Publié le 08 mars 2018

La série "Atlanta" est de retour et promet des étincelles!

La Loi des Séries - Atlanta.
La Loi des Séries - Atlanta Réveil à 3 / 1 min. / le 06 mars 2018
Décalée et réaliste, rafraîchissante et touchante à la fois, en totale adéquation avec son époque, la série "Atlanta" ne ressemble à aucune autre série. La saison 2 promet d'être encore plus intense.

"Atlanta" est la création de Donald Glover, un artiste à double casquette, puisqu’il agit également sous le pseudonyme Childish Gambino lorsqu'il produit de la musique. Durant la première saison, l’intrigue a présenté son univers: la banlieue d'Atlanta et sa violence omniprésente.

Un début de saison "compliqué"

Dans cette comédie au flow mélancolique, Donald Glover campe Earnest "Earn" Marks, un jeune homme brillant qui a laissé tomber les études, et se retrouve sans toit. Il squatte tantôt chez son ex avec qui il a un enfant, tantôt chez son cousin, le fameux Paper Boi. Ce dernier a posté un morceau de hip-hop sur le net et sa popularité grandit petit à petit. À l'échelle locale. Par conséquent, "Earn" se dit qu'il pourrait le manager, afin d'exploiter au maximum ses opportunités, et peut-être gagner un peu de thunes.

>>A voir, la bande-annonce de la série:

L’intrigue de la 2e saison débute avec l’assignation à résidence de Paper Boi. Quant à son cousin, il n'a toujours pas de toit. Ce dernier rend des services dans l'espoir d'être hébergé pour une nuit. Il va notamment voir son oncle, qui s'est à nouveau attiré des problèmes: cet idiot a kidnappé sa copine, car elle lui a piqué 50 dollars. Earnest Marks va se retrouver dans une situation totalement absurde, coincé entre son oncle têtu, cette femme qui a appelé la police ...et un alligator dans les toilettes !

Cette scène loufoque résume bien la narration de la série. Même s'il y a une trame générale au fil des épisodes, "Atlanta" nous plonge souvent dans des situations absurdes, où le drame et l'humour se mêlent habilement. Pourtant, dès son ouverture, la 2e saison s'annonce plus sombre. Elle est titrée "Robin' Season" (la saison des braquages), car à Atlanta, juste avant Noël, la violence augmente et les hold-up se multiplient. Comme le précise l’un des personnages: "c'est manger ou être mangé."

Réaliste et humoristique

Le scénario n’est pas toujours gai, mais l’ambiance n’est pas lourde pour autant. C'est réaliste, mais divertissant grâce aux pointes d'humour, et aussi à la faveur d'une mise en scène hyper inventive. Dans la première saison, "Atlanta" a offert des fulgurances, avec notamment un épisode complètement barré (B.A.N), un show satirique dans le show, qui a raflé son lot de récompenses.

Visuellement, la série est une belle baffe. Et en sus, elle est extrêmement bien écrite. Elle réussit à délivrer des messages importants tout en amusant le spectateur.

Une musique parfaitement adaptée

La bande originale vaut également le détour. Elle colle parfaitement à l'ambiance de la série, avec des morceaux smooth. Du vieux et du neuf, avec, entre autres, D.R.A.M., OutKast, Sam Cooke, Billy Paul et Michael Kiwanuka.

Le verdict est positif pour ce retour. Donald Glover mérite des félicitations, tout comme son frère Stephen qui écrit avec lui. Ils ont réalisé une fiction qui ne ressemble à aucune autre. Si la saison 1 n’a pas encore été dévorée, il faut rattraper le retard et continuer sur la lancée avec l’acte 2 de cette série audacieuse et surprenante.

Crystel Di Marzo/jd

Publié le 08 mars 2018