera cette année pour la première fois avec des prix libres et que pour les parties payantes de sa programmation, le prix d'entrée est à bien plaire.

Propos recueillis par Claire Mudry

Adaptation web: Manon Pulver

Le Mapping Festival, du 23 au 26 mai, Genève.

L'exposition "The Dead Web - La fin", du 23 mai au 2 juin, au Commun, Genève.

Publié Modifié