Modifié le 22 août 2012 à 11:45

Les Expendables reviennent avec leur lot de testostérone

Sylvester Stallon, alias Barney Ross, a du pain sur la planche.
Sylvester Stallon, alias Barney Ross, a du pain sur la planche. [ - Metropolitan FilmExport]
Avec "Expendables 2: unité spéciale", Sylvester Stallone revient sur les écrans aux côtés de Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger. Le Québec nous offre une comédie plus fine avec "Starbuck", un père de 533 enfants ! En France, Carine Tardieu veut émouvoir avec sa comédie familiale "Du vent dans mes mollets".

Les Expendables sont de retour, avec encore plus de stars! Sylvester Stallone, qui avait réalisé le premier opus, a confié la réalisation à Simon West ("Lara Croft", "Le Flingeur"), mais il continue de jouer le chef des Expendables, ces hommes de loi indépendants.

A côté de l'ex-Rocky figure notamment Jean-Claude Van Damme et Jason Statham ("Hypertension", "Le Transporteur"). Déjà présents dans le premier volet, Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger reviennent avec des rôles plus importants.

Tourné principalement en Bulgarie, le film accueille aussi... Novak Djokovic, qui donne quelques coups de raquette.

The Expendables 2
Sortir.ch - Publié le 03 août 2012

Un film d'action avec des héros humains

Les Expendables sont des héros qui mènent leur propre justice. Un jour, un de leurs frères d'armes est tué. Pour se venger, ils pénètrent chez leurs adversaires. Et les voilà amenés à déjouer une menace planétaire, qui tourne autour de cinq tonnes de plutonium.

On l'aura compris: "Expendables 2: unité spéciale" est un film d'action avec coups de mitraillettes et grosses explosions. Mais c'est aussi un film de héros de chair et d'os, assure Sylvester Stallone.

Qui dit gros effets dit aussi gros risques: l'explosion d'une embarcation maritime a coûté la vie à un cascadeur. En outre, le tournage dans la grotte de Devetachkata, en Bulgarie, aurait causé le décès de 22'000 chauves-souris. La catastrophe aurait d'ailleurs eu des suites judiciaires.

"Starbuck", le père à 533 enfants

La progéniture de David Wosniak atteint le modique total de 533...
La progéniture de David Wosniak atteint le modique total de 533... [ - Diaphana distribution]

David Wosniak est un Québécois de 42 ans qui refuse de grandir. Alors qu'il s'apprête à être papa, le passé le rattrape: entre 1988 et 1990, le dénommé Starbuck a donné 693 pots contenant son sperme. Il est ainsi le père de 533 enfants, dont 142 veulent connaître son identité. "Qu'est-ce qu'une personne normale fait dans une situation comme celle-là?", s'interroge le malheureux.

"Starbuck" reprend un débat sur l'anonymat du don de sperme pour traiter de la famille et de la place de l'homme dans la société. Réalisé par Ken Scott, le film a été co-écrit par Martin Petit, l'un des plus populaires humoristes du Québec.

Un film drôle qui a conquis Spielperg

Assurément humoristique, ce film a été encensé pour son intelligence par les critiques lors de sa sortie en France. Outre-Atlantique, il a obtenu 3 Genie (l'équivalent du César canadien), dont celui du Meilleur scénario. Preuve de son potentiel: Steven Spielberg en a acquis les droits pour un remake américain, dont le réalisateur sera Ken Scott lui-même. Une consécration pour ce Québécois, qui a en tout et pour tout réalisé deux films jusqu'ici.

Pour la petite histoire, Starbuck est le nom du taureau sacré meilleur géniteur de l'histoire du Centre d'Insémination Artificielle du Québec.

La vie avec "Du vents dans mes mollets"

Rachel souffre d'une mère étouffante.
Rachel souffre d'une mère étouffante. [ - Emily de la Hosseraye]

Rachel a 9 ans, mais fait toujours pipi au lit et n'a pas d'amis. C'est que ses parents (Agnès Jaoui, Denis Podalydès) la gavent d'amour, mais aussi de leçons de morale. Et voilà que Rachel rencontre Valérie, dont la maman (Isabelle Carré) est une jeune divorcée. Une nouvelle amitié que sa mère ne voit guère d'un bon oeil...

