Modifié

Le quartier muséal Plateforme 10 prend forme à Lausanne

Vue extérieure du nouveau bâtiment du Musée de l'Elysée. [MATTHIEU GAFSOU  - PLATEFORME 10]
Le quartier muséal Plateforme 10 prend forme à Lausanne / Le 12h30 / 27 sec. / le 27 avril 2021
Après l'ouverture en 2019 du Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA), le bâtiment abritant le MUDAC et l'Elysée sera terminé en novembre, avant son inauguration le 15 juin 2022. Un concours d'idées est lancé pour aménager l'entrée du site.

Les travaux du bâtiment qui accueillera le MUDAC (design) et le Musée de l'Elysée (photographie) avancent dans les délais. Des visites publiques du chantier sont prévues les 18 et 19 juin. Il sera possible de s'inscrire en ligne, dès le 1er juin prochain.

Futurs espaces d'exposition du MUDAC.  [MATTHIEU GAFSOU - PLATEFORME 10]Futurs espaces d'exposition du MUDAC. [MATTHIEU GAFSOU - PLATEFORME 10]"Ce sera l'occasion de découvrir ce nouveau bâtiment qui accueillera le MUDAC au 1er étage et l'Elysée au rez inférieur", a expliqué mardi devant la presse la conseillère d'Etat Cesla Amarelle. Les deux musées disposeront de deux fois plus d'espaces d'exposition, ce qui leur permettra de mener "divers projets de grande envergure".

La fin du chantier est prévue cet automne, avec la cérémonie de remise des clés le 4 novembre. Un week-end public de découverte du bâtiment, sans les oeuvres, suivra les 6 et 7 novembre. "Le bâtiment est en soi une oeuvre d'art, une prouesse architecturale des frères Aires Mateus", a commenté le conseiller d'Etat Pascal Broulis.

Pour marquer l'événement, Christian Marclay, un artiste suisse de renommée internationale, a reçu carte blanche pour créer une oeuvre in situ. Dans une installation, il va projeter et juxtaposer des milliers d'images provenant des collections des deux musées (lire encadré).

Ouverture du MUDAC et de l'Elysée en 2022

La grande inauguration des deux nouveaux musées, avec leurs collections, est programmée le 15 juin 2022. Les trois musées (le MCBA ouvert en 2019, ainsi que le MUDAC et l'Elysée) proposeront une exposition commune autour de la thématique ferroviaire.

Les musées ont décidé de travailler ensemble sur ce thème, sur le train, sur la gare comme lieu de rencontre ou de séparation

Patrick Gyger, directeur de Plateforme 10.  [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - KEYSTONE]
Patrick Gyger, directeur de Plateforme 10

"Les musées ont décidé de travailler ensemble sur ce thème, sur le train, sur la gare comme lieu de rencontre ou de séparation", a détaillé Patrick Gyger, directeur de Plateforme 10. "Ils auront des approches très différentes, montrant la singularité de chaque musée."

Vestiges ferroviaires à conserver

Vue du hall central depuis les escaliers du Musée de l'Elysée.  [MATTHIEU GAFSOU   - PLATEFORME 10]Vue du hall central depuis les escaliers du Musée de l'Elysée. [MATTHIEU GAFSOU - PLATEFORME 10]Plateforme 10 abritait autrefois une ancienne halle aux locomotives. Des signes de ce passé industriel seront conservés, comme la plaque tournante et les rails au sol. Mais l'entrée du site va d'abord accueillir durant plusieurs années, jusqu'à l'horizon 2027, des conteneurs pour les ouvriers du chantier de la gare, qui va débuter.

Le site muséal ne sera guère perturbé par ce grand chantier voisin, assurent les autorités. Ces conteneurs constitueront "une base de vie pour les ouvriers. Je ne suis pas très inquiet", a dit Patrick Gyger.

ats/vajo

Publié Modifié

Carte blanche à Christian Marclay

L'artiste suisse Christian Marclay a carte blanche à l’occasion de la remise des clés des Musées du Mudac et de l’Elysée du 4 au 7 novembre prochain, à Plateforme 10, à Lausanne. Il prévoit une installation de projection numérique, immersive, multiple.

Les visiteurs pourront déambuler au travers de cette architecture encore nue, vierge de toute exposition. Les projections que l’on pourra voir de jour comme de nuit l’emmèneront à la découverte de cet écrin. "Comme on célèbre un nouveau bâtiment, c'est surtout l'architecture que le visiteur va découvrir pour la première fois. Je veux inviter les spectateurs à découvrir les espaces vides, remplis seulement par la lumière des images projetées", précise à la RTS Christian Marclay.

Mettre en valeur un musée, une gageure qu’aime relever l’artiste internationalement reconnu puisqu’il a déjà collaboré avec plusieurs institutions en s’inspirant des collections et en en offrant une présentation expérimentale. Accompagnement musical au Musée d'Art et d'Histoire de Genève en 1995, Pictures at an Exhibition au Whitney Museum of American Art à New York, Arranged and Conducted au Kunsthaus de Zurich en 1997 ou encore son installation vidéo Shake Rattle and Roll (Fluxmix) en 2004 qui conduit l'artiste à revisiter la collection Fluxus du Walker Art Center de Minneapolis.

Et c’est précisément à partir des images des collections, des dizaines de milliers de photos pour l’Elysée et photos d’objets pour le Mudac qu’il va travailler. Quand on pense Christian Marclay, on l’associe au mariage des arts visuels et des cultures audio, il utilise la performance, le collage, la sculpture, l’installation, la photographie et la vidéo. Pour cette carte blanche, pas de son, mais plutôt faire résonner le silence. Florence Grivel

L'entrée du "quartier" à réaménager

Le canton a en outre décidé de lancer un concours d'idées pour aménager l'entrée du site, du côté de la gare. Objectif: créer une porte d'entrée, un marqueur visuel sur un "périmètre de réflexion de 6000 m2", dont une partie (1500 m2) sera végétalisée.

"Ce ne sera pas un quatrième musée", avertit le directeur de Plateforme 10 Patrick Gyger, mais des espaces complémentaires modulaires pour mettre en valeur des artistes et organiser des événements. Il comprendra aussi des surfaces administratives ainsi que pour la médiation culturelle.