Publié le 05 mars 2019 à 11:49

Le Musée des Beaux-Arts du Locle met en lumière le travail des femmes

"Belladonna", de la série Parasomnia de Viviane Sassen.
Arts visuels: Où sont les femmes? Vertigo / 6 min. / le 04 mars 2019
A quelques jours de la journée internationale des droits de la femme, le 8 mars, une exposition au Musée des Beaux-Arts du Locle fait la part belle aux artistes et créatrices féminines, longtemps exclues du monde de l'art.

Les femmes artistes ont longtemps été mises à l’écart des académies d’art, puis admises sous conditions. Elle n’avaient pas le droit d’assister au cours de nu mais pouvaient par contre se perfectionner dans les compositions florales et les portraits. Aujourd'hui, on trouve beaucoup de jeunes femmes dans les écoles d’art, souvent davantage que de garçons. Mais une fois sorties de l’école, on perd leurs traces beaucoup plus vite que leurs collègues masculins.

Prise de conscience

Directrice du Musée des Beaux-Arts du Locle et curatrice de l'exposition, Nathalie Herschdorfer expose beaucoup plus d'hommes que de femmes dans son propre travail. Elle réalise alors à quel point il est nécessaire de prêter attention au travail des artistes femmes et d'aller véritablement les chercher. "Notre génération doit rétablir cela. Beaucoup d'institutions aujourd'hui se posent ces questions-là, en particulier les musées américains. L'an dernier, le Guggenheim Museum à New York a consacré une exposition à l'artiste Hilma af Klint, qui a fait de l'art abstrait avant tout le monde. Mais l'histoire de l'art ne l'a pas retenue et lorsque l'on est face à ses oeuvres de 1907 à 1914, soit bien avant Kandinsky, on réalise à quel point ses oeuvres sont précurseurs", explique-t-elle à la RTS.

Nathalie Herschdorfer.

Comment se fait-il qu'en tant qu'historienne de l'art, je n'ai jamais entendu parler de Hilma af Klint? Ce sont des choses qui me fâchent vraiment et je pense qu'il y a une histoire à réécrire véritablement.

Nathalie Herschdorfer, directrice du Musée des Beaux-Arts du Locle

Nathalie Herschdorfer signale également le prix des oeuvres des femmes artistes, sensiblement moins élevés que ceux des hommes. "La redécouverte des artistes femmes passe par les institutions. Et ce travail aura ensuite un vrai impact sur le marché de l'art", poursuit-elle.

Univers du rêve

Sophie Bouvier Ausländer, "Mare Vostrum", vue d’exposition au Musée des Beaux-Arts du Locle, 2019. Sophie Bouvier Ausländer, "Mare Vostrum", vue d’exposition au Musée des Beaux-Arts du Locle, 2019. [Lionel Henriod - Musée des Beaux-Arts, Le Locle] Pour sa nouvelle exposition, le Musée des Beaux-Arts du Locle présente des travaux extrêmement divers. Ils vont de l’univers du rêve, de l’étrange et du domestique dans les photos de la Néerlandaise Viviane Sassen, à une installation réalisée sur place par la Suissesse Sophie Bouvier Ausländer: le visiteur se retrouve devant une masse monumentale, immense pelote faite de lambeaux de peau de peinture et de fil de fer barbelé, qui fait référence à l’opération "Mare Nostrum" lancée puis abandonnée par l'Italie entre 2013 et 2014 et qui visait à secourir les réfugiés en Méditerranée.

On peut découvrir également les images de corps signées SMITH et réalisées à la caméra thermique, SMITH étant le nom d’une artiste dont le genre n’est pas spécifié.

Florence Grivel/mh

Expositions Viviane Sassen, Sophie Bouvier Ausländer, SMITH, Laura Letinsky, Lili Erzinger, Sandrine Pelletier, Musée des Beaux-Arts du Locle, jusqu’au 26 mai 2019.

Publié le 05 mars 2019 à 11:49