Avec "Du vent dans mes mollets", Carine Tardieu ("La tête de maman", 2007) revient sur son thème de prédilection: la vie ordinaire. Elle aborde l'amour qui se tasse et les amitiés improbables.

L'histoire, qui se déroule dans les années 1980, est tirée d'une bande dessinée et d'un roman de Raphaële Moussafir, qui a collaboré à l'écriture du scénario.

Caroline Briner

Publié le 21 août 2012 à 20:40 - Modifié le 22 août 2012 à 11:45

Les sorties dans les salles obscures

SORTIES DU 22 AOUT

"THE EXPENDABLES 2", de Simon West. Avec Sylvester Stallone, Bruce Willis, Jason Statham

"STARBUCK", de Ken Scott. Avec Patrick Huard, Julie LeBreton, Antoine Bertrand

"DU VENT DANS MES MOLLETS", de Carine Tardieu. Avec Agnès Jaoui, Denis Podalydès, Isabelle Carré

"ASSOCIÉS CONTRE LE CRIME", de Pascal Thomas. Avec Catherine Frot, André Dussollier, Nicolas Marié

"PARANORMAN", de Chris A. Butler & Sam Fell. Avec les voix de : Casey Affleck, Leslie Mann, Anna Kendrick

"DIE WIESENBERGER", de Bernard Weber & Martin Schilt

SORTIES DU 29 AOUT

"A COEUR OUVERT", de Marion Laine. Avec Juliette Binoche, Edgar Ramirez, Hippolyte Girardot

"ATMEN" ("NOUVEAU SOUFFLE"), de Karl Markovics. Avec Thomas Schubert, Karin Lischka

"LE NEZ DANS LE RUISSEAU", de Christophe Chevalier. Avec Sami Frey, Anne Richard, Jean-Philippe Ecoffey et Isabelle Caillat

"LES SAPHIRS", de Wayne Blair. Avec Chris O'Dowd, Deborah Mailman, Jessica Mauboy

"THAT'S MY BOY" ("CRAZA DAD"), de Sean Anders. Avec Adam Sandler, Andy Samberg, Leighton Meester

"WRONG", de Quentin Dupieux. Avec Jack Plotnick, Eric Judor, William Fichtner

L'information cinéma de la semaine

Alors qu'un homme déguisé en Joker a fait 12 morts dans un cinéma du colorado, un homme déguisé en Batman arpente les Etats-Unis avec sa "Batmobile", lui pour aider les enfants hospitalisés.

"L'homme chauve-souris" s'appelle Lenny Robinso. Il a 48 ans, il est un grand gaillard musclé et il est père de trois enfants. Depuis 11 ans, il enfile le costume en cuir et néoprène pour distribuer cadeaux et encouragements aux petits malades hospitalisés.

La fusillade à Aurora, en juillet dernier dans un cinéma qui projetait le dernier film de Batman, lui a valu quelques revers. Des hôpitaux ont annulé sa visite.

Sa notoriété avait pris un envol au printemps dernier, lorsqu'une patrouille de police l'a arrêté au volant de sa "Batmobile", pour absence de plaques. Les policiers l'ont d'abord perçu comme "un gars plein aux as qui fait le malin dans sa Lamborghini", jusqu'à ce qu'ils apprennent que les plaques se trouvaient dans la voiture et que le super-héros se rendait dans un hôpital.

Cet ancien chef d'entreprise a vendu avec profit en 2007 sa société de nettoyage et depuis fait apparitions bimensuelles bénévoles dans les hôpitaux. Il dépense quelque 60'000 dollars par an en cadeaux pour les enfants. Il a payé sa nouvelle Batmobile, une voiture de sport maquillée en noir et donnée à la fondation, 215'000 dollars.