Modifié le 07 novembre 2014 à 15:53

Le très attendu "Interstellar" de Nolan débarque dans les salles obscures

"Interstellar" de Christopher Nolan.
"Interstellar" est l'un des films les plus attendus de l'année. [Kobal / The Picture Desk - ]
Amateurs de science-fiction, l'attente est terminée: "Interstellar" de Christopher Nolan est sorti. Pour les autres, il y a le film de gangsters "Paradise Lost" et le touchant "Bouboule", qui traite de l'obésité.

Révélé grâce à "Memento" en 2000, Christopher Nolan est l'un des cinéastes contemporains les plus appréciés par la critique et le public. Dans la foulée de la trilogie des "Dark Knight" et d'"Inception", le réalisateur britannique signe un film de science-fiction ambitieux intitulé "Interstellar".

Le film raconte l'histoire de Cooper (Matthew McConaughey), un pilote de navette spatiale reconverti dans l'agriculture suite à une crise alimentaire. Le héros accepte toutefois de repartir en mission d'exploration afin de trouver un nouvel habitat pour les humains, menacés d'extinction sur Terre.

Sauver le monde ou revoir ses enfants?

La conquête de l'espace et la fin de l'humanité ne sont pas les seules problématiques évoquées par Christopher Nolan. "Interstellar" est aussi l'histoire d'un père éloigné de ses enfants et qui fait tout pour les retrouver.

En raison de la relativité temporelle, Cooper risque en effet de ne jamais revoir ses enfants. Son but est donc double: mener à bien sa mission, mais aussi trouver un moyen de revenir sur Terre avant qu'ils ne meurent.

En cette fin d'année, "Interstellar" fait d'ores et déjà figure de film incontournable en vue de la sélection pour l'Oscar du meilleur réalisateur, un honneur auquel n'a jamais eu droit Christopher Nolan.

La bande-annonce de "Interstellar":

"Paradise Lost", le paradis au pays de Pablo Escobar

Pour son premier film en tant que réalisateur, l'acteur italien Andrea Di Stefano s'attaque à un mythe: Pablo Escobar, le plus célèbre trafiquant de drogue de l'histoire, tué le 2 décembre 1993 après une longue chasse à l'homme.

"Paradise Lost" raconte l'histoire de Nick (Josh Hutcherson), un surfeur canadien qui croit avoir trouvé le paradis en rejoignant en Colombie son frère Dylan (Brady Corbet). Leur but: ouvrir un magasin de surf sur la côte.

Nick rencontre la belle Maria (Claudia Traisac) qui le présente rapidement à son oncle, qui n'est autre que Pablo Escobar, campé par Benicio Del Toro.

Tyran sanguinaire et père attentionné

Au moment de cette rencontre, Pablo Escobar est considéré comme un bienfaiteur par de nombreux Colombiens, notamment dans les classes défavorisées, car il utilise son immense fortune pour aider les pauvres et construire des logements, des écoles et des hôpitaux.

Pour Nick, toutefois, la rencontre avec le roi du trafic de cocaïne est le début de la fin. Au contact de ce milieu, le jeune homme va se brûler les ailes.

"Paradise Lost" montre la violence du grand banditisme. Mais le film dépeint aussi un Pablo Escobar humain, père attentionné et mari aimant, ce qui pourrait susciter la polémique en Colombie.

La bande-annonce de "Paradise Lost":

Bouboule, 12 ans, 100 kilos

Surnommé Bouboule, Kevin (David Thielemans) a 12 ans, pèse plus de 100 kilos et mange plus que de raison. Son médecin le met en garde: il doit absolument perdre du poids au plus vite.

Victime de moqueries de la part de ses camarades, mal dans sa peau, Bouboule rencontre Pat (Swann Arlaud). Ce jeune vigile devient alors un modèle de virilité pour Kevin, qui commence à s'entraîner pour lui ressembler.

En écrivant le scénario de "Bouboule", Bruno Deville, lui-même obèse dans sa jeunesse, a puisé dans son difficile vécu. Le réalisateur helvético-belge a toutefois voulu dédramatiser le sujet grâce au rire et à l'émotion.

Le long-métrage, coproduit par la RTS, a reçu en février dernier le prix d'encouragement du Zurich Film Festival, décerné au meilleur film suisse toutes sections confondues.

La bande-annonce de "Bouboule":

Didier Kottelat

Publié le 05 novembre 2014 à 11:55 - Modifié le 07 novembre 2014 à 15:53

LES PROCHAINES SORTIES

Mercredi 5 novembre
BOUBOULE de Bruno Deville. Avec Swann Arlaud, Julie Ferrier

INTERSTELLAR de Christopher Nolan. Avec Matthew McConaughey

PARADISE LOST de Andrea Di Stefano. AVec Benicio Del Toro

THE GIVER de Phillip Noyce. Avec Jeff Bridges, Meryl Streep

Mercredi 12 novembre
DEUX JOURS AVEC MON PÈRE d'Anne Gonthier. Avec Jean-Pierre Gos

LOVE IS STRANGE d'Ira Sachs. Avec Marisa Tomei, Alfred Molina

QUATSCH de Veit Helmer. Avec Fritzi Haberlandt

UNE NOUVELLE AMIE de François Ozon. Avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz

RESPIRE de Mélanie Laurent. Avec Joséphine Japy, Lou de Laâge, Isabelle Carré

SERENA de Susanne Bier. Avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper, Rhys Ifans

VIE SAUVAGE de Cédric Kahn. Avec Mathieu Kassovitz, Céline Sallette, David Gastou

L'info cinéma de la semaine

Le Festival Tous Ecrans, lieu de découverte des nouvelles tendances du petit et du grand écran, s'ouvre jeudi à Genève. La manifestation, qui dure jusqu'au 13 novembre, en est à sa 20e édition cette année.

Son cadre a été entièrement repensé. Une salle de bal et un théâtre ont ainsi été transformés en cinémas et une cour intérieure a été aménagée en drive-in, ont fait savoir mercredi les organisateurs du Festival Tous Ecrans.

Plusieurs films seront présentés en première mondiale au cours de cette 20e édition. Deux films romands seront notamment montrés pour la toute première fois: "Tapis Rouge", de Frédéric Baillif et Kantamara Gahigiri, et "Confusion", qui sera suivi d'un débat sur l'éthique en politique.

De nombreuses nouveautés seront aussi proposées dans le domaine des web séries et dans celui des oeuvres transmédia. Des casques 3D seront mis à la disposition du public pour qu'il puisse découvrir l'audiovisuel de demain.

La manifestation aura également son lot d'invités de marque. Le coeur du festival battra au théâtre Pitoëff. Le lieu comprendra un bar, un restaurant, une piste de danse, des salles de cinéma éphémères et un drive-in.